Résistance au régime et au capitalisme : archipels qui grandissent et/ou révolution générale ?

Un débat entre Damasio, Lordon et Dufresne

par Camille Pierrette.
Mis à jour le dimanche 15 septembre 2019

Voici la vidéo d’un débat intéressant, passionnant, crucial pour les temps qui viennent : "Résistance, résistances" :

https://vimeo.com/355107260?ref=fb-share

Vous n’êtes pas obligé d’écouter le début, qui est fait de rappels historiques sur la résistance durant la 2e guerre mondiale.
Par la suite, la discussion porte sur deux éléments importants :

1. A présent, bascule t-on dans autre chose, ou assiste-t-on à une simple révélation à nu du régime en place depuis toujours ?

Les brutalités crues du gouvernement macron et de ses polices, ses mensonges, son mépris, ses manipulations sont-ils le signe du basculement dans un autre régime ?
Ou s’agit-il simplement de la révélation de sa nature en pleine lumière. Face aux contestations plus virulentes des gilets jaunes and co, le pouvoir, puisqu’il veut perdurer malgré tout, n’hésite pas à déployer un arsenal de répression plus brutal : arrestations pour tout et n’importe quoi, mutilations, terreur... Ce qui déchire le paravent de "notre démocratie".

les institutions n’ont jamais été démocratiques

Des intervenants rappelaient que des éléments de la royauté ont subsisté, que les lois répressives et libérales s’empilent depuis longtemps.

Je penche plutôt pour la deuxième hypothèse car les institutions n’ont jamais été démocratiques, des brutalités policières ont lieu de manière structurelles depuis longtemps contre certaines parties de la population (immigrés, exilés, banlieue...), et la répression contre les contestataires se durcie dès qu’ils sortent du cadre inoffensif manifestation encadrée/pétitions.
Avec le régime de macron on peut constater malgré tout un côté plus extrémiste, un moindre soucis de conserver les apparences et un mépris davantage déclaré.

2. Des archipels d’autonomie ou un grand soir ?

Pour dépasser et renverser le régime et son monde (capitalisme, autoritarisme, totalitarisme politique et économique) Damasio portaient plutôt l’idée de zones autonomes qui feraient plus ou moins sécession avec l’Etat et le capitalisme, et qui, reliées entre elles formeraient des archipels qui parviendraient à résister et à submerger le pouvoir et le capitalisme.

De son côté, Lordon disait que ces archipels seraient écrasés par l’Etat, qui ne supporte pas la moindre structure vivant en dehors de sa coupe réglée, comme on a pu le voir avec l’offensive militaire contre la ZAD à Notre Dame les Landes.
Pour lui, si on veut un vrai bouleversement, le régime étant tellement verrouillé, armé et brutal, on n’échappe pas à une sorte de "grand soir" même si ça paraît "vieillot", c’est à dire une énorme insurrection, une révolution d’ampleur qui étoufferait et détruirait toutes les structures oppressives.
En prenant garde de ne pas juste destituer un clan pour se contenter d’en accepter un autre à la place, comme ce qui s’est passé dans les "révolutions arabes".
Pour aboutir, cette révolution devrait non seulement tout destituer, mais rendre impossible le retour de tout clan ou parti politique.
En termes anarchistes, on dirait qu’il faut détruire le pouvoir au lieu de remplacer les personnes et groupes qui l’exercent.

- A mon avis, pour aboutir il est plus réaliste de compter sur un mélange de ces deux options, en ajoutant une troisième composante.
C’est à dire :

  1. une multitude d’espaces d’autonomie, d’auto-organisation, de démocratie directe, de solidarité et de partage, d’alternatives radicales à l’économie de marché (production et distribution hors capitalisme). Qui pourraient rester plus ou moins furtifs, et qui éviteraient les affrontements frontaux mais chercheraient plutôt à obtenir le soutien actif d’une grande partie de la population, pour limiter les risques d’écrasements par les armés de flics.
    Ces espaces permettraient de mieux rebondir après un renversement du régime et d’avoir des bases matérielles d’organisation et d’entraide pour la lutte
  2. des insurrections permanentes (manifs, émeutes, blocages) de masse importantes, du type de celles qu’on pu produire les gilets jaunes par moment. Il faudrait que d’autres secteurs de la population s’y joignent, par exemple des jeunes de banlieue, des écologistes radicaux, des travailleurs (qui pourraient aussi faire des grèves et des blocages en soutien en même temps)
    Ces petits "grand soir" permettraient de maintenir la pression sur le pouvoir, de perturber l’économie, d’asseoir la puissance collective de la rebellion, de saisir des opportunités de destitutions (au moins locales dans un premier temps)
  3. des actions directes et clandestines de type sabotages, atteintes économiques, mise hors service d’infrastructures de transport, d’énergie et de communication, etc.
    Ces actions permettraient de perturber le fonctionnement du système en place, de rendre sa continuation intenable et ruineuse, de faire diminuer la prédation sur la nature et de faire décroître les émissions de CO2

L’autre option serait qu’un jour, bientôt, des millions de gens sortent dans les rues durant des jours, des semaines, bloquent tout, arrêtent de travailler, se parlent, s’organisent, genre l’AN 01. Mais cette option est encore plus improbable que les autres...

Il reste sans doute encore du chemin pour en arriver à ces situations ?
Qui sait ? Les révoltes sont souvent imprévisibles...
En novembre 2018, il a suffit d’une petite goutte d’eau, d’un projet de taxes sur les carburants.
Et comme la violence du capitalisme, de la destruction accélérée du vivant et du climat, et les crasses infâmes des gouvernements nous versent chaque jour des sceaux d’eau glacée sur la tronche..., les électrochocs individuels et collectifs risquent de se multiplier, pour atteindre des points de non retour à la normale et une mutinerie permanente de haute ou basse intensité suivant les moments et les opportunités.

- Voir aussi : Comment reprendre nos rues - En dix mois, le mouvement des Gilets Jaunes a réussi à de nombreuses reprises à surprendre : le pouvoir, la police, les médias, l’opinion. Voire les GJ eux-mêmes. Au delà de la détermination et d’une féroce envie de changement, ce qui a véritablement changé la donne du paysage des luttes sociales en France, c’est cette réalité nouvelle d’actions totalement décentralisées et autonomes. Des blocages, des occupations, des manifestations, des débordements. Tellement de possibles qui n’existent plus dans l’univers normé des syndicats, partis d’oppositions, ONG et autres structures bien établies.
En cette rentrée 2019, le champ des possibles semble encore très vaste. Bien plus vaste que le pouvoir et les médias le présentent. Mais pour réussir à déborder à nouveau, et peut être encore plus fort, il est nécessaire de réfléchir à des stratégies de lutte, que ce soit pour des manifs à venir ou d’autres types d’actions. Voici quelques pistes et réflexions, qui ne demandent qu’à être complétées et enrichies. Précision importante : ces pistes se placent dans une optique clairement insurrectionnelle, voire révolutionnaire. Puisque tant de GJ (et d’autres citoyens) le clament et l’espèrent depuis plusieurs mois, osons réfléchir à la chose de façon posée. Une sorte de manuel pour “agir en primitif et prévoir en stratège”, comme le préconisait le poète et résistant René Char.

- et la Vidéo : TEASER 21 SEPTEMBRE JNRV ! - Tout le monde frissonne, mais le seul moyen, c’est de s’unir.

- dans un autre genre, une vidéo de fiction inspirée par Greta Thunberg et assimilés : ANITA

- et une des vidéos avec Yannis Youlontas :

https://youtu.be/qar9JQHegwQ

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft