Emmanuel Macron file un mauvais coton

avec sa tactique de l’autruche

par Etienne Maillet.
Mis à jour le mardi 16 avril 2019

Que fait un homme d’Etat sur le point de prononcer un discours important en réponse à une énorme et persistante contestation sociale qui apprend en direct que Notre Dame est en flammes ? Devant l’urgence, s’éclipse-t-il sans un mot ? Non : face à la nation, yeux dans les yeux, l’homme, la femme d’Etat auront au moins expliqué qu’il donnait a date nouveau rendez-vous à la nation. Car c’était un rendez-vous.

A la place ? Déclaration reportée sine die, « en temps voulu ». Cela frise la goujaterie envers la nation. Que fait Emmanuel, l’homme sans enfants, l’homme qui ignore la contestation intime et radicale des gosses ? Sa priorité est désormais la reconstruction de Notre Dame, nous apprennent les médias – le conseil des ministres y sera entièrement consacré - médias qui comme des poissons ont la mémoire si courte qu’ils ont oublié qu’hier il n’y avait pas d’incendie de cathédrale, mais un incendie social et politique bien plus central, bien plus important, dont les flammes héraldiques de Notre Dame ne sont qu’un épisode.

Vents, fumées, incendie

Stupidité des médias, complicité ? Un peu des deux probablement. Illusion de M. Macron et ses spin doctors [1] que le peuple est stupide, lunatique, capricieux : demain Notre Dame aura fait oublier les Gilets jaunes. E. Macron, ses conseils, son entourage confondent politique spectacle et politique réelle, celle que les gilets jaunes les somment de produire. Qu’ont-t-il produit en réponse ? Du vent, de la fumée, un incendie, rien ! Le discours n’ pas été prononcé mais il y a eu des fuites : la « mesure forte » (dixit les medias) serait la suppression de l’ENA et le RIC local. Des miettes. Qu’a fait E. Macron devant l’incendie ? Il est parti en catimini, la queue basse.

E. Macron croit-il qu’en esquivant, il en est quitte avec les Français ? Ne voit-il pas qu’il a perdu une grande partie de sa crédibilité en préférant Notre Dame et le court terme de sa reconstruction, à l’essentiel, le long terme, le bien-être et la concorde politique ? Notre Dame ne pourra renaître dans un pays divisé, avec l’argent des riches – l’argent ne manque donc pas puisqu’il afflue pour rebâtir des pierres- l’argent ? L’argent : la sueur, la peine et les larmes des pauvres.

Démocratie et médiocrité

Montrant qu’il est impolitique au point de confondre essentiel et accessoire, incendie et unité de la nation, le Président se décrédibilise. L’opinion comprend qu’il n’a pas la taille : pas la taille de sa casquette, pas la taille des défis devant lui : nouveau contrat social, nouveau contrat naturel.

Devant l’obstacle, Emmanuel Macron, l’opportuniste creux, renâcle. Il fuit. Il se montre lâche. Or, il est aussi le chef des armées. Un chef des armées peut-il être lâche au point de refuser de confronter son peuple, dont il est le chef et le délégué ? Peut-on faire confiance à un chef qui se débine ?

Voilà ce que les gens et l’histoire retiendront de ce monde terminal et de son souverain démocratique, produit d’une mécanique de reproduction des élites fondée sur le scrutin électif : médiocrité, pleutrerie, absence de vision, dans un étrange parallèle avec Louis XVI.

Il faut écouter attentivement, intensément la voix d’Emmanuel Macron, ses inflexions, intonations…S’il séduit dans les débats, c’est en usant d’astuces rhétoriques de jésuite ou d’énarque. Mais où sont dans tout cela la conviction, l’inventivité, le charisme fondement de l’autorité acceptée ?

Emmanuel Macron, voyez-bien, écoutez-bien (avec/sans l’image ou le son, exercice intéressant), n’a jamais un accent de réelle conviction, de sincérité sans filtre. M. Macron récite ou truque. Mais difficile de lui attribuer des enthousiasmes, à l’exception d’une unique fois où sa voix s’égosille et déraille. Il parut ridicule. On écoute son allocution populiste du 16 avril, lendemain de l’incendie et du discours avorté, avec gêne, peine, presque pitié : un acteur usé qui se ment à lui-même.

François Mitterrand estimait qu’après lui « Il n’y aurait plus de grand président ». Il avait raison, sauf de s’exclure du compte. Comment la démocratie élective peut-elle produire à répétition des présidents aussi médiocres que Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, et maintenant Emmanuel Macron, ou aux USA, la suite Nixon, Reagan, Bush 2, Trump ? On parle de crise de la démocratie. Il s’agit plutôt d’une crise inverse : une démocratie confisquée par son moyen, le vote !

Emmanuel Macron vit dans la terrible crainte de déclencher une révolution. Cette crainte le paralyse, car il ne sait pas agir au sens politique. Il n’a le soutien, au surplus, d’aucune vision. Il ne sait où aller, encore moins où diriger.

Tellement d’erreurs ; tellement d’aveuglement ; tellement d’isolement. Emmanuel Macron et son monde filent un mauvais coton

Notes

[1Conseillers en communication


3 Messages

  • Emmanuel Macron file un mauvais coton Le 16 avril à 21:00, par Camille Pierrette

    D’autre part, comme macron n’a rien d’intéressant, ou qui pourrait calmer les GJs, à dire, il préfère se faire mousser sur l’émotion et jouer sur « son » « action » pour Notre Dame.
    Avec l’aide bien sûr des merdias...
    Ce afin de récupérer des soutiens, notamment pour les européennes.

    Répondre à ce message

  • Emmanuel Macron file un mauvais coton Le 16 avril à 20:53, par PapyWeb

    Vous aurait-il échappé que ce cher manu c’est exprimé ce soir pendant six minutes sur Notre Dame... avec des mots choisis qu’il conviendra de décodé... J’en ai retenu deux ; chacun à sa place, chacun dans son rôle...

    Répondre à ce message

  • Emmanuel Macron file un mauvais coton Le 16 avril à 20:42, par Camille Pierrette

    C’est clair que ça révèle que ce macron n’est que du vent.
    Mais un vent puant qui est la vitrine de l’Etat et du capitalisme, sa vitrine légale visant à maintenir l’ordre social par l’illusion d’une démocratie.

    Avec la vacuité de macron et sa brutalité répressive, la vitrine est à présent brisée, le courant d’air circule, tout le monde voit qu’il n’y a jamais eu de démocratie et que la brutalité étatique et capitaliste gouvernent par la force, à nous de nous engouffrer à l’intérieur pour tout brûler et faire s’écrouler l’édifice pour de bon.
    Et en même temps tout reconstruire vers des sociétés soutenables.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft