Gilets jaunes - Revue de presse du 8-9-10-11 juin

Brutalités policières à Montpellier, péages gratuits, jardin populaire, boulots de merde, le bio s’industrialise, succès contre le Linky, la croisière pollue...

par Auteurs divers.
Mis à jour le mardi 11 juin 2019

Articles, posts, images, vidéos, témoignages... autour du soulèvement en gilets jaunes qui dure depuis le 17 novembre 2018.

Manifestations, résistances et actions

Valence 15 juin, rassemblement régional Gilets jaunes

# SAUVAGERIE D’ÉTAT : L’Acte 30 a montré que le bras armé de Macron n’avait aucune intention de diminuer la violence répressive. C’est notamment à Montpellier que les "forces de l’ordre" se sont le plus lâchés. Loin d’être des dérapages individuels cette stratégie est une volonté d’état, pour terroriser et pour casser un mouvement social.
La confusion et la violence d’hier à Montpellier ont débouché sur d’affeuses rumeurs de décès et de coma. Aux dernières nouvelles, ces rumeurs se révèlent heureusement fausses.
S’il faut rappeler à tout le monde le danger de propager ce type d’infos graves et lourdes de conséquences sans avoir d’éléments tangibles, il faut surtout s’étonner et s’alarmer que de telles infos puissent paraître crédibles aux yeux de tant de personnes. Le pouvoir a en effet poussé la violence policière à un tel niveau qu’il est désormais tout à fait crédible d’envisager des morts sur un mouvement social en France en 2019 ! Les gilets jaunes ont vu tant de violences policières qu’ils ne peuvent plus se dire qu’un décès lors d’un rassemblement n’est pas une chose possible.
Face à cette chute morbide et autoritaire, nous n’avons qu’une seule riposte possible. La résistance et la dignité. Revenir encore et toujours dans la rue, sur les rond points, aux péages...

Montpelllier, manifestation du 8 juin
Valence 15 juin, rassemblement régional Gilets jaunes
  • Nouveau blocage du plus gros péage d’Europe à Saint-Arnoult !!! - Depuis 16H30, près de 200 #GiletsJaunes venus des 4 coins de l’Île-de-France imposent la gratuité du péage de Saint-Arnoult !
    En ce jour férié qui n’en est plus vraiment un, le symbole est double. D’abord, taper au portefeuille des grands groupes privés - principalement #Vinci et #Eiffage - qui se sont appropriés les infrastructures publiques de transport. Et qui divisent la route entre ceux qui peuvent payer pour être mobiles et les autres qui galèrent (mais qui bloquent 😎).
    Et puis, depuis 2004, le Lundi de Pentecôte n’est plus férié, suite à une décision du Gouvernement Raffarin. Un jour de volé sur notre temps libre, soit disant pour financer la "solidarité envers les personnes âgées". En réalité, une bonne partie des 3 milliards piqués aux salariés chaque année est directement versée aux départements, qui s’en servent pour combler la baisse des dotations de l’Etat.
    L’opération s’est terminée à 18H45. Plus de 2 heures d’attaque simultané de l’Etat, des grandes entreprises et des flux ✊
  • lundi 10 juin, jour férié, les Gilets Jaunes ont organisé un péage gratuit dans les Yvelines, « à grand renfort de fumigènes ».
    Le péage de Saint-Arnoult est le plus important d’Europe, un vrai objectif stratégique. Un avant-gout de la journée de blocages économiques du 22 juin ?
    Les puissants voudraient enterrer le mouvement, mais il est irréductible.
  • Le « jardin de Rodrigue », un havre partagé au cœur d’un quartier populaire - Dans le quartier populaire de la Dame-Blanche, à Garges-lès-Gonesse, les habitants profitent d’un jardin partagé pour apprendre à s’occuper des plantes, cueillir des herbes aromatiques, ou simplement flâner et discuter avec leurs voisins. Un lieu vivant que sont allés découvrir des jeunes du centre social Corot.
  • MEPRIS DE CLASSE (vidéo) - Les GJ intermittents / chômeurs / précaires et les Gilets jaunes d’Annecy sont montés sur scène lors de la cérémonie d’ouverture du Festival international du film d’animation. Et l’acceuil a été particulièrement froid, voire méprisant et insultant. Triste de voir une partie du monde du cinéma et du spectacle réagir de la sorte face à une colère populaire.
Manifestations du 8 juin

# Bloquons.Tout :
Reprise de service, après 3 semaines d’inactivités, une lueur d’espoir , une possible reprise des blocages, le 22 juin seras décisive . J’espères ne pas m’être tromper et que ce 22 juin seras énorme !
J’en appel aux anciens Gilets Jaunes, ceux qui comme moi ce sont retirés du mouvement car il n’espérais plus rien de ce mouvement à reprendre du service à partir du 22 juin, cette date seras en effet décisive pour la suite du mouvement, La mobilisation doit reprendre comme au 17 Novembre 2018 , Mot d’ordre , Blocage des rt points comme au départ du mouvement .
Revendication : pouvoir d’achats , baisse de la TVA sur les produits de 1re nécessité, baisse des prix du carburant, hausse du SMIC Horaire et non d’une pseudo prime d’activité ...
Les gens qui demandent la démission de Macron, la dissolution de l’assemblée, ou la pendaisons de Castaner oublier et revenais à la raison, comme à la maison , LE 22 JUIN 2019 vs 17/11/18 .
Un grand rdv est possible, mais chacun doit y mètrent du sien .
PAS D’ALCOOL, PAS DE DISPERSION, tous au même endroit que le 17 novembre . 22 juin 2019 retour au source.
ça seras l’unique possibilité de faire repartir ce mouvement, ensuite les vacances diviserons le mouvement , mais si le 22 juin nous sommes énormément nombreux , en septembre il y est des chances que ça reprennent de plus belle, sinon dite adieu au mouvement, au revendications, et continuons a subir en silence ...
C’est comme aux urnes, vous n’aurais qu’une date, qu’un essai, le droit a l’erreur n’existera pas ce 22 juin .
ALORS TOUS ENSEMBLE !

Marseille : 22 juin, colère noire gilet jaune

" ** 22 JUIN ACTE NATIONAL MARSEILLE **
Le Sud n’en finit pas d’être à la pointe de la contestation. Après le gros rassemblement de samedi à Montpellier, et celui prévu samedi prochain à Toulouse, c’est Marseille qui a décidé d’accueillir un acte national le 22 juin. Si cette date est aussi celle d’une mobilisation nationale pour des blocages un peu partout en France, cela reste compatible avec une manifestation massive et déterminée dans une ville durement frappée par la violence du système : De Zineb Redouane, tuée par les flics lors de l’acte 3 au drame de la rue D’Aubagne en passant par le quartier de la Plaine. Marseille est un terrain de lutte et nous appelons tous les GJ pouvant s’y rendre le 22 juin à participer à cet acte national.

# 22 JUIN BLOCAGE TOTAL
De plus en plus de groupes de GJ s’organisent partout en France pour faire du 22 juin une journée de blocage des infrastructures du pays, pour monter d’un cran dans le rapport de force avec le pouvoir. Voici un des nombreux appels vidéos. Nous vous donnerons plus d’infos sur cette journée dans les prochains jours. Pour les groupes de GJ ayant déjà lancé des initiatives, n’hésitez pas à nous les faire parvenir par messagerie.

https://www.youtube.com/watch?v=9HdEAU3jeug

# GENERATION CLIMAT : 📣 Après avoir marché pendant des mois, et après avoir imposé le sujet de la catastrophe climatique dans le débat politique, vient le temps de nous organiser. - VIDEO
🌍 Génération Climat est un collectif de jeunes qui se revendiquent de l’écologie sociale et radicale.
🔥 Nous aspirons à une toute autre société, et refusons de plier les genoux face aux dirigeants politiques et industriels. Ils ne sont pas la solution, mais le problème.
Rejoins-nous. Le climat mérite l’insurrection ! ✊

Manifestations du 8 juin

Analyses, idées

# Boulots de merde : « On revient à une économie de type féodale, une économie de la domesticité » - Produire ou servir plus, avec moins : c’est l’injonction faite à tous les travailleurs, des chaînes de montage automobiles aux couloirs des hôpitaux, en passant par les salles de classe ou les bureaux de poste. A la souffrance de ces boulots dégradés, s’ajoute la précarité grandissante de travailleurs qui quittent le salariat pour la « liberté » de l’auto-entrepreunariat. Une violence sociale féroce dans laquelle les journalistes Julien Brygo et Olivier Cyran ont plongé pour écrire leur ouvrage Boulots de merde. Ils y décrivent l’âpre quotidien de celles et ceux qui exercent des métiers difficiles et souvent utiles, à comparer avec certains boulots très bien payés et plutôt confortables, mais qu’ils jugent socialement nuisibles. Entretien. (...) Les médias jouent un rôle central dans la diffusion de cette idée sous-jacente que la précarisation est nécessaire. Il faut travailler pour avoir une existence sociale quels que soient l’emploi et les conditions de travail. Le fait de donner chaque mois les chiffres du chômage nous plonge dans une vision statisticienne du monde, avec cet objectif de faire baisser le chômage quoi qu’il en coûte. Les journalistes relaient avec beaucoup de zèle cette idée selon laquelle « mieux vaut un mauvais travail que pas de travail du tout ». Cela devient légitime d’accepter un boulot de merde simplement parce qu’il est proposé. Évidemment, pour rien au monde les journalistes ne feraient ces boulots de merde. Nous avons là une vision de classe. (...) La criminalisation des mouvement sociaux et la répression des luttes collectives répondent à l’obsession politique clairement formulée qui vise à désarmer la CGT : ils veulent empêcher les travailleurs de reprendre le contrôle de leur travail et d’exercer leur capacité de nuisance sociale afin d’inverser un rapport de force. Cela indique que le patronat et ses relais politiques sont prêts à un affrontement, qu’ils exigent même la violence de cet affrontement.
Ils veulent faire sauter les derniers verrous, ils veulent une société sans filets, où quelques privilégiés auront accès à des métiers survalorisés socialement et correspondant même à des compétences, tandis qu’en bas, ils poseront les jalons d’une société de logisticiens du dernier mètre payés à la tâche, esclaves des machines et de l’auto-exploitation auquel le capitalisme les auront assignés presque naturellement. Et lorsque le logisticien sera remplacé, il pourra toujours louer sa maison, sa guitare, sa voiture, pourquoi pas vendre père et mère, pour ne pas sombrer dans la misère ni « vivre avec la honte » d’être un « assisté ». On va sans doute aller vers une radicalisation des mouvements sociaux. Avec une grande répression derrière. C’est la seule possibilité pour le libéralisme économique de continuer à structurer nos vies : par la force.

  • Gilets jaunes : derniers tours de piste… avant inévitable radicalisation - Après six mois d’actes hebdomadaires qui ont permis aux Gilets jaunes d’enraciner leur mouvement dans l’histoire du pays, on peut d’ores et déjà prévoir que la seconde étape sera celle, inévitable, de la radicalisation.
  • Raoul Vaneigem : « Sauver les acquis sociaux ? Ils sont déjà perdus » - Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, le philosophe et médiéviste belge n’en démord pas : il ne tient qu’à nous de changer la donne. Figure de l’Internationale situationniste (IS) — qui, de 1957 à 1972, s’opposa au règne de la marchandise et du « travail aliénant » pour mieux louer « l’autogestion généralisée » —, Vaneigem s’est tenu, sa vie durant, à distance des grands médias. Celui qui publia il y a quelques décennies de cela un appel à la grève sauvage et au sabotage sous le nom de Ratgeb observe aujourd’hui le soulèvement des gilets jaunes et les ZAD avec un enthousiasme non dissimulé ; hors de l’Europe, c’est au Chiapas et au Rojava qu’il perçoit les formes d’une alternative émancipatrice. Persuadé que les urnes ne sont d’aucun secours, son dernier livre enfonce le clou ; la frappe est optimiste : tourner la page de l’Homo œconomicus et défendre l’ensemble du vivant, cela se peut encore. Nous nous sommes entretenus avec lui.
  • La classe moyenne n’existe pas
  • Le message prémonitoire des Indiens d’Amérique - Le destin des Indiens d’Amérique annonçait celui de l’ensemble des habitants de la planète qui assistent impuissants à la destruction de leur environnement, après la confiscation de leur espace et de leurs ressources.
    Le message des Indiens est aussi une source de sagesse, fondée sur le respect de la nature et la compréhension de "l’Esprit qui est en toute chose"...
    (...)
  • Bernard Friot : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour produire » - Économiste et sociologue, Bernard Friot défend depuis de nombreuses années une alternative au capitalisme, théorisée à partir de son sujet de prédilection : la sécurité sociale. Contrairement au revenu de base, qu’il qualifie de « roue de secours du capitalisme », son « salaire à vie » (ou salaire à la qualification personnelle) s’inscrit autant dans une refonte complète de notre rapport à la propriété que dans une démarche de suppression de notre aliénation au marché de l’emploi. Car, pour Friot, cela ne fait aucun doute : nous travaillons tous, que l’on soit chômeur, étudiant, retraité ou… travailleur. Au sein de l’association Réseau salariat, dont il est cofondateur, il entend déconstruire boulon par boulon la « religion capitaliste » : il nous en dit davantage.
  • Archipéliser nos résistances - Autrice d’un essai qui réhabilite le refus de parvenir, Corinne Morel-Darleux s’interroge ici sur la place que devrait prendre la politique dans l’écologie.
  • Portrait d’une femme en jaune - Nicolas Mathieu - « Seulement, il s’était produit ça, sur ce rondpoint : elle avait connu autre chose. Un déchirement dans la toile uniforme des jours. »
  • Via Franck Lepage - 🔥🔥 « "L’immigration premier souci des Français", ou quand l’extrême droite prospère sur... du vent. 🔥 Je ne censure pas les commentaires. Jamais quand ce sont des analyses. Mais je censure les trolls des fachos haineux, des crétins insultants, des ultra réacs, etc. Avec la conférence gesticulée de Julie Allard sur le droit des étrangers, j’ai été servi. J’ai eu droit à la panoplie à peu près complète des arguments faux et des raisonnements biaisés du genre "avant de vous occuper des étrangers occupez vous des français pauvres" (comme si l’expulsion d’étrangers opérait un transfert d’argent vers les Français pauvres... vieux raisonnement débile de l’extrême droite ; si on vire les immigrés il n’y aura plus de chômage en France, (ben voyons) assortis de l’inévitable accusation de "traîtres" à la France (oui oui) et qui plus est de traîtres "payés sur nos impôts pour chouchouter des étrangers". Mort de rire : l’expulsion d’un seul réfugié coûte 27 000 euros quand sa régularisation rapporte des impôts ! (...)
  • Livre « Divertir pour dominer » : "Le développement de la culture de masse a entraîné l’érosion des formes autonomes de culture populaire et la dissolution des liens sociaux au profit d’un monde artificiel d’individus isolés, fondement de la société de consommation.
    Le capitalisme ne peut donc être réduit à un système d’exploitation économique, il représente un « fait social total ». Il ne tient que sur l’intériorisation d’un imaginaire et grâce au développement d’une culture du divertissement permanent.
    Cette uniformisation des comportements et des aspirations se présente comme l’affranchissement de toutes les contraintes (sociales, spatiales, temporelles, etc.). Survalorisée et triomphante, la culture de masse (séries américaines, nouvelles technologies, football, jeux vidéos, etc.) trouve des défenseurs même chez les intellectuels dits contestataires.
    Il est donc urgent et nécessaire de mener une critique intransigeante du mode de vie capitaliste et de démontrer comment notre civilisation du loisir participe à la domestication des peuples."
https://www.youtube.com/watch?v=sQqd6YGDlEg&feature=youtu.be

Ecocide, destructions écologiques et climatiques catastrophiques provoquées par le capitalisme, le productivisme et les civilisations industrielles

# Alerte ! Les océans manquent d’oxygène - La teneur en oxygène des flots marins chute radicalement depuis plusieurs années. Cette désoxygénation de l’océan — due au réchauffement climatique et aux rejets d’engrais agricoles — abîme la biodiversité marine... Et augmente les émissions de gaz à effet de serre. Mais les remèdes existent. (...) Véronique Garçon se veut optimiste mais reste sceptique : « Il faut s’attaquer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, réduire les engrais fertilisants, aller vers le bio, arrêter le productivisme à outrance, et tenir ses engagements. La France n’a pas respecté ses promesses de réductions d’émissions de gaz à effet de serre ces deux dernières années, elles ont même augmenté. Il y a des discours mais dans les faits il ne se passe rien. »

Manifestation du 8 juin
Manifestations du 8 juin

Répression policière et terrorisme d’Etat

# ACHARNEMENTPRESSIF A MONTPELLIER ! - Mutilés par les armes de la police, arrêtés en manifestation - Ils s’appellent Casti et Dylan. Ils habitent tous les deux à Montpellier. Le premier a été éborgné il y a quelques années par un tir de Flash-Ball aux abords du stade de sa ville. Le second a perdu un œil tout récemment, lors d’une manifestation de Gilets Jaunes.
Les deux jeunes hommes, très courageux, continuent à se mobiliser, à manifester, à lutter. Ils refusent de céder à la terreur d’État. Ils font tous les deux partie du collectif "mutilés pour l’exemple", qui se bat contre les armes du maintien de l’ordre.
Ce weekend, lors de la manifestation nationale des Gilets Jaunes, organisée à Montpellier, Casti et Dylan ont été arrêtés par la police, et placés en garde à vue. Un véritable acharnement policier et judiciaire contre ceux qui refusent de se taire, et de se soumettre aux intimidations.
Pour Dylan et Casti, c’est la double peine : non seulement ils garderont des séquelles à vie, mais ils sont régulièrement humiliés par la police, avec des remarques comme "on va te crever l’autre œil" ou des gestes obscènes à propos de leur mutilation. Ce traitement de défaveur, insoutenable, n’est pas isolé : d’autres blessés rapportent des faits similaires dans tout le pays, notamment à Nantes.
Non content d’avoir brisé leur vie par la violence des armes, l’État veut désormais qu’ils rentrent chez eux et se taisent.
Gardons la tête haute : solidarité !

  • VIDEO. Acte 30 : après un coup de matraque gratuit à la tête, un Gilet jaune blessé témoigne - Comme chaque samedi depuis 6 mois, les violences policières sont aussi au rendez-vous. Pour l’acte 30 en « banlieue de Paris », un Gilet jaune a été blessé à la tête par un coup de matraque totalement gratuit par les voltigeurs. Résultat : 8 points de sutures. Le Gilet jaune témoigne en vidéo.
  • ** SAMEDI NOIR A MONTPELLIER **
    L’acte 30 des GJ a été marqué par une violence policière inouïe. Des dizaines de blessés, dont certains gravement, et de nombreux comportements des forces de l’ordre en dehors du cadre légal. A ce jour, David Dufresne a recensé plus de 30 signalements pour cette journée, rien qu’à Montpellier. Voici quelques extraits pour mieux comprendre la gravité de la situation :
    - Un manifestant reçoit, à moins de 10 m, un tir LBD40 au ventre
    - Un street medic reçoit un fort coup de poing d’un policier au visage (3 points de suture près de l’oeil gauche)
    - Une vidéaste de la presse est touché dans son épaule droite par une grenade de deséncerclement GMD
    - Une manifestante reçoit un tir tendu de grenade lacrymogène sur son visage
    - Journaliste espagnol, Tir de #LBD40 à la tête
    - Grenade de deséncerclement GMD, touché à la jambe droite/ventre
    - Une manifestante isolée, reçoit un tir tendu de grenade lacrymogène sur sa cheville gauche
    - Un policier donne un violent coup de matraque à la tête d’une manifestante
    Tous les signalements et plus de détails à retrouver sur le compte de David Dufresne : https://twitter.com/davduf
  • Post FB : Scène de guerre ce samedi 8 juin à Montpellier où il y a eu des blessés graves dont des medics contrairement aux médias qui parle seulement de blessés légers.
    Une répression policière inédite que défend un journal local Midi libre au service du pouvoir macroniste, ce journal est une honte pour notre démocratie qui disparaît un peu plus chaque jour. Quand on préfère parler des dégâts au lieu des blessés graves par les bavures policières il y a de sérieuses questions à se poser !
  • A Montpellier, la police a tiré au fusil à pompe avec des munitions en plastique - Lors d’échauffourées ayant eu lieu durant l’acte IX des gilets jaunes, le samedi 12 janvier à Montpellier, la brigade de recherche et d’intervention (BRI), une unité spécialisée de la police, a tiré au fusil à pompe des munitions en plastique, dites « bean bags », sur des manifestants. - C’est une étape de plus dans l’escalade de la répression policière face aux gilets jaunes. Lors d’échauffourées ayant eu lieu durant l’acte IX des gilets jaunes, le samedi 12 janvier à Montpellier, la brigade de recherche et d’intervention (BRI), une unité spécialisée de la police, a tiré au fusil à pompe des munitions en plastique, dites « bean bags », sur des manifestants.
  • Les libertés fondamentales « en très mauvais état » en France
  • PHOTOS : Ce 30e rendez-vous des gilets jaunes a été le théâtre d’une répression parmi les plus dures depuis le début du mouvement. Bienvenu(e)s au "Bal des blessés" de Montpellier.

Magouilles, violences et mensonges du régime et de son monde

  • BlackRock, un acteur financier extrêmement puissant en Europe - «  L’exemple de BlackRock illustre parfaitement la manière dont les entreprises financières peuvent maximiser leurs bénéfices au sein de l’Union européenne en tirant parti des différences de législation pour localiser leurs différentes activités (...) là où elles seront les plus rentables, le tout avec la complicité des gouvernements.  »
  • En pleine ascension, l’agriculture bio entre dans le temps du doute - Née dans les années 1970 en France, l’agriculture biologique s’est démocratisée. Des premiers cahiers des charges de Nature et Progrès au label européen, Reporterre raconte l’histoire de l’ascension de « la bio ». Et pose la question, sensible, de ce qu’est devenu « l’esprit de départ »
  • Les multinationales soustraient 36 milliards de profits à l’oeil du fisc français - Évasion fiscale. Une étude réalisée par un organisme gouvernemental évalue à 36 milliards d’euros la sous-déclaration fiscale des grandes sociétés, en raison du gonflement artificiel des bénéfices dans les paradis fiscaux. La perte de recettes induite pour l’impôt s’élève à 14 milliards.
  • Compétitivité, reporting, management par objectifs : peut-on vraiment chiffrer la valeur de votre travail ? - Des chaînes de production aux salles de classes, des plateformes téléphoniques aux hôpitaux, le management par les chiffres, les « entretiens d’évaluation » et les reporting, ont envahi le monde du travail. Une tendance qui s’appuie sur la quête d’une traduction financière rapide et frappe le secteur privé comme public. Cette évaluation du travail uniquement quantitative demeure « partiale et partielle », explique la chercheuse Marie-Anne Dujarier. Et nuit à l’activité, quand elle ne dégrade pas la santé des salariés : « Souvent, les salariés estiment passer de 20% à 30% de leur temps à quantifier leur travail pour les besoins de l’évaluation. » Entretien.
  • La crise de l’enquête publique, révélateur d’une démocratie locale à l’agonie face à la toute-puissance des préfets - Un commissaire enquêteur isérois, Gabriel Ullmann, a osé rendre un avis défavorable sur un projet industriel local, problématique pour l’environnement. Le projet est cependant validé par le préfet. Le commissaire enquêteur est, lui, purement et simplement radié de la fonction. Entachés de conflits d’intérêts, ces faits révèlent aussi un mal plus profond : de lourdes menaces pèsent sur le devenir de l’enquête publique, critiquée pour ses lacunes mais affaiblie par des réformes récentes. Au delà, c’est le droit de l’environnement et la démocratie participative locale qui sont en péril.
  • 20 ANS DE PRISON POUR AVOIR SAUVÉ DES VIES ENDITERRANÉE ? - Inversion des valeurs en Europe - Elle s’appelle Pia Klemp. Cette jeune capitaine a sauvé des centaines de vies dans la mer Méditerranée. Avec son navire, elle se porte au secours des exilés qui risquent de se noyer en pleine mer. Conformément au droit maritime qui prévoit qu’un capitaine doit porter secours aux personnes en détresse.
    Plutôt que d’être félicitée et soutenue, Pia Klemp est poursuivie par le gouvernement italien d’extrême droite. Elle est jugée pour "aide à l’immigration", et risque 20 ans de prison en ce moment même !
    Pour rappel, le ministre de l’italien, Matteo Salvini, est sur la même ligne que son homologue français, Christophe Castaner. Tous deux estiment que sauver des réfugiés de la noyade doit être interdit et réprimé. La France comme l’Italie ont refusé que des bateaux comme celui de Pia Klemp ne débarquent sur leurs côtes.
    Dans une Europe où des banquiers qui affament les peuples règnent en maitres, où les idées les plus ignobles ont droit de cité dans tous les médias, et où des policiers ultra-violents sont décorés, l’inversion des valeurs est totale.
    Liberté pour Pia Klemp ! Vive la solidarité entre les peuples !
  • Hôpital : A Creil, « l’inadmissible devient la norme » - Aux urgences de cet hôpital de l’Oise, les patients doivent attendre des heures, dans des conditions déplorables. A bout, l’équipe est en grève.
  • CREUSER LE « TROU DE LA SECU » PUIS L’UTILISER POUR JUSTIFIER DE TOUT SABRER. - C’est le genre d’information dont le traitement médiatique laisse entrevoir la grande médiocrité de la majorité de nos journalistes, qui n’ont absolument aucune culture sociale, aucun recul face aux éléments de langage des gouvernements et la mémoire politique d’un poisson rouge. Pourquoi le déficit de la sécurité sociale replonge finalement ? Parce qu’alors que les choses s’arrangeaient, le gouvernement a fait voté des mesures qui privent la sécu d’une bonne partie de ses recettes : le forfait social, cette contribution sociale des entreprises sur l’épargne salariale, a été supprimé dans la loi PACTE, avec une perte de milliards de recette. Ensuite, les heures supplémentaires ont été exonérées de cotisations dans la loi "gilets jaunes" de décembre dernier. Géniale, des heures sup’ qui rapportent plus aux salariés, en voilà une mesure de pouvoir d’achat ! Sauf que nous la payons à coté avec une sécurité sociale beaucoup moins bien financée. Et du coup une assurance maladie sous pression. (...)
  • Nutella fait son beurre sur les noisettes récoltées par des enfants et des réfugiés en Turquie

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft