Conférence de presse le lundi 22 juillet 2019 à 16h, à Crest (26) : Plus de 23 000 signataires/pétition contre la chasse aux Ramières

Venez soutenir les associations !

par Agnès Fouilleux.
Mis à jour le vendredi 19 juillet 2019

Venez nombreux soutenir les associations pour la conférence de presse !

Communiqué de presse – Invitation à une conférence de presse

Le collectif Citoyens et Nature en Val de Drôme, la FRAPNA Drôme, la LPO Auvergne-Rhône-Alpes et l’ASPAS appellent à la mobilisation pour préserver les oiseaux dans la Réserve naturelle des Ramières du Val de Drôme.

Suite à la pétition à ce sujet qui a déjà mobilisé plus de 24 000 signataires, ces structures organisent une conférence de presse le lundi 22 juillet 2019 à 16h, à Crest (26400), au bar « Sur les quais », 10 quai Maurice Fauré.

La Réserve naturelle des Ramières du Val de Drôme, située entre Crest et Loriol/Livron, représente la plus grande zone humide du département de la Drôme. Elle accueille plus de 60 000 visiteurs par an sur l’une des dernières rivières au lit naturel en Europe. Elle constitue un exceptionnel réservoir de biodiversité et est classée Zone de Protection Spéciale pour les oiseaux (ZPS).

Aussi extravagant que cela puisse paraître, la chasse s’y exerce six mois par an, sans aucune contrainte particulière. Elle y avait bien pourtant été suspendue en 2013 par un arrêté préfectoral classant en réserve de chasse et de faune sauvage (RCFS) la partie publique du lit de la Rivière Drôme (Domaine public fluvial (DPF), classée en 2003 ZPS pour les oiseaux. La Communauté de communes du Val de Drôme (CCVD), appuyée par la Fédération des chasseurs de la Drôme, a fait annuler cette décision pour vice de forme.

Parmi les nouveaux projets d’arrêtés créant ou reconduisant des réserves de chasse sur le Domaine public fluvial publiés par le Préfet en 2019, aucun ne concerne la Réserve des Ramières. Autrement dit, la chasse y est à nouveau autorisée sans contraintes et sans limites alors même que l’étude menée de 2013 à 2016 (période sans chasse), a montré un impact très positif sur les populations de canards (allant de 0 à plus de 300 individus) et que la Réserve des Ramières constitue un îlot de tranquillité indispensable à la faune sauvage le long de la Drôme.

Plus que jamais, il y a urgence à agir en faveur de la biodiversité ! Le sommet mondial pour la biodiversité (IPBES) nous l’a rappelé il y a peu : un million d’espèces pourraient être amenées à disparaître de notre planète d’ici dix ans .

Nous demandons à ce que, sur la partie publique de la rivière Drôme, la Réserve des Ramières soit à nouveau classée en réserve de chasse afin de sauvegarder les oiseaux qui s’y réfugient, dans l’intérêt collectif.

Merci de nous confirmer votre présence en répondant à ce mail.
Contacts presse :

- pour le Collectif Citoyens et Nature en Val de Drôme, Agnès FOUILLEUX : 06 83 37 03 49

- pour la FRAPNA Drôme, Roger MATHIEU : 06 30 12 20 52

- pour la LPO Auvergne-Rhône-Alpes - Délégation Drôme : François MOREL : 04 75 57 32 39 - poste 1

- pour l’ASPAS, Madline RUBIN 04 75 25 25 31


1 Message

  • Conférence de presse le lundi 22 juillet 2019 à 16h, à Crest (26) : Plus de 23 000 signataires/pétition contre la chasse aux Ramières Le 22 juillet à 13:32, par Camille Pierrette

    voici, sur le sujet du tourisme et des espaces naturels, un article de Reporterre.
    et des petits commentaires persos sur la question, qui est une question politique et économique en réalité :

    Peut-être aussi que s’il existait davantage d’espaces « naturels », de lieux où il fait bon vivre et se détendre, les gens prendraient moins la bagnole et ne s’agglutineraient pas autant dans les zones protégées et « naturelles » qui restent.
    Moins de zones commerciales et de lotissements, plus de jardins en tout genre, plus de zones laissées un peu « en friches ». Moins de béton et de grandes surfaces, plus de beauté.

    Peut-être aussi que si on passait moins de temps à travailler, que s’il y avait moins de souffrances au travail, il y aurait moins de gens qui partiraient tous en même temps aux mêmes endroits pour « compenser ».
    Peut-être que si on ne vivait pas dans un monde marchand proposant partout des structures industrielles de vacances, les gens se répartiraient sur le territoire.
    Peut-être que si on était moins individualiste et centrés sur la propriété et le profit, on pourrait aller en séjour chez l’habitant ou dans les nombreuses résidences secondaires souvent vides qui ont déjà flinguées les meilleurs coins de nature au lieu de s’entasser dans de nouveaux marinas, immeubles et autres Centers parcs qui bétonnent et flinguent ce qui restent.
    Etc.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft