Die : rdv au conseil communautaire le 4 juillet où il sera question du projet de nouvel hôpital au rabais

Les autorités veulent détruire 3 ha de terres agricoles pour un projet aberrant !

par Camille Pierrette.
Mis à jour le mercredi 26 juin 2019

A Die le 4 juillet 2019, un conseil communautaire de la Communauté de Communes du Pays Diois réunira des élus, des représentants de la préfecture, des représentants de l’ARS (agence régionale de santé) et de l’hôpital pour causer entre eux du projet de nouvel "hôpital" à (26, Drôme, Diois) envisagé pour 2022.
Les habitant.e.s sont invités par les élus à y faire tapisserie, et éventuellement, s’ils sont sages, à s’exprimer brièvement hors du cadre officiel de leur réunion.

Je suggère que les habitant.e.s devraient s’y rendre en masse pour s’informer sur ce projet aberrant et voir quels sont les (ir)responsables qui le portent.
Rdv jeudi 4 Juillet 2019 à 18h00, salle polyvalente de Die.

Un très bon article résumait le problème sur Reporterre :
- À Die, les décisions toujours plus absurdes des autorités de santé, La maternité et la chirurgie de l’hôpital du centre-ville de Die ont fermé il y a un an et demi. En guise de « compensation », l’agence régionale de santé prévoit la construction d’un nouvel hôpital : en périphérie, sur trois hectares de terres agricoles. Une douche froide pour les habitants, qui se préparent à un nouveau combat, comme l’explique notre chroniqueuse.

3 ha de terres agricoles menacées à Die par un projet de faux « hôpital »

Ce projet de pseudo-hôpital loin de la ville sur de belles terres agricoles cumulent les absurdités :

  • Il est loin du centre ville, entraînant plus de déplacements en voiture (plus de pollution et de CO2 émis) et un plus grand isolement des pensionnaires, notamment les anciens de l’Ehpad
  • L’éloignement contribuera à diminuer l’activité commerçante en centre ville
  • Il détruit de belles terres agricoles plates, alors qu’elles sont rares et donc précieuses dans le diois encore plus qu’ailleurs
  • C’est un faux « hôpital », sans maternité ni chirurgie, où les patients seront le plus souvent juste dispatchés ailleurs, pratique ! Avec le risque de nouveaux morts (un bébé est mort en mars du fait des carences) ou de problèmes graves en cas d’urgences et de cas complexes
  • La construction d’un nouvel « hôpital » (un faux hôpital en réalité) consommera du béton, de l’énergie et contribuera donc à augmenter les émissions de CO2. Et les terres agricoles détruites ne pourront plus en absorber.
  • C’est un gaspillage d’argent public : 12 millions d’euros au minimum (mais les pros du BTP pourront se faire du beurre, ce qui est peut-être l’objectif principal de ce type de projet ?)
  • Ce faux « hôpital » nouvelle manière facilitera la privatisation quasi intégrale des services de santé, et poursuivra la destruction de tout véritable service public voulue par les gouvernements et accélérée par l’actuel régime de Macron
  • Ce faux « hôpital » veut consacrer, derrière les jolis discours, les promesses et les actions marketing d’enfumage type « ma santé 2022 », dans le domaine de la santé comme partout ailleurs, l’idéologie du libéralisme total et du chacun pour soi, où chaque personne doit se débrouiller seule avec ses moyens financiers : les riches iront dans des super cliniques privées, les pauvres devront se contenter des restes abandonnés et sans moyens de services publics (voir USA). Le plus souvent, comme c’est déjà de plus en plus le cas, les pauvres renonceront aux soins. Les inégalités sociales, sacralisées et naturalisées, sont alors accentuées et les plus pauvres sacrifiés. On est dans la double pensée, le double langage, comme aux USA avec Trump les mots ne veulent plus rien dire et sont détournés pour enfumer les populations en faisant semblant de pallier aux problèmes créés volontairement par les choix politiques et la priorité donnée à l’enrichissement de quelques acteurs privés tout puissants qui décident de la politique à la place des peuples.

Pour faire écolo-vert, les architectes de ce projet prévoiront sans doute des espaces verts, des parkings non imperméables, des bâtiments basse consommation qui sait ?, mais ça ne « compensera » pas du tout les terres détruites, le C02 émis et l’aggravation des inégalités et problèmes sociaux (santé, déplacements, vie locale).
D’un point de vue écologique et social, seule la réhabilitation de l’actuel hôpital, avec tous les services présents et fonctionnels (voir Collectif de défense de l’hôpital de Die), est l’option responsable.

En résumé, ce type de projet est l’archétype pur de tout ce qui détruit le vivant, la vie sociale, le climat, les écosystèmes et la santé.

C’est l’archétype des projets inutiles et néfastes qu’on se doit d’empêcher ! C’est un projet criminel indigne d’une société qui se veut démocratique et soucieuse des générations futures.

Car ce n’est pas en se limitant à trier individuellement ses déchets personnels et à rouler à vélo qu’on arrêtera les destructions en cours du climat et du vivant, c’est plutôt en s’attaquant collectivement à ce type de projet absurde, aux industries et institutions qui imposent des modes de vie produisant des déchets, qui bétonnent les terres arables, qui obligent à prendre la voiture par leurs infrastructures et par le marché du travail induit par le capitalisme et son monde écocidaire.

- voir aussi ce texte :


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft