Rassemblement devant le tribunal de Valence

Jeudi 2 mai 08:00-10:00

Rassemblement devant le tribunal de Valence à 8 h le mardi 2 avril 2019

Le 2 avril 2019 à 8 h 30, un militant du collectif « Pas d’enfants à la rue à Valence » est convoqué devant le tribunal de police de Valence pour avoir pénétré dans l’enceinte de la fac de Valence avec quatre familles de demandeurs d’asile, un enfant de 4 ans, une autre de 8 ans, deux adolescents de 14 et 16 ans et une femme enceinte de 4 mois.
Ces familles et ses enfants ont pu passer la nuit à l’abri dans une salle de cours de la fac. Il faisait d’après les archives de Météo France 4° à 19 h et 2° à 7 h du matin à Valence et il pleuvait.

Depuis mars 2017 des citoyen-nes de Valence scandalisés par l’inertie de l’État ont décidé de réagir et d’occuper des bâtiments publics pour mettre les enfants et leurs parents à l’abri.

Par ces occupations ils dénoncent en outre l’incurie des services de l’État qui laisse des semaines durant des demandeurs d’asile à la rue en infraction à la loi et aux conventions internationales qui stipulent « Une fois sa demande enregistrée par un agent en préfecture, le demandeur d’asile rencontre un agent OFII pour pouvoir bénéficier des conditions matérielles d’accueil (allocation pour demandeurs d’asile, hébergement) et signer l’offre de prise en charge (OPC) afin de pouvoir subvenir à ses besoins le temps de sa procédure d’asile » (http://www.ofii.fr/demande-d-asile).
Le risque encouru par le militant est une amende pouvant atteindre 3500 euros. Le choix du tribunal de police par le procureur n’est pas anodin. En effet le procureur de Valence, qui ne donne aucune suite à des plaintes déposées par des femmes réfugiées pour des violences ou menaces masculines, a été très diligent concernant les citoyen-nes solidaires. Il suit en cela le vieil adage bien connu des DRH dans les entreprises. Mettre les militant-e-s en situation de devoir se défendre au détriment de leur action et attaquer au portefeuille. Rien que pour se défendre ce sont des centaines d’euros pouvant servir à la solidarité qui disparaissent .

Criminaliser la solidarité est la seule réponse de cet État qui ne respecte même pas ses propres lois.

Source : ROSA

Lieu : Tribunal

Adresse :
Valence

Portfolio

AGENDA

- Retrouvez tous les événements sur la page AGENDA

Partagez l’événement

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft