Gilets jaunes à Montélimar : 22 décembre, blocage d’Amazon and co

Barricades du matin au soir, colère et auto-organisation

par Camille Pierrette.
Mis à jour le jeudi 3 janvier 2019

D’après les récits de plusieurs « correspondant.e.s » présent.e.s sur place, voici un petit résumé du blocage réussi d’Amazon à Montélimar sud samedi 22 décembre 2018.

Depuis 4-5h du matin, l’entrée des plates-formes Amazon et Easydis (Groupe Casino) a été bloquée par des gilets jaunes, aucun camion ne pouvait entrer ou sortir.
Une énorme barricade bouchait l’entrée sur le boulevard Charles-André.
Des gilets jaunes arrivaient petit à petit de toute la région, de Drôme et d’Ardèche.

Montélimar samedi 22 décembre, barricade et banderoles devant Amazon

D’autres barricades plus petites bloquaient une des voies du boulevard.
De nombreux messages fleurissaient sur les barricades et alentour.

Montélimar samedi 22 décembre, « joyeux bordel !! » {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, barricade devant Amazon, pouvoir au peuple ! {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, grosse barricade devant Amazon {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, barricade sur le boulevard {JPEG}JPEGJPEG

Les pancartes et les gilets arboraient de nombreux messages clairs :

Montélimar samedi 22 décembre, stop évasion fiscale {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, la police remerciée pour ses violences {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, par humanité, arrêtons le gavage ...des riches {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, Paris brûle aujourd'hui, et alors ? {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, devant Amazon, revendications {JPEG}JPEGMontélimar samedi 22 décembre, marre d'assister les riches {JPEG}JPEG

En fin de matinée, il y avait déjà plus de 100 personnes, tout le monde était très motivé et déterminé à maintenir le blocage complet du site.
« on s’est fait déloger par la force la semaine dernière, aujourd’hui pas question qu’on bouge de là »
« s’il faut faire la guérilla on la fera »
Tout se passait bien, pas de flics en vue, juste quelques voitures de bleus qui venaient voir au loin et repartaient.
Les pneus et les poubelles s’entassaient.

Montélimar samedi 22 décembre, barricade devant Amazon, le peuple en marche contre la république de macron
Montélimar, blocage d’Amazon, 22 décembre : libération de tous les GJs, à bas toutes les tyrannies

L’après midi, les barricades sont « reconfigurées », et tous les accès au carrefour sont bloqués. Les poubelles d’une barricade de côté sont enflammées.
L’après midi, c’était 200, puis 250 personnes (voire plus avec celles qui étaient un peu éparpillées autour) qui étaient sur place déterminées.

Montélimar samedi 22 décembre, barricade du boulevard en feu l’après midi

Montélimar samedi 22 décembre, barricade en feu, à bas toutes les tyrannies {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, barricade gilets jaunes sur boulevard devant Amazon {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, barricade gilets jaunes sur boulevard devant Amazon {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, barricade gilets jaunes devant Amazon, camions bloqués {JPEG}Montélimar samedi 22 décembre, barricade gilets jaunes sur boulevard Amazon {JPEG}JPEG

4 véhicules de polices sont signalés pas très loin, les gilets jaunes se préparent à une éventuelle charge, mais rien ne vient.

Montélimar samedi 22 décembre, barricade, le climat mérite aussi l’insurrection

Dans l’après midi, un drone est aperçu qui s’attarde au-dessus du carrefour bloqué efficacement, sans doute un drone policier envoyé en reconnaissance.

Montélimar samedi 22 décembre, drone de surveillance ?

En fin d’après midi, toujours pas de bleus en vue, et une partie des gilets jaunes s’est installée autour du rond point de N7/KFC/Décathlon. Ils filtraient un peu les véhicules, et bloquaient l’allée de Décathlon et l’entrée du boulevard Charles-André (qui de toute façon était barricadée un peu plus loin).

Montélimar samedi 22 décembre, barricade devant Amazon

Avec le soir, quelques inscriptions ont fleuri sur les panneaux publicitaires, comme :
la pub tue, bouffe de merde - fermé (sur pub KFC), Noël est annulé, Macron en prison, Ni Macron ni aucun...
Quelques tracs ont été distribués. Il y avait beaucoup d’encouragements venant des automobilistes. A part quelques grincheux, un énervé en Porsche vite remballé, un camion qui a fait mine de ne pas vouloir s’arrêter de suite, tout se passait bien.

Sans policiers, ce fut une journée tranquille.
Pourquoi ne sont-ils pas intervenus comme à leur habitude ?
Parce que les gilets jaunes étaient plus nombreux que les flics ?
Parce que les flics avaient besoin de leurs forces ailleurs (Avignon, A7...) ?
Parce qu’ils craignaient qu’intervenir aurait créé encore plus de souk ?

Montélimar samedi 22 décembre, soir, barricade en feu devant Amazon


Vers 18h et quelque, les grandes barricades ont été enflammées
l’une après l’autre devant Amazon. De loin c’était assez impressionnant.
Le contraste était bizarre entre d’un côté des gens qui vaquaient à leurs achats comme d’habitude, comme si tout allait bien, et de l’autre des barricades en feu et des personnes prêtes à résister par des émeutes.

- Le maire de Montélimar viendra-t-il à nouveau défendre la « PME » Amazon ? LOL, voir : Gilets jaunes : Franck Reynier défend le petit commerce. Devant Amazon

Depuis l’entrée d’Amazon, un groupe a voulu faire une petite visite non guidée jusque devant les immenses hangars remplis de marchandises plastifiées, les quelques vigiles n’ont pas pu/voulu s’interposer.
A l’entrée, quelques tags ont jailli : « ni riches, ni PDG », « tout est à nous », « pouvoir au peuple »...
Comme quoi, des gilets jaunes ont bien compris que ce n’était pas seulement le pouvoir politique antidémocratique qui posait problème, mais aussi le pouvoir économique concentré là aussi entre quelques mains.

Ensuite, les lampadaires du carrefour se sont éteints, possible signe avant coureur de charge policière, et des CRS étaient signalés à l’autre bout de l’avenue.
Il y avait moins de monde à cette heure là (vers 19h). Les gilets jaunes qui restaient se sont donc dispersés.
Mission accomplie !

Tout le monde reste déterminé à continuer et à reprendre de plus belle le soulèvement en janvier.


1 Message

  • Gilets jaunes à Montélimar : 22 décembre, blocage d’Amazon and co Le 26 décembre 2018 à 22:55, par GONTIER Philippe

    Où est la vraie violence ?

    « La vraie violence, c’est 9 millions de pauvres, 200 000 SDF, c’est 80 milliards d’évasion fiscale, c’est Amazon, Starbucks, Google qui ne paient pas d’impôts, c’est les patrons du CAC 40 qui gagnent 5 millions par an en augmentation de 14 % quand le gouvernement ne donne pas de coup de pouce au SMIC ... C’est ça la violence, pas quelques bagnoles qui crament dans des quartiers »
    J’ajouterais aussi : la violence c’est la destruction systématique et accélérée du climat et du monde vivant, des terres, des rivières, des forêts, des sols, des animaux, par des systèmes industriels avides de profits, de Croissance, de dividendes, de luxe, de croisières, de voitures de luxe, d’avions, d’aéroports, d’autoroutes, de surconsommation généralisée de tout.

    Ces violences là et celles envers les pauvres et les travailleurs-euses sont structurelles et organisées par les Etats, les lobbies, les gros patrons et les multinationales. Elles sont dues au système économique capitaliste et aux politiciens qui en sont quasiment tous complices actifs.

    Toutes ces violences sont intolérables, et on devrait être tous et toutes dans la rue pour y mettre fin une bonne fois pour toute pour nous , nos enfants et nos petits enfants.

    Il y a trois sortes de violences :
    • La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
    • La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.
    • La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
    Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que
    la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft