Gilets jaunes - Revue de presse du 15-16-17-18 juin

Autodéfense juridique, écologie politique ou environnementalisme ?, extractivisme, jusqu’où ira la répression ?, observatrice LDH en garde à vue, indimidation policière, les entreprises intouchables ?, etc.

par Auteurs divers.
Mis à jour le mardi 18 juin 2019

Articles, posts, images, vidéos, témoignages... autour du soulèvement en gilets jaunes qui dure depuis le 17 novembre 2018.

Manifestations, résistances et actions

# GRÈVE GÉNÉRALE AU BRÉSIL - Des centaines de milliers de manifestants contre le gouvernement fasciste -
Vendredi 14 juin, c’est jour de grève générale au Brésil. Un président d’extrême droite, Bolsonaro, est arrivé au pouvoir il y a 6 mois. Au programme : impunité totale pour la police brésilienne, déjà très violente, mesures racistes, saccage de l’Amazonie, et destruction accélérée des droits sociaux et de l’éducation.
Contre les lois ultra-libérales de ce gouvernement, notamment une attaque contre les retraites – ça ne vous rappelle pas un contexte plus local ? – les syndicats appellent donc à la grève générale. Le Brésil est partiellement paralysé : dès l’aube, des travailleurs en grève bloquent des autoroute avec des pneus enflammés, les transports en commun de certaines villes sont à l’arrêt. Des manifestations sont organisées partout dans le pays. Dans les grandes villes, c’est une foule immense qui défile. Ces nouvelles manifestations font suite à celles des 15 et 30 mai qui ont fait descendre des centaines de milliers de Brésiliens dans les rues pour défendre l’éducation. On signale qu’un conducteur pro-Bolsonaro a foncé avec sa voiture sur une foule de grévistes.
Le soir, des manifestations continuent dans plusieurs grandes villes, et la police militaire charge pour disperser les cortèges.
Dans le monde entier, les peuples se soulèvent pour réclamer justice et dignité face à des gouvernants toujours plus autoritaires, au service des plus riches.

  • Jeudi 13 juin, mobilisation de l’Éducation nationale - Le 21 mai, la réforme Blanquer est passée au Sénat… et les amendements proposés sont pires qu’avant ! Le 13 juin, une commission mixte paritaire (sénateur·rice·s député·e·s) doit statuer sur l’application dans les faits de la réforme. Ce n’est pas le moment pour les personnels de l’éducation de lâcher l’affaire !
  • RAJCOL : réseau d’autodéfense juridique collective - Bulletin de juin 2019 - Le Réseau d’autodéfense juridique collective rassemble diverses structures (associations et collectifs, legal team, caisses de solidarité ou groupes de défense collective) qui s’organisent un peu partout en France contre la répression et les violences policières.
https://www.youtube.com/watch?v=niurJ3C_H3o&feature=share

Analyses, idées

# L’ennemi sur un Plateau - À propos d’une opération de guerre psychologique du capitalisme vert - L’ennemi a plusieurs visages. Mais chacun de ces visages nous vise. Il y a le visage sans regard du robocop qui vise notre oeil avec son LBD. Il y a le visage au regard mort du manager, de France Télécom hier ou de la Sncf aujourd’hui, qui vise l’objectif de déflation du personnel. Il y a aussi, indispensable complément des deux premiers, la bonne bouille aux yeux rieurs des « jeunes » de La Bascule, « lobby citoyen et étudiant » qui annonce vouloir rassembler 50 000 personnes dans un « festival écolo de masse » à Gentioux-Pignerolles, fin août, sur le plateau de Millevaches. Mais que visent-ils ?
- Et aussi : L’écologie people à l’assaut du plateau de Millevaches - Fin août, le festival de l’An zéro entend se dérouler sur le plateau de Millevaches, dans la Creuse, choisi pour son caractère « symbolique » de lieu de « résistance ». Il est organisé par Maxime de Rostolan et Cyril Dion. Mais tous les habitants ne s’en réjouissent pas, expliquent-ils dans cette tribune.

  • Ne pas céder à la peur - C’est parce qu’on me menace, qu’on me frappe et qu’on veut me voler ma vie que je suis d’autant plus déterminé à en finir avec ceux qui m’agressent et avec la société qu’ils veulent m’imposer.
    Là où nos ennemis essaient de susciter la peur, ils ne font qu’accroître la révolte : chaque menace m’inonde d’adrénaline, chaque coup me fouette le sang, chaque épreuve nouvelle me fait serrer le poing toujours plus haut.
    Ils ne nous auront pas comme ça. Nous sommes encore debout. Et, pour garder le cap et la force de continuer, la seule chose que nous ayons à craindre, c’est la peur elle-même.
  • Le vrai visage d’Etienne Chouard
  • Mouvements sociaux : « L’écologie est sans doute l’une des tentatives les plus abouties pour redonner du sens commun » - La société française doit beaucoup à l’apport des luttes sociales et des grands mouvements populaires de gauche. L’historienne Danielle Tartakowsky, présidente de l’université Paris-VIII, revient sur cette spécificité hexagonale. Mais « nous connaissons aujourd’hui la fin d’un cycle hérité de ces grands mouvements », prévient-elle, alors que le modèle social bâti depuis 80 ans est battu en brèche. Si l’actuelle période de crise économique et politique est peu propice à l’émergence de luttes communes pour un changement global, « il y a, aujourd’hui, nombre de forces dormantes. Si un espace s’ouvre, elles peuvent se remobiliser », estime l’historienne. L’écologie en fait partie.
  • Pierre Madelin : « L’écologie politique s’affirme comme une réflexion critique de la modernité » - Philosophe de formation, traducteur, Pierre Madelin vit depuis 2012 dans l’État mexicain du Chiapas, où le mouvement zapatiste est actif depuis 1994. Il est l’auteur d’un brillant essai, « Après le capitalisme : Essai d’écologie politique », publié chez Écosociété. Dans cet ouvrage, Pierre Madelin analyse le capitalisme, ses effets néfastes sur l’environnement et tente de tracer une voie de sortie décroissante, radicale et libertaire. Un essai que devraient se procurer tous ceux qui s’intéressent sincèrement à l’écologie politique, mais dont ne parleront jamais les grands médias, trop occupés à promouvoir le “capitalisme vert”, le “développement durable” et autres bêtises néolibérales.

# Fatima Ouassak : « Dans les quartiers populaires, l’écologie semble réservée aux classes moyennes et supérieures blanches » - Pour parler d’écologie dans les quartiers populaires, il faut partir de ce que vivent les gens, estime Fatima Ouassak dans cet entretien. Une lutte du quotidien qui mêle combat antiraciste, féministe et écologique. (...) Je n’utilise pas le terme de crise écologique. Je préfère dire qu’il y a des États, des organisations, des industries prédatrices et capitalistes, qui mènent l’essentiel de la population dans le mur. La crise écologique, ce n’est pas naturel du tout. Tout cela participe d’un même système d’oppression, c’est un système qui est basé sur la domination d’un groupe sur un autre et c’est cela qu’il faut mettre à bas. C’est pour cela que pour moi, être écologiste c’est fondamentalement être anticapitaliste. (...) Votre religion a-t-elle un rôle dans votre rapport à l’écologie ? Clairement. C’est même plutôt assez central. La foi islamique n’est pas compatible avec les rapports sociaux basés sur l’oppression (classiste, raciste, patriarcale) et la prédation (capitaliste et impérialiste), qui expliquent en grande partie la destruction de l’environnement et la crise climatique. Une règle centrale est qu’il ne faut pas cumuler. Le péché premier en Islam, c’est le crédit. Donc j’aimerais bien travailler sur la question des besoins, pour explorer un système qui ne soit plus basé sur le cumul et la prédation. Les Gilets jaunes ont posé la question du pouvoir d’achat, c’est dommage qu’on ne se pose pas plutôt la question des besoins.
C’est une manière de poser autrement la question de la décroissance, à laquelle je m’intéressais mais qui est vraiment trop gauchiste et trop blanche. Les décroissants vivent confortablement et se demandent comment faire moins de mal [à la planète]. C’est inaudible dans les quartiers. Alors que la question des besoins, elle, passe très bien.

  • « L’école apprend à nos enfants à avoir honte de leurs mamans, honte de ce qu’ils sont » - À qui et à quoi sert vraiment l’école ? Dans cette tribune, Fatima Ouassak et Diariatou Kebe interrogent les manières dont l’institution scolaire est utilisée par les Blancs pour maintenir et transmettre leurs privilèges. Elles dressent aussi d’intéressantes perspectives pour mettre hors d’état de nuire les rouages de ce système raciste.
  • Brefs rappels historiques des streets medics contre la neutralité en manif - Aucun soin n’est neutre, encore moins quand il s’agit de résister aux pressions policières dans la rue. Depuis le mouvement des Gilets jaunes, la diffusion de pratiques massives d’autodéfense et d’organisation lui permet de tenir tout autant que son imagination et sa détermination. L’affirmation contre toute délégation a aussi marqué ces derniers mois, il s’agit de ne pas laisser le soin comme une enclave humanitaire dont la neutralité servira d’abord le retour à l’ordre.

Ecocide, destructions écologiques et climatiques catastrophiques provoquées par le capitalisme, le productivisme et les civilisations industrielles

# Extractivisme et capitalisme : Quand des gens se définissant comme anarchistes te disent que l’extractivisme n’est pas incompatible avec l’émancipation sociale – que c’en est même la condition – et que peut-être, dans une utopie libertaire, on pourrait faire des mines qui respectent les travailleurs, c’est qu’il est peut-être nécessaire de rappeler son origine historique, son rôle dans l’émergence du capitalisme industriel et la raison pour laquelle tant d’occidentaux ne voient pas le problème. (...)

Narbonne, balance ton port !

# LES DEUX ECOLOGIES
Il faut bien distinguer, comme le ditcet article, deux écologies :
- L’environnementalisme, écologie superficielle, défendue par tous les partis politiques et toutes les associations, qui ne consiste qu’à ajuster le capitalisme, à faire de petits aménagements pour donner des airs écologiques à notre société destructrice.
- L’écologie politique, qui considère que l’exploitation des hommes et de la nature ne font qu’un, et viennent d’une même cause : le capitalisme, qui ne peut pas être modifié, "adapté", recolorié en vert, ou "à visage humain". Il s’agit de le renverser, ainsi que les gouvernements qui l’accompagnent, pour faire advenir des sociétés véritablement écologiques.
- voir l’article : En finir avec la confusion entre écologie et environnementalisme - Aux antipodes d’une approche superficielle, l’écologie politique plaide pour un autre modèle de société qui remettrait les humains et leurs milieux de vie au centre des attentions.

Répression policière et terrorisme d’Etat

# JOURNALISTES VIOLENTÉS, SYNDICALISTESPRIMÉS, ANTIFASCISTES EMPRISONNÉS : JUSQU’OÙ IRONT-ILS ? - L’histoire de Taha, de Gaël et d’Antonin : des illustrations du régime qui s’installe. (...) Les histoires de Taha, Gaël ou Antonin sont des illustrations du climat toxique qui s’installe en France. Nous n’assistons pas à une « dérive », mais bien à une fuite en avant durable et rapide vers un régime autoritaire. Une dictature maquillée derrière la communication soignée d’un président jeune au sourire carnassier et sa cours de jeunes cadres dynamiques. Chaque jour, on peut se demander jusqu’où ira ce gouvernement en roue libre.
Après Taha, Gaël ou Antonin, cela peut être n’importe qui. Réagissons.

# FRANCE : LÉGITIMEFIANCE CONTRE LESDIAS
« La confiance dans les médias se dégrade un peu partout dans le monde. Mais surtout en France, notamment après la crise des gilets jaunes. » Selon une sérieuse étude, la France est l’une des championne de la défiance envers les médias, bien au dessus des pays voisins. La France est aussi le pays où les groupes d’information sont presque exclusivement possédés par une poignée de milliardaires.
Et pendant ce temps :
- Les rares journalistes de terrain qui font vraiment leur travail sont blessés, interpellés, empêchés de travailler sur ordre du gouvernement. Et tout ça dans l’indifférence générale.
- La profession de journaliste ne se remet absolument pas en question. Persuadée, comme la police, d’être une caste au dessus des lois qui ne peut recevoir aucune critique. Tout reproche envers les médias étant considéré comme "populiste", et suspect à priori.
Tout va très bien.

# NANTES : ELLENONCE DES VIOLENCES POLICIÈRES, ELLE EST INTIMIDÉE PAR LE CHEF DE LA POLICE - Répression assumée, droit de manifesté menacé - - Les faits, graves, se sont déroulés le 5 janvier dernier à Nantes. À la fin de la manifestation des Gilets Jaunes, le centre-ville est saturé de gaz lacrymogène. Les derniers manifestants se réfugient dans un fast food du Cour des 50 Otages pour échapper au nuage de gaz extrêmement concentré. Le resto se retrouve lui aussi inondé de lacrymogène, et irrespirable. Réfugiés dans une arrière cours, les manifestants sont cernés par des policiers, et subissent une séance de punition et d’humiliation collective, en dehors de tout cadre légal. Ils sont molestés, d’autres frappés au sol à l’abri des regards. Un jeune homme est blessé aux jambes en tentant de s’enfuir. Une femme est palpée par un policier homme. Tous ont très peur. (la lettre de menace du policier)

# [GAËL QUIRANTE EN GARDE À VUE : RASSEMBLEMENT EN CE MOMENT !]
Scandaleux : Suite à l’action pacifique dans la nuit de vendredi à samedi des postiers du 92 en grève, Gaël a été mis en garde-à-vue dimanche au petit matin à la Sûreté Territoriale ! La Poste et l’État s’acharnent pour tenter de briser la grève exemplaire des postières et postiers du 92.
Exigeons la libération immédiate de Gaël et aidons les grévistes à arracher la victoire ! - Rassemblement à partir de 12h devant la Sûreté Territoriale de Paris au 3-5 rue Riquet métro Riquet ligne 7 + Notre camarade Gaël Quirante interpellé ce matin. Nous exigeons sa libération immédiate

# 💥Le média indépendant Rouen dans la rue, qui documente et analyse le mouvement des GJ depuis le début est visé par une enquête. Soutien à tous ceux qui subissent la repression politique !💥
⚠⚠⚠ ROUEN DANS LA RUE AU COEUR D’UNE ENQUETE ⚠⚠⚠
- VIDEO : Depuis plus d’un mois, un gilet jaune rouennais fait l’objet d’un acharnement policier et judiciaire. Après une perquisition de grande envergure, deux gardes-à-vue pour des faits de dégradations volontaires aggravées, il apprend qu’on lui reproche sa supposée contribution à Rouen dans la rue, qualifiée par les enquêteurs de "site de propagande". Ce n’est pas moins de trois chefs d’inculpation (allant jusqu’à 7 ans d’emprisonnement) qui pèsent sur lui : inciation à attroupement armé, organisation de manifestation non déclarée et détention d’engins incendiaires.
De quoi cette affaire est-elle le nom ?
Le rôle important des médias indépendants dans le soulèvement des gilets jaunes semble actuellement faire l’objet de tentatives d’intimidation par le pouvoir : Gaspard Glanz, Taha Bouhafs mais aussi les nombreux gilets jaunes convoqués pour de simples publications facebook. Il n’est pas anodin que ceux qui cherchent à documenter les mouvements de contestation tels que celui des gilets jaunes fassent l’objet d’une répression politique. Celle-ci ne devrait en aucun cas être passée sous silence.
C’est dans ce contexte qu’il nous paraissait important de relayer le témoignage de ce gilet jaune accusé d’être nous (si, si, on vous assure !). Attention au mal de mer.

- Voir aussi : Rouen : les petits arrangements du renseignement territorial et de la cellule d’investigation Gilets Jaunes - Une nouvelle phase dans la répression et l’intimidation des médias alternatifs ? - Depuis le 17 novembre, Etienne H. suit le mouvement des Gilets jaunes rouennais. Régulièrement il documente et filme les ronds-points comle les manifestations. Le 9 mai dernier, 25 policiers déboulent chez sa compagne et retournent la maison à la recherche de matériel informatique. Il comprendra bien plus tard que la police le soupçonne de contribuer au média alternatif Rouen dans la rue.

# 🔥🔥 SAPIN ENFLAMMÉ - ÉVREUX
Le profil facebook de la Police nationale de l’Eure nous apprend que l’auteur du lancer de sapin enflammé a pu être identifié après 5 mois d’enquête minutieuse par les services de police d’Évreux. Jugé cette semaine, celui-ci se voyait condamner d’une peine de 12 mois de prison dont six avec sursis.
Nous tenons à préciser qu’un envoyé spécial Rouen dans la rue était sur place ce jour-là, que la police a utilisé nos images pour illustrer cette information mais que nous avions bien pris les précautions nécessaires pour que la personne ne soit pas identifiée par l’intermédiaire de nos images. Une équipe de policiers en civil a filmé la totalité du rassemblement et la préfecture d’Evreux est équipé de caméras de vidéo-surveillance, ce qui pourrait expliqué l’aboutissement de l’enquête et de l’interpellation de l’intéressé.
Il semblerait que la répression politique qui s’abat sur le mouvement des gilets jaunes n’épargne aucun fait "spectaculaire" et se donne les moyens de judiciariser et punir tous ceux qui se seraient livrés activement au mouvement. Ce GJ a tout notre soutien.

Magouilles, violences et mensonges du régime et de son monde

# Intouchables entreprises privées, épisode I : quand le contribuable paye pour le MEDEF - En France, on déteste davantage les députés que les patrons. Et quand on n’arrive pas à boucler ses fins de mois, c’est auprès de l’Etat qu’on vient exiger de l’argent, pas auprès de son employeur ou de son DRH. Intouchables entreprises privées est une enquête en 4 épisodes, publiée entre le 17 et le 21 juin 2019, sur l’idéologie de l’entreprise reine et de la résignation du salarié sujet (...)


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft