Le mouvement écologiste récupéré et édulcoré par le mouvement pour le climat

Récupération criminelle de l’écologie par le capitalisme et son développement durable...

par Les Indiens du Futur.
Mis à jour le samedi 14 septembre 2019

Voici un salutaire post de Nicolas Casaux concernant la récupération du mouvement écologiste afin de l’orienter vers des objectifs et des actions inoffensifs favorisant le développement durable portée par les capitalistes les plus avisés qui veulent se faire subventionner de nouveaux marchés juteux. Edifiant !

LE « MOUVEMENT POUR LE CLIMAT », MASCARADEDIATIQUE AUTORISÉE PAR LES AUTORITÉS

« Les autorités new-yorkaises ont donné ce jeudi 12 septembre leur bénédiction aux élèves qui veulent rater l’école pour participer à la grande manifestation pour le climat prévue le 20 septembre, emmenée par la jeune Suédoise Greta Thunberg. »

Hier, par curiosité, parce que cela fait des mois que je remarque que toutes les interviews de — et tous les articles sur — Greta Thunberg sont d’un vide sidéral, qu’on n’y apprend rien, qu’on n’y dit quasiment rien, j’ai lu la retranscription de l’entretien d’une heure (!) que Greta a accordé à 𝘋𝘦𝘮𝘰𝘤𝘳𝘢𝘤𝘺 𝘕𝘰𝘸, un média de gauche états-unien (financé par les mêmes fonds philanthrocapitalistes qui financent le « mouvement pour le climat »).

Rien. Le néant

En une heure, j’espérais qu’ils parviendraient à lui faire dire des choses un peu plus précises. À lui faire discuter plus en détail les problèmes de notre temps. Mais non. Rien. Le néant. On découvre, tenez-vous bien, que certaines personnes prononcent mal le nom de Greta. Disent Tunberk, ou Teuneberg, au lieu de Thunberg. Les incapables. On (re)découvre l’histoire personnelle de Greta, son histoire familiale, longuement. Puis, Amy Goodman, la journaliste de 𝘋𝘦𝘮𝘰𝘤𝘳𝘢𝘤𝘺 𝘕𝘰𝘸, l’interroge sur son autisme. Puis sur ce qu’est le véganisme. Puis lui demande de décrire en détail sa traversée écolo de l’Atlantique en bateau. Enfin, elle l’interroge sur la grève pour le climat prévue en septembre. Fin de l’entretien. Pas un mot sur le capitalisme, l’industrialisme, sur la nature et les causes du désastre socioécologique en cours.

Bien sûr, les slogans habituels, les phrases creuses et insignifiantes qui caractérisent l’écologisme médiatique, ponctuent l’interview. On rappelle ici que « nous vivons une crise existentielle », là que « les règles doivent changer », ou encore, là, que « nous devrions nous réveiller et réveiller les adultes [...], nous mettre en colère et comprendre ce qui est en jeu. Puis transformer cette colère en action pour agir à l’unisson et ne pas abandonner. »

Tout un programme.

Quoi qu’il en soit, Greta continue d’écumer les médias de gauche et progressistes des US (le 𝘋𝘢𝘪𝘭𝘺 𝘚𝘩𝘰𝘸 de Trevor Noah, hier, etc.) où elle propage la bonne parole : la nécessité de mettre un coup de boost au développement du « développement durable » (ou capitalisme vert, ou industrialisme vert, c’est la même chose), de développer massivement les illusions vertes pour tout sauver, la civilisation industrielle, le climat et les oiseaux.

L’arnaque et les illusions du développement « durable »

Cela dit, il est important de rappeler que manipulée (ou, du moins, fortement influencée) par son entourage, par ceux qui ont orchestré sa promotion et par le système techno-industriel capitaliste dans son ensemble (en l’occurrence, par son aile développement durable), comme nous le sommes un peu tous, il ne s’agit pas de la blâmer personnellement. Les principaux responsables de cette mascarade sont les dirigeants et les promoteurs des illusions vertes, du secteur du développement durable. États, entreprises, fondations privées, richissimes capitalistes (verts), médias de masse leur appartenant.

Le mouvement climat a des revendications le plus souvent tout à fait compatibles avec la société industrielle capitaliste et son développement (durable)

Ainsi que la dernière enquête de Cory Morningstar l’expose, depuis des années, de nombreuses et richissimes fondations philanthrocapitalistes financent lourdement, à hauteur de centaines de millions de dollars, voire plus, le développement du « mouvement pour le climat » dans le monde entier. Mouvement dont les revendications sont (donc) le plus souvent tout à fait compatibles avec la société industrielle capitaliste et son développement (durable). Tandis que d’autres fondations privées, liés à d’autres richissimes capitalistes, financent le climatoscepticisme : l’aile développement durable et l’aile climatosceptique se rejoignant sur l’importance et la nécessité de la continuation de la société techno-industrielle, prémisse fondamentale, indiscutable et indiscutée, sur laquelle ils s’accordent tous.

Pendant que certains sont interdits de manifestation, d’autres reçoivent la bénédiction des autorités. La récupération du mouvement écologiste continue.

- Voir aussi  : Greta Thunberg, Extinction Rebellion et le mouvement pour le développement durable (par Nicolas Casaux)

- Et ces critiques de Extinction Rebellion (surtout UK) : Extinction Rebellion : Ce n’est pas la lutte dont nous avons besoin, Partie 1 - Première partie d’une critique en trois parties de Extinction Rebellion, axée sur leurs attitudes envers la police, le système juridique et la prison. Ceci est une traduction d’un texte de Out of the Woods [1], publié le 19 juillet 2019 sur le site Libcom.org.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft