La France va soutenir la police chilienne ! Entraide entre régimes autoritaires et brutaux

Comme toujours la France soutient des régimes autoritaires et des dictatures et vend ses armes et savoir faire partout pour entraver les soulèvements populaires

par Camille Pierrette.
Mis à jour le mardi 26 novembre 2019

Après des manifestant.e.s tuées par la police chilienne, des sévices sexuels par des policiers chiliens, de nombreuses personnes éborgnées par le police chilienne, des assassinats politiques de deux femmes, voici la réponse de notre cher (coûteux) gouvernement français, si épris de démocratie et de droits de l’homme : aider le régime autoritaire, ultracapitaliste et brutal chilien à réprimer davantage et plus efficacement ! :

🔴 « SAVOIR FAIRE FRANÇAIS » : LA FRANCE VA FORMER LA POLICE CHILIENNE

(post de Nantes Révoltée : « SAVOIR FAIRE FRANÇAIS » : LA FRANCE VA FORMER LA POLICE CHILIENNE

Le Chili vit depuis plus d’un mois un soulèvement sans précédent. Parti d’une révolte contre l’augmentation du prix du ticket de métro, le mouvement a littéralement embrasé le pays : manifestations gigantesques, affrontements, grèves massives. Le pays traverse un épisode révolutionnaire qui met en grande difficulté le gouvernement Chilien, dirigé par un milliardaire ultra-libéral : Piñera.

Pour écraser l’opposition, le pouvoir déploie une répression féroce : armée dans les rues, blindés, tirs à balles réelles, arrestations de masse et disparitions. Dans un pays où les crimes du dictature de Pinochet n’ont jamais été réparés, on compte plus de 200 manifestants éborgnés par la police en un mois, et une vingtaines de morts. Deux jeunes femmes ont été retrouvées mortes après avoir été arrêtées. Le fantôme de la dictature militaire plane sur le pays.

Dimanche 24 novembre 2019, au 37e jour de mobilisation, le président Piñera, s’est rend à l’École des sous-officiers des carabiniers – les forces de l’ordre locales – pour y faire des annonces « pour restaurer la dignité de notre police. » Parmi ces mesures, la réintégration des policiers à la retraite et la sortie anticipée des écoles de police, qui permettra de déployer plus 4000 agents supplémentaires pour mater les manifestations. Il y aura aussi plus de moyens et de pouvoir pour les « carabiniers », et la généralisation de la présence militaire dans les rues. Mais ce n’est pas tout.

PARTAGE DE CONNAISSANCES

Le gouvernement chilien annonce surtout un « conseil international en matière de police » : la collaboration de professionnels du maintien de l’ordre étrangers pour guider la répression chilienne. Qui sont les pays participants ? L’Angleterre, de l’Espagne et ... de la France ! Il s’agit, selon la presse chilienne, « d’analyser les protocoles, les tactiques et les stratégies actuellement utilisées dans les opérations de contrôle de l’ordre public » et « d’enrichir la procédure opératoire pour améliorer le contrôle de l’ordre public ». En clair, comment réprimer mieux et plus efficacement les mouvements sociaux, avec l’aide de spécialistes occidentaux.

Des réunions de formation seraient programmées pour « échanger » sur les expériences respectives et analyser les tactiques de maintien de l’ordre. Il faut dire qu’avec l’écrasement du mouvement des Gilets Jaunes et l’expérience de la France en matière de répression violente des mobilisations, les experts français sont bien placés pour donner des conseils. Les images de manifestant éborgnés dans nos rues rappellent celles des mutilés du Chili, pays dans lequel le fait de se cacher un œil est devenu un signe de protestation. La répression en Catalogne par la police espagnole est aussi une la marque d’une « expérience » certaine

En France, personne ne parle de cet accord. Pourtant, cette collaboration annoncée par le pouvoir chilien a nécessairement du être validée par le ministère de l’Intérieur français. Alors que les morts et les mutilés se comptent par centaines au Chili, Castaner aurait donc signé un contrat avec le président Piñera.

« SAVOIR FAIRE »

La France est l’un des pays qui a forgé le maintien de l’ordre et la police moderne. Au fil de son histoire ponctuée de révolutions manquées, et de dominations colonialistes, des experts français ont théorisé la répression, et érigé l’écrasement des révoltes en art.

Après Mai 1968, un grand laboratoire du maintien de l’ordre est installé en Dordogne, à Saint-Astier. La gendarmerie s’y entraîne à la répression dans un cadre grandeur nature, en organisant des « des mises en situations réelles ». Elle y forme également des forces de l’ordre venues des quatre coins du monde, des Marines américains aux policiers venus de Catalogne. En 2011, dès le début des Révolutions Arabes, le gouvernement français propose à la dictature Tunisienne de Ben Ali de lui partager son « savoir faire » en matière de maintien de l’ordre.

Mais ces coopérations avec les régimes répressifs ne se limitent pas à la théorie : notre pays est l’un des principaux exportateurs d’armes de répression

Mais ces coopérations avec les régimes répressifs ne se limitent pas à la théorie : notre pays est l’un des principaux exportateurs d’armes de répression. Les grenades lacrymogènes et autres balles en caoutchouc sont utilisées partout autour du globe. Des grenades françaises ont servi à gazer des manifestants du Bahreïn, de Turquie ou du Burkina Faso. Les munitions de LBD, après avoir fait leurs preuves contre les manifestants français, s’exportent à l’étranger. Plus récemment, la France a vendu des canons à eau au gouvernement de Hong Kong pour réprimer les opposants. Les usines qui produisent et disséminent leurs armes aux quatre coins de la planète ne le font pas seules. Tout est supervisé par le sommet de l’État français.

La coopération entre la France et le Chili en matière de répression n’est malheureusement pas nouvelle. Lorsque le général Pinochet installe sa dictature dans ce pays en 1973, des militaires français partent enseigner les techniques de « contre insurrection » utilisées lors de la Guerre d’Algérie aux autorités latino-américaines. La France aide aussi la célèbre DINA : la police politique de la dictature chilienne, qui pratique la torture et les enlèvements de masse. La collaboration qui s’annonce est donc un rappel douloureux de l’histoire.

- Source (en espagnol)

La France va soutenir la police chilienne ! Entraide classique entre régimes autoritaires et brutaux

Un exemple de plus du cynisme institutionnel de l’état français et de ses gouvernements.
Celles et ceux qui n’ont toujours pas compris la véritable nature du régime en place en france le veulent à tout prix et sont des adeptes de l’autruche et de la servitude volontaire.
Chaque semaine, des preuves supplémentaires s’ajoutent aux preuves très nombreuses et anciennes de la nature brutale, autoritaire et antidémocratique des gouvernements et de l’Etat français.

Que ce soit pour les questions sociales, politiques ou écologiques, Etats, gouvernements et système capitaliste n’ont plus aucune légitimité

Que ce soit pour les questions sociales, politiques ou écologiques, Etats, gouvernements et système capitaliste n’ont plus aucune légitimité, on doit donc les faire chuter et les remplacer pour des organisations soutenables et solidaires qui détruisent ou contrôlent très fortement toute forme de pouvoir et de représentation.
Des assemblées populaires et autres formes de démocratie directe ou semi-directe ne pourront que faire mieux, surtout si elles sont « préparées » par de l’information critique, du débat collectif horizontal et une culture de résistance.

Leur fiction de légitimité tombe en miette à présent et ils ne tiennent encore que par les mensonges, la manipulation, la désinformation et leurs polices.

- Donc, pour commencer : Grève générale longue et dure à partir du 5 décembre !

- Pour en savoir plus sur le soutien français aux dictatures et régimes autoritaires  :
L’exportation des méthodes françaises de guerre coloniale (torture, enlèvements, BAC), autrement appelée « la guerre contre révolutionnaire » contre « l’ennemi intérieur » n’est pas vraiment nouvelle :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLCEC6F4120ED470B1

1 Message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft