Les chiliens, ces autres gilets jaunes - Soulèvement contre la misère et l’ultralibéralisme

Au Chili, mêmes causes, mêmes effets - Le gouvernement déploie l’armée

par Gilets jaunes.
Mis à jour le mardi 22 octobre 2019

Comme en France avec les gilets jaunes, les chiliens pauvres et classes moyennes se révoltent contre la misère, l’ultralibéralisme, les fins de mois impossibles, mais aussi contre la pollution de sites sacrifiés, contre la misère des petits paysans laminés par les monocultures d’exportation (avocats notamment).

« Ce n’est pas le métro, c’est la santé, l’éducation, l’électricité, les petites retraites, etc. »

- Lisez l’article de Reporterre : Frappé par une sécheresse historique, le Chili se révolte contre l’injustice sociale - Le peuple chilien se révolte depuis plusieurs jours. Comme pour le mouvement des Gilets jaunes, c’est une question liée aux transports qui a servi d’étincelle. Alors que la sécheresse accable le pays depuis plusieurs mois, la politique inégalitaire et libérale menée par le président milliardaire est rejetée.

- Voir aussi :


1 Message

  • Les chiliens, ces autres gilets jaunes - Soulèvement contre la misère et l’ultralibéralisme Le 23 octobre à 08:36, par CamilleClaudel

    Le Néolibéralisme. Le fil qui relie toutes ces révoltes populaires, au Chili, en France, en Catalogne, au Liban...
    Voir aussi l’article de Romaric Godin du 23 Octobre sur Médiapart intitulé ’crises sociales, crises démocratiques, crise du néo-libéralisme’ et dont voici le dernier paragraphe :

    "Devant la violence de cette guerre et l’incapacité des gouvernants à dépasser le néolibéralisme, on assisterait alors à une convergence du néolibéralisme, autrement dit de la défense étatique des intérêts du capital, avec les mouvements néofascistes et nationalistes, comme cela est le cas depuis longtemps déjà dans les anciens pays de l’Est ou, plus récemment, dans les pays anglophones, mais aussi désormais en Inde et en Chine. Le besoin de stabilité dont le capital a si impérieusement besoin ne pourrait alors être acquis que par une « militarisation » de la société qui accompagnerait sa marchandisation. Le néolibéralisme a prouvé qu’il n’était pas incompatible avec cette évolution : son laboratoire a été... le Chili de Pinochet, un pays alors verrouillé pour les libertés, mais fort ouvert aux capitaux étrangers. Ce retour de l’histoire pourrait être un présage sinistre qui appelle désormais à une réflexion urgente sur la construction d’une alternative sociale, écologique et démocratique."

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft