Noam Chomsky

par Roger Poulet.
Mis à jour le jeudi 25 juillet 2019

Jeudi 25 juillet , en accès libre sur le site de « là-bas si j’y suis », une heure avec Noam Chomsky.

A ne pas manquer ce rendez vous avec un des plus grands intellectuels engagés

de notre époque.

Jeudi 25 juillet , en accès libre sur le site de « Las-bas si j’y suis », une heure avec Noam Chomsky.
A ne pas manquer ce rendez vous avec un des plus grands intellectuels engagés
de notre époque.


12 Messages

  • Noam Chomsky Le 28 juillet à 22:02, par Etienne Maillet

    J’ai dû mal m’exprimer. Que Chomsky soit chiant, c’est un point de vue. Etre chiant n’enlève rien à la valeur de son travail. Lacan l’est aussi, mais en moins pertinent, ou encore l’opéra, etc. La vie est trop courte pour capillotracter. Les sources : il suffit de lire l’œuvre de Chomsky. Quant au gène FOXP2, il est d’invention bien postérieure aux travaux de Chomsky et ne concerne que la possibilité de parler (on ne sait si Neandertal le possédait). Mais cela n’a pas de relation avec les structures histologiques préengrammées, synthétiques et d’un haut niveau de complexité – voir par exemple les circuits de la peur, qui mobilisent des zones entières du cerveau – structures qui supporteraient le langage dès avant la naissance, et font de l’homme pleinement le double résultat et d’une histoire contingente et de la nécessité, comme l’est d’ailleurs notre génome, fruit de l’histoire et de la culture tout autant que de notre « nature ». Ainsi tombe, grâce à Chomsky et bien d’autres, la centralité de l’homme au sein de la création, tout comme il avait perdu quelques siècles auparavant l’illusion d’être au sens du cosmos. Il est par ailleurs fort douteux qu’un comportement synthétique tel que le langage relève d’un seul gène.La Recherche a raison de le souligner. A part aux Etats-unis, où régulièrement on identifie le gène de l’homosexualité, ou celui du crime (par exemple). Quant à la forme d’une communication, elle est aussi importante que le fond : quelle agressivité !

    Répondre à ce message

    • Noam Chomsky Le 29 juillet à 17:36, par jef jaquier

      Tu bottes en touche, me semble-t-il, quand je te demande des sources précises où il démontre que le langage est inné, en me disant qu’il suffit de lire son oeuvre ! C’est qu’appremment tu l’as lue, et tu pourrais m’aiguiller. En fait la théorie chomskienne a évolué dans le temps.

      Pour le lecteur qui serait intéressé par cette question du langage, et comment nous acquérons une langue voici un article détaillé exposant à la fois les théories chomskiennes, leur évolution, et ce qu’en dit une linguiistique plus moderne.

      Les écrits de Chomsky sur les khmers rouges, publiés par la fondation Russell pour la Paix, s’il vous plait, marquent le début de sa carrière d’intellectuel engagé. « Le plus grand intellectuel vivant », selon le New York Times, ce qui est une référence.

      Il fut une époque où les intellectuels « engagés » s’appuyèrent sur le marxisme et les paradis communistes dans leur critique du système capitaliste. Aragon (vive la grande Guépéou), Lacouture, Etiemble, les maoïstes en 68, etc. Ce temps n’est plus, hélas, où tout était si simple, où l’ennemi était en face, bien désigné.

      Mais il en reste encore, me semble-t-il, bien des traces.

      Répondre à ce message

      • Noam Chomsky Le 30 juillet à 16:31, par jef jaquier

        La réputation d’intellectuel de Chomsky s’est construite sur le fait qu’il apportait une nouvelle théorie linguistique, que sur ses photos on voyait plein de bouquins derrière lui, et qu’il était MITeux, c’est à dire planqué au Massachussetts Institute of Technology.
        Il contredisait la linguistique antérieure (la linguistique est l’étude du langage, autrement dit : comment nous apprenons à parler, à échanger). En gros il disait que le langage était inné, c’est à dire quelque chose comme un gène. T’en pense quoi, toi Roger, si je te dis que la musique est innée, qu’elle est le résultat d’un gène ?

        Alors ça je trouve, c’est une question qui peut intéresser le lecteur de Ricochets. Nous avons tous une expérience là-dessus, soit quand nous avons appris notre langue maternelle, ou d’autres langues, soit quand nous avons vu nos enfants apprendre à parler.

        Le truc, avec Chomsky, qui est un vieil intello gâteux, qui parle à peine deux langues je crois, l’américain et l’hébreu ancien, c’est qu’au lieu de partir de l’observation des humains qu’il n’a jamais jamais observés, il est parti de l’observation de trois ou quatre langues pour dire : voilà, c’est inné, c’est un organe.

        Depuis cette époque ancienne d’autres linguistes ont répondu, ce qui l’a obligé à modifier sa théorie. Premier exemple, la langue des Pirahas, une langue étrangé.

        Un deuxième article, d’un monsieur du CNRS, de 2008 pour aller plus loin sur la question.

        En quoi Chomsky est-il un intellectuel égaré, et non un intellectuel engagé ? En ce qu’il n’a jamais foutu les pieds au Cambodge, au Vietnam, au Moyen Orient, mais qu’il parle dessus. Et que son domaine ce sont les mots, uniquement les mots. Voir la liste de ses productions sur son site, c’est effrayant !

        Et qui nous l’a vendu comme intellectuel engagé ?

        A plus tard ...

        Répondre à ce message

      • Noam Chomsky Le 30 juillet à 21:44, par jef jaquier

        Poursuivant ma songerie sur le langage, et ne sachant où est passé mon message du 30 juillet, je poste ici un lien que je viens de trouver : un joli documentaire d’Arte sur cette tribu des Pirahas et leur langue étrange.

        Répondre à ce message

  • Noam Chomsky Le 28 juillet à 15:11, par Etienne Maillet

    Je laisserai de côté la problématique cambodgienne de Chomsky, que je ne connais pas. Par contre, les conceptions théoriques de Chomsky sont très intéressantes. Elles ne sont ni plus nin moins chiante qu’aucune matière intellectuelle substantielle, qui ne se laisse mâcher ou digérer facilement. Il est vrai que nous sommes à une époque où la philosophie s’apprend dans des bandes dessinées, comme si le chemin, la démarche, l’effort, n’étaient pas en eux-mêmes la clé de l’apprentissage et la douleur que l’on ressent à apprendre le signe d’une certaine transformation de nos structures internes. L’apport de Chomsky en matière linguistique est important : Chomsky montre que le langage ne s’apprend pas ex-nihilo ; qu’au contraire existent des structures innées prêtes à accueillir cette compétence fine qu’est le langage. Ce faisant, Chomsky montre les liens entre culture et nature. Au XVIIIe siècle, on a cherché à isoler des enfants pour savoir quelle était la langue naturelle, celle que parleraient des enfants sans aucun contact avec la culture. Ils devinrent fous et ne parlèrent rien. Autrement dit, il n’existe pas d’acquis pur ni de culture pure : cette dernière s’appuie sur des structures physiologiques, qui sont de l’acquis très ancien physiologiquement engrammé. Pas de nature, pas de culture, pas d’esprit, pas de matière : aucun de ces mots ne recouvrent de réalité précise, mais sont simplement des polarités, un peu à la manière dont les représente le symbole du Yin et du yang, où Yin et Yang sont toujours présents, en tendance au moins. La pensée de Chomsky s’inscrit en réaction au platonisme (le monde des Idées pures et éternelles) ou encore au cartésianisme (l’esprit et le corps, la matière sont séparés). Or, platonisme comme scientisme (dont Descartes est l’un des plus proéminents avocats) sont aussi des techniques de pouvoir : les idées pour Platon, l’esprit pour Descartes, sont des principes naturels de légitimation du pouvoir (du type : je suis le fils du soleil, ou bien encore : le nucléaire est rationnel). On voit ici comment déclarer continue la relation entre esprit et corps, inné et acquis, résonne avec l’anti-autoritarisme libertaire de Chomsky.

    Répondre à ce message

    • Noam Chomsky Le 28 juillet à 19:56, par jef jaquier

      Si, je réitère, Chomsky est chiant ! Chiant parce que ce ne sont que des assertions, et qu’il ne montre ni ne démontre rien.

      Tu peux me donner tes sources, là où il fait la démonstration scientifique et irréfutable de l’innéité du langage, ou de la grammaire ? De la relation unique du gène FOXP2 avec le langage ? Merci.

      « En étudiant un trouble du langage dans une famille britannique, la linguiste canadienne Myrna Gopnik suggère en 1990 l’existence d’un gène, baptisé SPCH1, qui contrôlerait la capacité à former des phrases grammaticalement correctes. Ce résultat eut un important retentissement car il confortait la thèse nativiste défendue par Noam Chomsky dans le débat sur la part de l’inné et de l’acquis qui divise les linguistes. Depuis, de fortes divergences d’interprétation quant au rôle de ce gène - tout récemment identifié - sont apparues. Elles sont exemplaires des difficultés à établir des liens de causalité à partir de simples corrélations. » La Recherche

      Pour qui veut en savoir un peu plus, voici le site, en anglais, de Chomsky Vous pourrez y découvrir la quantité gigantesque de livres, vidéos, articles conférences, causeries, qu’il a pu faire, me remémorant, puisque tu parles de yin/yang, Le Vieux, qui disait « Celui qui parle ne sait pas. Celui qui sait ne parle pas ». Je me tairai donc.

      Répondre à ce message

      • Noam Chomsky Le 28 juillet à 22:23, par Etienne Maillet

        PS. Quel rapport entre Yin Yang et le Vieux (Laozi, j’imagine) ? Les deux traditions sont bien différentes, l’une très ancienne (Yin Yang) ; l’autre beaucoup plus récente (le taoïsme). Ce n’est que vue d’ici qu’on fait un gros gloubi boulga chinois où tout se mélange, hexagrammes y compris. Laozi en tout cas a bon dos, qui dit bien tout ce qu’on lui met dans la bouche. A propos, si l’ignorant parle, si le savant se tait, que fait le prétentieux ?

        Répondre à ce message

  • Noam Chomsky Le 26 juillet à 18:51, par jef jaquier

    Sur les khmers rouges, Chomsky a dit « Chomsky, he said, questioned « refugee testimony » believing that « their stories were exaggerations or fabrications, designed for a western media involved in a ’vast and unprecedented propaganda campaign’ against the Khmer Rouge government, ’including systematic distortion of the truth.’ » »examiné les témoignages des réfugiés", « leurs histoires étaient des exagérations ou des fabrications dessinées pour un média occidental impliqué dans une campagne de propagande vaste et sans précédent contre le gouvernement Khmer Rouge, incluant une déformation systématique de la vérité ».

    Ce qui est pas mal pour un intellectuel, plus proche de la vérité que le commun des mortels, comme il l’avait dit à propos de la guerre du Vietnam, en 1967, alors que le mouvement pacifiste dénonçait cette guerre depuis déjà pas mal d’années.

    Pour ce qui est des théories linguistiques de Chomsky, j’ai trouvé ça très chiant pour le peu que j’en connais. Le principal que j’en ai retenu est que le langage est inné.

    Sinon, la Bretagne échappe à la canicule.

    Répondre à ce message

    • Noam Chomsky Le 5 août à 15:44, par poulet

      Faut-il jeter Chomsky avec l’eau du bain ?
      Certes ses théories peuvent être critiquées voire dépassées par des gens qui seront sans doute dépassés à leur tour. Mais ainsi va le « progrès » scientifique.
      Pour ma part, j’ai l’intuition, sans pouvoir le démontrer, que le chant, la mélodie ont précédé le langage articulé.
      Sur son action politique, il a tout de même été assez constant pendant plus de 50 ans avec son comparse Howard Zinn. Sur le Cambodge, avait-il au moment de sa déclaration le moyen de savoir quelle était la véritable situation ? Ceux qui savaient étaient à la Maison Blanche et en particulierle sinistre Kissinger (prix Nobel de la paix !?)
      Une hypothèse est qu’il contestait une propagande étasunienne que l’on sait extrêmement puissante.
      La guerre du Vietnam a été déclenchée après une fausse attaque nord-vietnamienne contre un navire US. Plus près de nous on se rappelle les armes de destruction massive et le petit flacon qui ne devait contenir que du talc ou du bicarbonate.
      On décide d’abord de faire la guerre et on trouve ensuite le prétexte.
      L’assassinat de l’archiduc en 14 était aussi un prétexte un peu futile.

      Sur l’inné en musique, bien sûr il existe, mais il faut relativiser son importance.
      On peut prendre l’exemple de l’oreille absolue qui est donnée à la naissance, mais qui n’est tout de même pas aussi rare qu’on veut bien le dire. C’est une caractéristique qui n’a pas que des avantages. Je l’ai vécu personnellement au moment de passer aux instruments anciens avec un diapason à 415 hertz au lieu de 440.
      D’autre part, il est parfaitement possible de pratiquer la musique avec seulement l’oreille relative.
      Ce qui est important, c’est ce qu’on entend dans le plus jeune age et qui est formateur pour l’oreille, musiques ou bruits de la nature.
      Pour ce qui est du sens du rythme, on considère que tout le monde l’a jusqu’à l’age de cinq ans.
      (sauf problème physiologique). Ensuite il se perd progressivement sous l’effet de l’éducation.
      On peut ensuite le retrouver par le travail, mais aussi avec diverses techniques orientales.
      C’est un cliché courant de dire que les Noirs ont le sens du rythme. Mais ce n’est certainement pas du à un gène. C’est bien plutôt une question de mode de vie, de manière d’être, pour tout dire de culture. Lorsqu’ils sont soumis au même type d’éducation répressive, les Africains n’ont pas plus de sens du rythme que les occidentaux.

      Répondre à ce message

      • Noam Chomsky Le 5 août à 22:13, par jef jaquier

        Salut Roger
        en lien on trouvera ce qu’il y a de Chomsky sur youtube. Très peu de choses sur ses théories linguistiques, mais beaucoup sur toutes sortes de sujets (le Vénézuela, le changement climatique, etc etc).
        Donc si on veut parler un peu de Chomsky, soit on lit quelques-uns de ses bouquins, soit on peut suivre quelques-unes de ses conférences. Pour ses bouquins, j’ai mis en lien son site avec la totalité des titres qu’il a écrits.

        Hier vient de mourir le bras droit de Pol Pot, à 93 ans. Et non, Chomsky n’était pas obligé de parler de "génocide éclairé, ou alors d’aller voir sur place avant de parler. En lien ici un article de l’express sur les intellectuels et le génocide, pour situer de quoi l’on parle.
        Mais Chomsky a aussi défendu, en 1970, la guerre du Vietnam, qui n’était que la reprise de la guerre d’Indochine par les américains. Déjà beaucoup de jeunes américains étaient allés mourir sur cette terre depuis les années 60, où Kennedy avait commencé d’envoyer des hommes. Il ne fait donc pas figure de novateur... Mohamed Ali l’avait précédé.

        Nous qui étions (sommes encore ?) anticolonialistes, marxistes, communistes, et antiaméricains,ça nous plaisait bien Chomsky qui critiquait son propre pays. Nous n’avions pas encore entendu parler du goulag, des laogais, ni des camps de rééducation d’Ho Chi Minh,ni de l’argent versé par l’URSS et la Chine aux Vietcongs. Et ici sur le financement du Viet Minh par les américains.

        Pour voir cette guerre du Vietnam avec un peu plus d’ouvertures, je te propose de lire cet article.

        Pour ton info, dans les années 50 j’allais manifester pour libérer Henri Martin. Je ne savais pas encore ce qu’était le communisme. Et aujourd’hui je vois l’impérialisme chinois continuer de monter non seulement en Asie, au Laos, au Cambodge, en Thailande en ce moment, mais bien ailleurs avec la route de la soie.

        Répondre à ce message

  • Noam Chomsky Le 25 juillet à 19:48, par jef jaquier

    salut Roger,
    moi qui, jadis, vécus au Cambodge peu avant less kmers rouges, je l’ai trouvé très engagé sur cette question. Mais pas du tout engagé sur le bon chemin.
    Lors de la dernière présidentielle il fut dit qu’il soutenait Mélechon ; je lui écrivis pour demander confirmation. Il ne m’a jamais répondu.
    Je ne suis pas sûr, mais je ne crois pas qu’il soit jamais revenu sur la question des khmers rouges.

    Répondre à ce message

    • Noam Chomsky Le 26 juillet à 10:18, par poulet

      Dont acte ! Je ne connais pas cette partie de l’histoire. Je vais essayer d’en savoir plus.
      Il est vrai que beaucoup d’intellectuels se sont trompé sur certains points, ne serait ce que l’illustre Jean Sol Partre.
      Mais je crois que tu as des connaissances en linguistique.
      On dit que Chomsky est le créateur de la linguistique moderne.
      Je n’ai pas lu ses livres qui nécessitent de maîtriser un vocabulaire un peu particulier.
      Il serait bien de faire connaître ses idées, et éventuellement de les critiquer. Ce serait bien pour ce forum qui ne vole pas toujours aussi haut.

      En tous cas, content d’avoir des nouvelles de la fraîche Bretagne

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft