Droit d’informer : nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Liberté de la presse, une tribune sur Bastamag - Remarques sur la « démocratie »

par Camille Pierrette.
Mis à jour le jeudi 17 octobre 2019

Bastamag publie une tribune pour défendre les journalistes et la liberté de la presse :

Le journaliste Guillaume Bernard, arrêté par les forces de l’ordre à Toulouse alors qu’il couvrait une manifestation, comparaît ce 18 octobre pour « rébellion ». De nombreux journalistes et rédactions, ainsi que plusieurs organisations, élus et militants associatifs lui apportent leur soutien et dénoncent une énième entrave à la liberté d’informer.

- suite de la Tribune et signataires sur Droit d’informer : nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

- Voir aussi France : journalistes convoqués, violences d’Etat impunies - chronique de l’Etat policier

Mon commentaire

Cette répression envers des journalistes est intolérable, c’est un des signes du glissement du régime de la démocrature vers la dictature.

N’oublions pas que la répression envers les journalistes « amateurs » est encore pire, et que pour les manifestants ou leurs alliés qui filment les manifs c’est bien pire encore.
Souvent, des flics interpellent des personnes qui filment (alors que chacun sait que c’est parfaitement légal), cassent leur appareil, les tapent, les obligent à effacer les images... Ce en toute illégalité et en toute impunité.

Qu’on ne me parle plus de démocratie ou d’état de droit.

On voit bien que les lois sont respectées et interprétées comme ça arrange les flics et leurs chefs (préfets, ministres, tyran macron...), au gré de leurs besoins de répression. Les flics sont souvent masqués, sans numéro d’identification, donc il est difficile de les poursuivre en justice. Ensuite on constate que l’IGPN est une farce et que la « justice » accorde l’impunité aux flics, ces milices de la répression.
Qu’on ne me parle plus de démocratie ou d’état de droit, nous n’en avons qu’un simulacre, qui à présent est révélé davantage au grand jour, et qui s’enfonce dans l’autoritarisme policier.

En plus, les lois sont souvent iniques, elles sont faites par le régime et ses larbins députés pour garantir sa perpétuation et sa domination, elles servent aussi à protéger les capitalistes et à ce que leur business prospère. Les lois faites par nos institutions non démocratiques n’ont donc pas à être forcément respectées, on peut et on doit y désobéir.

- Pour aller plus loin quelques articles :

P.-S.

- l’entrave à la liberté d’expression et d’information s’exerce aussi de plus en plus sur Facebook, nouvel exemple publié par Cerveaux non disponibles :

YOUR PAGE HAS BEEN BLOQUÉE

Les restrictions arbitraires et sans explications n’en finissent pas. Depuis deux jours nous recevons ce genre de message par des notifications, chaque nouvelle restriction repoussant la date d’expiration de l’autre.

Cet Eté une première vague de « censure » avait déjà eu lieu. Une vingtaine de pages Facebook spécialisées en critiques sociales dont Cerveaux non Disponibles, Nantes Révoltée, Lille Insurgée ou Bretagne Noire avaient toutes connue le même sort à quelques jours d’intervalles : l’anéantissement de leur audience pendant une semaine. De plusieurs centaines de milliers de vues par jour, les publications dépassaient à peine le millier, voire moins.

Depuis quelques temps c’est une autre forme d’ennui qui prend forme. Plusieurs pages ont ainsi pu recevoir ce mystérieux message écrit dans une nouvelle langue, le franglish. « Your page has been bloquée from sharing links »

C’est un peu déroutant de lire ça la première fois. Mais ça l’est encore plus quand le bouton mis pour l’occasion « Faire appel » ne sert strictement à rien et que Facebook reste dans l’obscurantisme le plus total quant à sa manière d’appliquer ses règles.

Plusieurs demandes faites de notre part et zéro réponse. Idem pour les pages à qui cela est arrivé précédemment. Il ne nous reste plus que les paris pour deviner les raisons de ces restrictions intempestives… Une petite idée ?


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft