Gilets jaunes : revue de presse du 8-9 avril

Assemblée St Nazaire, semaine jaune en mai, 13 avril à Toulouse, gazage de fête forraine, monde de l’art, banques, 5G, zèle policier, délit d’opinion, l’extrême droite et Castaner...

par Auteurs divers.
Mis à jour le mardi 9 avril 2019

Articles, posts, images, vidéos, témoignages... autour du soulèvement en gilets jaunes qui dure depuis le 17 novembre 2018.

Appel de St Nazaire, semaine jaune d’actions en mai

Manifestations, résistances et actions

  • Saint-Nazaire. Grand succès de la deuxième « Assemblée des assemblées » de Gilets jaunes : 300 délégations présentes - Deux mois après Commercy, se réunit la deuxième « assemblée des assemblées » des Gilets jaunes. Une grande réussite dans la mesure où ce sont 300 délégations de qui s’y sont joints, contre 75 pour la première. Une preuve de plus s’il en faut que, près de 5 mois après le 17 novembre, et alors que le grand débat se conclut, le mouvement des Gilets jaunes est loin de s’éteindre.
  • À Saint-Nazaire, l’Assemblée des assemblées veut sortir du capitalisme - L’Assemblée des assemblées des Gilets jaunes s’est réunie à Saint-Nazaire du 5 au 7 avril 2019. Réunissant près de 800 délégués venus de toute la France, elle a marqué la détermination du mouvement, sa radicalité, et sa volonté d’organiser les Gilets jaunes démocratiquement et sans leader.
  • A Saint-Nazaire, l’assemblée des Gilets Jaunes, « l’école de la démocratie » - Plus de 250 délégations, environ 800 personnes, trois jours de débats et des propositions concrètes. Tout ce weekend , l’Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à remis le couvert. Une deuxième édition organisée à la Maison du peuple à Saint-Nazaire. Tous et toutes se sont retrouvé.e.s pour enraciner le mouvement et proposer une autre manière d’inventer notre démocratie.
  • À l’assemblée des gilets jaunes : « Nous inventons une démocratie réelle, mais cela prend du temps et de l’énergie » - La tentative de structuration d’une partie du mouvement des gilets jaunes, initiée à la fin du mois de janvier à Commercy, a connu son deuxième acte fondateur ce week-end, à Saint-Nazaire. Pendant trois jours, dans cette « Assemblée générale des assemblées générales », se sont fait entendre de très nombreux débats, témoignant à la fois de la diversité et de la détermination des acteurs du mouvement. Malgré un certain épuisement, marqué par les chiffres en baisse du samedi 6 avril, la volonté d’inscrire cette lutte dans le temps long s’est confirmée. Pour preuve, ils étaient près de 800 à avoir fait le déplacement depuis toute la France, soit deux fois plus qu’il y a deux mois. Reportage.
  • À l’Assemblée des assemblées, des témoignages de vies en jaune. - Émission exceptionnelle au coeur de l’Assemblée des assemblées. Après une première édition à Commercy en janvier, 250 délégations et 800 Gilets Jaunes se sont retrouvé·es en Loire-Atlantique. Au programme, des discussions sur la stratégie, la répression ou les actions à mener. Aux micros de Radio Parleur, les Gilets Jaunes vous racontent leur luttes,leurs colères et aussi la répression.
13-14 avril, retour aux rond-points
  • Scènes de guerre au Boulou (...) C’est par un mouvement tournant que les manifestants prendront à nouveau l’autoroute dans le dos des forces de l’ordre, les obligeant à se redéployer avant qu’à nouveau ils soient repoussés de l’autoroute et qu’ils rejoignent le même rond point tel Fort-Alamo contre l’armée du gouvernement. Et c’est un concert de tir de grenades lacrymogènes auxquelles répondra pierre sur pierre qui va durer de longues heures. Les manifestants useront de poubelle de grandes capacitèe et de panneaux de signalisation comme boucliers. L’arrivée des blindés suit une intensification des tirs de grenades lacrymo pour disperser les assaillants en saturant l’air en gaz à de nombreuses reprises. Par moments, on y verra pas à plus de 1m de distance.
  • Encore et Toulouse - Appel à converger à Toulouse le 13 avril - Des lecteurs de lundimatin nous ont envoyé un appel à venir manifester à Toulouse le 13 avril prochain, lors de l’Acte XXII des Gilets Jaunes, qu’il nous paraissait important de relayer au vu de l’importance qu’à pris le mouvement dans le sud-ouest et en particulier à Toulouse (on trouvera ici ou là des articles sur le déroulé du mouvement à Toulouse il y a quelques mois). Parce que le mouvement y est particulièrement fort, la ville est prise pour cible de la répression qui touche les Gilets Jaunes nationalement : non seulement la place du Capitole est interdite aux manifestations depuis 3 semaines mais la police mène également de nombreuses enquêtes pour association de malfaiteurs dans le cadre d’un groupe d’enquête spécial Gilets Jaunes (voir ici pour un exemple précis).
Nantes, manif gilets jaunes 6 avril, acte XXI
  • AVRIL : NE TESIGNE PAS D’UN FIL - 2000 manifestants à Nantes. Répression, charges et nasses. La fête foraine sous les grenades. - Alors que le grand débat national touche à sa fin, que les membres du gouvernement ne peuvent plus se déplacer sans une véritable armée pour les protéger de la population, et que les images de violences d’Etat défraient la chronique semaine après semaine, l’Acte 21 devait marquer le retour des Gilets Jaunes dans le centre-ville de Nantes. (...) Pourtant, après 21 semaines et plus de 4 mois de contestation, il reste des milliers de personnes qui continuent, semaine après semaine, à tenir les rues. Il y a dans ce long mouvement de révolte, sans doute le plus long depuis l’après-guerre, une résilience hors du commun. Des manifestants, de tous âges et de toutes conditions, mettent chaque semaine leur liberté et leurs corps en jeu. Car personne n’ignore que manifester aujourd’hui, implique le risque d’être mutilé, arrêté, voire pire. Même diminués par la répression les Gilets Jaunes sont la preuve vivante d’une immense détermination. Et d’une défiance vis à vis du pouvoir qui ne s’arrêtera pas.
    Il convient à présent d’inventer de nouvelles façons de prendre la parole, de gagner en force, de reprendre du souffle. Des pistes qui sont, justement, à l’ordre du jour de l’Assemblée des Assemblées de Saint-Nazaire.
  • Une usine de LBD incendiée (en soutien aux gilets jaunes blessés) ? - voir aussi le communiqué
  • A Bruxelles, la ZAD contre la « maxi-prison » - Depuis plus de trois ans, au nord de Bruxelles, des militants écologistes et riverains s’opposent à la construction de la « maxi-prison » de Haren. Ils ont pris leurs quartiers sur une ZAD (Zone A Défendre) bâtie au bord des voies ferrées, où les festivals anti-carcéraux et autres conférences s’enchaînent dans une ambiance bon enfant. Entre les procès de militants et les audiences au Conseil d’État, la lutte s’organise.
  • « Macron doit être poursuivi pour haute trahison » : Un homme interrompt le discours du PM (08/04/19)
  • Desserrer la ceinture - Depuis l’occupation de la ZAC Chateaufarine de Besançon
  • Albi : une conférence de Cédric Villani sur l’intelligence artificielle perturbée par des gilets jaunes - « N’hésitez pas, M. Villani, à rejoindre les rangs de l’écologie radicale et de l’anticapitalisme dont nous pensons, étant donnés les enjeux actuels, qu’ils constituent les filières d’avenir les plus populaires et les plus novatrices. »
  • Contre la loi Blanquer : manifs au départ des écoles vers les mairies du 18e, 20e, 11e et 13e arrondissements ce mardi
  • Appel à manifester le 20/04 au col de Montgenèvre et dans toutes les villes !- À la frontière comme ailleurs, luttons contre les politiques migratoires.
  • LYON : Grève scolaire pour le climat - 12 Avril - "Ecologie ou profit : les jeunes ont choisi"
  • Tou·te·s malfaiteurs - appel à rassemblement mercredi 10 avril - Depuis le 17 novembre, des dizaines de milliers de personnes descendent dans la rue, occupant les ronds-points et expérimentant de nouvelles formes d’organisation. Loin de perdre en intensité, ce mouvement n’a cessé de prendre de l’ampleur. Depuis le 1er décembre, chaque samedi toulousain voit s’exprimer une rage populaire dans les artères bourgeoises du centre-ville. Mais chaque semaine aussi, la répression s’abat. Les flics blessent et les juges emprisonnent. La répression est féroce mais ne calme par les ardeurs de la rue.
  • Appel national au blocage des rectorats - L’AG des grévistes de l’éducation appelle le Jeudi 4 Avril à une grève massive et au blocage des rectorats de toutes les académies.
    Pour un service public d’éducation égalitaire et accessible à tou.te.s, contre le tri social et la sélection, pour dénoncer les violences policières !
  • Liberté de manifester : abrogation de la loi - Communiqué commun signé par plus de 40 organisations, dont la LDH
  • Que se passerait-il si les 60 000 repas, 6 500 vêtements, tentes et duvets distribués chaque mois, les 1 200 consultations médicales et 2 800 consultations juridiques assurées chaque mois et les 2 400 nuitées solidaires permettant de mettre à l’abri une petite partie des familles et des mineurs à la rue n’étaient pas assurées ?
    Après avoir interpellé en vain l’Etat et de la Ville de Paris, 17 organisations lancent un mouvement inédit de protestation en suspendant leurs activités. Elles veulent ainsi dénoncer l’action des pouvoirs publics et alerter sur l’extrême gravité de la situation.
  • Ce communiqué est rédigé par certaines personnes déterminé-e-s participant au Black Bloc.
    Pourquoi le 1er mai ? Cette date est une journée de lutte de tous les travailleurs, au niveau international. La lutte des travailleurs contre un capitalisme d’Etat qui tue chaque jour par la pauvreté et la précarité.
    La police réprime fortement cette journée en bon défenseur du système, comme les évènements de Chicago de 1886 à Haymarket Square.
    Cet évènement doit réunir tout-e-s les personnes ayant pour inspiration une insurrection pour une autre société.
    Cet évènement doit être le moment où nous refusons l’ordre établi, de refuser cet autorité capitaliste, de refuser tout simplement d’être oppresser.
    Cet évènement est le moment. Le moment de stopper ce système. Le moment de le détruire. Le moment de prendre notre destin en main.
    Ce 1er mai sera une journée de lutte. Une journée en enfer pour les personnes qui défendront le système. Mais pour nous, mes ami-e-s, cette journée sera une fête, une journée où l’on pourra exprimer notre colère et notre révolte. Une journée où le destin va basculer.
    Soyons nombreux et déterminé-es à Paris.
    La Commune doit revivre. Peace.
Crest, manifestation gilets jaunes du 6 avril 2019

Analyses, idées

# Gilets jaunes et fin du monde - A tous les Macron de la Terre, à tous les capitalistes convaincus, vous êtes des fous furieux.
On constate déjà les premiers signes qui signent le début de la fin. La fin de la vie. Le cataclysme le plus important dans l’Histoire de nôtre planète. Face à ce drame en marche, cette illusion de démocratie qui nous gouverne se bouche les oreilles et se cache les yeux. En même temps.
Il n’y a plus que les CRS, les blindés dans la ville ou les policiers infiltrés pour empêcher la population de reprendre ce qui lui est dû : le pouvoir politique. Ce n’est pas la violence qui nous anime, au contraire, mais bien des idéaux, républicains, de justice sociale, et l’énergie du désespoir face à une civilisation qui fonce vers le ravin, pied au plancher et musique à fond.
(...) Sobriété, résilience, organisation collective et circuits courts, tels sont les seuls mots d’ordre crédibles pour avoir un futur. Pour nous, pour eux, pour nos enfants. Tout simplement.

  • L’effondrement qui vient est une chance à saisir - L’effondrement ne pourra être évité. Pour l’auteur de cette tribune, il est temps d’accepter de voir mourir une société basée sur l’exploitation du vivant, et de saisir cette occasion unique de « créer de nouvelles formes d’organisation » et de « questionner nos rapports au monde ».
  • IA, 5G, Linky : innover pour aggraver la crise sociale et écologique - « L’intelligence artificielle en marche pour foncer dans le mur »
  • Pour la planète, « on arrête tout, on réfléchit, et c’est pas triste ! »
  • Comment récupérer 200 milliards d’euros sans imposer aux Français une cure d’austérité - Exonérer ici, supprimer des postes là, taxer davantage le plus grand nombre... La République en marche et la droite ne font guère preuve d’inventivité en matière de politique fiscale. Pourtant, des recettes existent pour financer des politiques volontaristes au service de l’intérêt général, sans obliger chacun, en premier lieu les non riches, à « se serrer la ceinture », ni mettre au chômage des dizaines de milliers de fonctionnaires. Entre 130 et 200 milliards d’euros pourraient être facilement récupérés, estime « Rendez l’argent ! », un rapport publié par Attac et un collectif d’organisations et de syndicats. Mais cela signifie s’attaquer vraiment aux délinquants en col blanc.
  • Lettre ouverte au monde de l’art - « Leur complète désertion du mouvement actuel des gilets jaunes ne fait que renforcer le profond mépris que j’éprouve à leur endroit. »
  • La Voie Pauvre - Jacques Fradin
  • « Mords et fuis » ! - Pour s’assurer du dedans des choses - « Macron, Philippe, Castaner sont des images. Nous n’avons pas moyen de nous assurer qu’il ne s’agit pas de reptiliens. »
  • Adresse aux marcheurs pour le climat et autres pacifistes - "A vous qui marchez, qui avez peur des habits noirs et de la violence, nous voudrions que ces quelques mots résonnent en vous comme une invitation à nous comprendre. [...]
    Comme il est accablant de vous voir toujours si naïvement tomber dans les ruses [du système capitaliste], reproduire sa propagande, de subir vos réprimandes et votre mépris pour avoir entaché vos deux pauvres minutes de revendications télévisées.
    Comme il nous enrage de vous voir cautionner une police qui matraque et qui gaze des individus qui sont de potentiels alliés. Il est temps que vous compreniez ceci : votre non-violence se fait non seulement complice de la brutalité de la police mais elle est encore l’alliée la plus précieuse de la violence de ce monde, en ce qu’elle détourne les esprits révoltés dans des carcans pacifiés et inoffensifs.
    Pourtant, nous sommes là aussi pour vous défendre quand la répression s’abat dans vos rangs. Ne sous-estimez pas cela. Gardez aussi à l’esprit qu’on peut remplacer une vitre mais pas un œil, une main, des os ou des familles brisées, que ce soit dû à la répression ou à notre exploitation. On pense toujours que le malheur n’arrive qu’aux autres jusqu’au jour où il nous tombe dessus."

# Transformer le vivant en marchandises : ...
La culture, celle-ci n’étant que création doit être contextualisé.
Je parle donc de ma culture, celle qu’on m’a enseigné. Celle qui dicte ton/mon quotidien. En passant par la manière dont tu te fais à manger par la manière de se laver ou qui (et comment) aimer.
Cette culture met un frein à la joie. Tant par ce qu’elle impose à celles et ceux qui la vivent que par ce qu’elle perpétue et impose à de nombreuses personnes qui ne la vivent pas mais en subissent les conséquences.
Patriarcat, culture du viol, racisme, homophobie, phobie de tous les marginaux qui ne collent pas aux normes culturelle. Rapport aux enfants, aux armes, aux plantes, aux animaux,...
Le capitalisme, mécanisme d’appropriation du vivant et sa transformation en capital, transforme toutes nos vies et activités, ainsi que tout le vivant en marchandises.
Cette transformation se fait au dépend de tout ce qu’il y a de beau dans le vivant.
La spontanéité, la sincérité, la liberté, la sauvagerie, l’imprévu mêlé a la grande certitude que "demain il fera jour".
Elle détruit l’empathie, la prise en compte de ce qu’il y a derrière "l’objet".
Mais au delà de ces préoccupations bourgeoises. Elle exploite, oblige, met au travail forcé des milliards de personnes à travers son empire.
Des milliards de personnes se trouvent sur cette terre sans aucune perspective que bosser toutes leurs vies... Et même pas pour eux mêmes.
Ils ne bossent pas pour avoir concrètement une plus belle maison, de plus beaux légumes.
Ils produisent des marchandises que d’autres vendrons et vont récupérer une infime partie de l’argent récolté, ce qui leurs permettra, peut être, de faire travailler des gens pour avoir une plus belles maison, de plus beaux légumes.
Et ce qui est horrible (et riche de perspectives joyeuses) c’est que ce mécanisme tiens a travers certaines personnes, certaines institutions.
Il y a des gens qui contrôlent de grosses cartes qui peuvent décider du sort (travail ou pas) de milliers de personnes.
Ils ont de multiples sbires et leurs institutions favorites, les états.
Il y a des flics qui les protègent, eux et leurs intérêts, des caméras,... Afin de maintenir le système en place.
Pour en finir avec tout ça et se réapproprier le monde. Il vas falloir s’organiser, prendre en main son pouvoir d’agir, mettre en pratique nos idées, les vivres vraiment et visibilisé les forces qui leurs sont opposés.
Clarifions l’ennemi !
Il n’y a que deux côtés a la barricade, il s’agit de savoir où la placer !

# Elections européennes et Gilets jaunes : et maintenant, le boycott ? - Cinq mois de mobilisation dans la rue, des blocages, une personne décédée, des blessé.e.s, des incarcéré.e.s à la pelle, tout ça pour tomber dans le légalisme électoral dès qu’un scrutin pointe le bout de son nez ?

Ecocide, destructions écologiques et climatiques catastrophiques provoquées par le capitalisme, le productivisme et les civilisations industrielles

# APPEL A RÉFLEXION MILITANTE-
270 hectares de terres agricoles drômoises vont être imperméabilisées au nom du profit et de l’emploi précaire et de l’installation d’un pole industriel. Il est accompagné d’un nouvel échangeur autoroutier alors qu’il en existe déjà un à 10 km au nord et un autre à 15 km au sud !!
C’est presque autant que l’immense projet europa city en banlieue parisienne et 20 fois plus grand que le projet de Center Parcs en Isère !!
Le porteur de ce projet, Pierre Jouvet, 1er adjoint de la mairie de Saint Vallier, Président de la Communauté de comme des Portes de Drôme Ardèche, Conseiller départementale de la Drôme cumule à 33 ans 20 ANNÉES DE CUMUL DE MANDATS !!
Son ambition est de faire de ce territoire rurale le 2e poumon économique industriel de la région Lyonnaise.
Une partie de la zone est déjà en activité MAIS sans l’échangeur les autres terres perdraient en valeurs marchandes pour les entreprises volontaires à ce massacre !!
Rappelons que les terres agricoles sont en voie de disparition en France, que 30% d’entre elles sont considérés par les chercheurs comme atteinte d’érosion.
Rappelons que la terre agricole Drômoise et sa production fruitière, viticole et maraichère ont une réputation mondiale de qualité et que la détruire est incompréhensible.
Allons nous laissé faire ?
Ne pourrions nous pas sur le tracé (10 hectares environ) de cet échangeur dont le chantier est prévu pour dans deux ans, nous réunir et planter des arbres ?
Une forêt pas un échangeur !!
Des paysans pas des industriels pollueurs !!

Alors on s’organise ?

Résistance

# Post : Au final la civilisation, le "progrès / développement" nous ont donné  :
- des pollutions dans l’eau, la nourriture, l’air, les sols...
- des ravages quotidiens sur les différents écosystèmes et espèces vivantes (destructions, exterminations, domestications, exploitations).
- de la surpopulation entrainant famines, maladies, pandémies, épidémies...
- des systèmes politiques et économiques autoritaires, hiérarchiques, spoliateurs, inégalitaires et génocidaires.
Et on nous dit que tout ça serait réglé un jour par d’avantage de technologies ? Encore plus de science sans conscience ?
NON, voyons la vérité en face : aucune énergie "verte" ou "renouvelable" n’arrêtera la catastrophe en cours, de même qu’aucun boycott ou consommation "éthique" ou "responsable" nous sauvera de l’effondrement qui vient. Si nous ne prenons pas rapidement des mesures beaucoup plus radicales, si nous ne mettons pas fin au Capitalisme, au commerce mondialisé et aux industries, alors la vie sur Terre disparaitra pour longtemps, et cela se fera après de longues guerres pour les dernières ressources, une horreur inimaginable est à venir pour les enfants de ce siècle. REVEILLONS-NOUS AVANT QUIL NE SOIT TROP TARD, IL FAUT SE BATTRE POUR CE MONDE !

Vivre en france ça coûte un bras, s’en plaindre coûte un oeil !

Répression policière et terrorisme d’Etat

Parodie satirique réprimée
  • MACRON NE VEUT PAS ENTENDRE PARLER DE VIOLENCES POLICIÈRES ?
    ON VA LES LUI MONTRER !
    - Marion a manifesté pendant l’Acte XVIII. Sans gilet jaune, pacifiquement, sans arme. Elle a été frappée, menottée, insultée et étranglée par les forces de l’ordre. Ça se passe en France depuis 4 mois, et il est temps que ça s’arrête.
  • ALERTE : Deux collaborateurs du Média TV placés ce soir en GAV, après avoir été arrêtés arbitrairement à la Défense lors de l’Acte XXI. Libérez les immédiatement, Castaner ! Chloé, Guillaume, et notre ami Lucas, possiblement avec eux et dont nous sommes sans nouvelles, nous pensons fort à vous.
  • BILAN NATIONALE DU 06/04/2019 - 354 blessés, lourds et légers, (dont 1 passant, 7 journalistes, 16 Medic), 62 garde à vue de Medic, et un nombre incalculable de confiscations de matériel. (Chiffres coordination 1er secours Paris)
    Vous l’aurez compris, il s’agit d’un bilan provisoire. Beaucoup de medics n’ayant plus accès au terrain ou à leur matériel médical, n’ont pu prodiguer les premiers soins ni faire la liaison avec les secours, comme à leur habitude.
    Nous avons parfaitement conscience que cette répression sur les medics, une fois de plus pendant l’acte XXI, vise à endiguer les manifestations du samedi, à affaiblir le mouvement.
    Nous nous posons de sérieuses questions quant aux ordres donnés aux policiers.
    Sachez que nous ne lâcherons rien.
    EPI (équipements de protection individuels) ou non, nous retournerons sur le terrain accomplir notre devoir de citoyen.
    Avec ou sans matériel médical, nous continuerons à ramasser les personnes à terre et à faire le lien entre les blessés et les secours.
    Malgré le risque pour nous de finir en garde à vue, nous resterons au sein des cortèges chaque samedi car ce combat nous concerne tous !
    Nous sommes des secouristes, Nous sommes des citoyens en colère et Nous ne lâcherons rien.
  • 💥Frappés et gazés dans une nasse ! 💥
    L’acte 21 à Nantes a décidément été marqué par de nombreuses dérives autoritaire. Voici la séquence intégrale de l’épisode de la « nasse » : des dizaines de Gilets Jaunes sont poussés dans une impasse avant d’être mattraqués et gazés.
  • Délit d’opinion, délit politique, détention arbitraire, garde à vue infondée, droits bafoués, fichage des citoyens, c’est ce qu’à vécu Rosanna, avocate au barreau de Grasse, samedi 23 mars 2019 à Nice, alors que les « forces de l’ordre » menottaient et embarquaient au hasard, sur ordre du commissaire de police. Serait-on sorti de l’état de droit ? Dans quoi avons-nous basculé ? Pouvons-nous seulement le nommer ?, vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=k_0WKFdVbkg

# NANTES : LA POLICE FAIT SA COM
Dans un contexte où plus personne – à part un minuscule clan retranché à l’Élysée – ne peut décemment nier les violences inouïes exercées par la police contre la population, les forces de l’ordre ont choisi de lancer une campagne de communication aux frais de l’État.
L’objectif affiché ? Recruter. Car en période d’austérité, le gouvernement, qui prétend faire des économies sur les droits sociaux, a décidé d’embaucher des milliers policiers supplémentaires. Alors qu’il manque des enseignants, des infirmières, des pompiers … La « crise économique » ne s’applique pas pour la répression !
Ce mardi 9 avril, il y avait donc deux camions garés devant le commissariat de Nantes : un véhicule chargé du recrutement et un camion blindé de la BRI. Le tout sensé séduire « les jeunes » pour qu’ils s’engagent dans la police.
Résultat de la journée ? Le compte Twitter de la police nantaise annonce « 25 personnes (jeunes et parents) » venues « pour se renseigner ». On peut donc parler d’un flop monumental.
En revanche, des personnes facétieuses sont passées devant les véhicules avec des portraits de manifestants mutilés par les armes de la police, et des autocollants contre la répression.
Une façon artisanale de ne pas oublier les victimes de la violence d’État !

Magouilles et arnaques du régime et de son monde

# CASTANER RIME AVEC IDENTITAIRE
Le groupuscule néo-fasciste « Génération Identitaire » vient de décorer le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner « adhérent d’honneur » de son organisation. Une récompense reçue après ses calomnies sur les ONG d’aide aux réfugiés. Il les avait accusé d’être « complices des passeurs », alors qu’elles sauvent des centaines de vies en Méditerranée.
C’est un fait : le gouvernement en place applique et propage les idées de l’extrême droite.
Avant Castaner, son prédécesseur Gérard Collomb avait déjà parlé de « submersion » pour qualifier les migrations. Exactement le lexique de l’extrême droite.
Macron et son clan font des choix : écraser par la force celles et ceux qui manifestent pour leurs droits sociaux et leur dignité depuis des mois d’une part, et nourrir et appuyer les racistes et les nationalistes d’autre part.
Dans l’entre-deux guerres, les puissants avaient déjà choisi cette option, synthétisée par la célèbre formule : « plutôt Hitler que le Front Populaire ». C’est à dire : mieux vaut soutenir un retour à l’ordre autoritaire que de répondre aux revendications populaires. Une stratégie d’actualité.
N’oublions jamais les choix qui sont faits aujourd’hui : écraser les plus pauvres, stigmatiser les étrangers, entretenir le désespoir social.
Le Pen et Macron sont les deux faces d’une même pièce qui frappe les Gilets Jaunes et traque les réfugiés. Qui préserve les intérêts des riches et des puissants, tout en écrasant les plus faibles. Qui attise les haines entre les démunis.
Qu’ils s’en aillent tous !

  • Affaire Legay : la policière chargée de l’enquête est la compagne du policier en cause - Le procureur de la République de Nice a confié l’enquête préliminaire sur l’origine des blessures de Geneviève Legay, la militante d’Attac blessée par une charge de policiers à Nice samedi 23 mars, à la compagne du commissaire chargé des opérations policières. Cette aberration est susceptible d’éclairer différentes incohérences de l’enquête.

Lettre de Aude Lancelin {JPEG}
# Post : Encore une déception, un putsch et une folie au Média ! Aude Lancelin l’avait sauvé du gouffre et rendu légitime à nouveau après la tragi-comédie Chikirou avec l’excellente couverture du mouvement des gilets jaunes par l’équipe. Il semble qu’une obscure assemblée générale de sociétaires (? Qui exactement ? On le saura bientôt) ait décidé dans le dos des journalistes du Média d’en changer l’orientation pro- gilets jaunes (?) et de remettre en cause sa direction. Aude Lancelin vient donc de donner sa démission.
Que va-t-il encore se passer ? Le Média est donc bien parti pour rester un cas d’école de l’inévitable déception qu’entraîne dans tour projet généreux la présence en sous main de cliques politiques. Dommage. Les gens y regarderont plus à deux fois avant de soutenir financièrement une presse indépendante. La FI ne sort pas grandie d’une telle (més)aventure. Nous apportons notre soutien à l’équipe du Média, qui doit se sentir trahie, et dépassée par tout ça.

Lettre de Aude Lancelin

Portfolio


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft