Discussion : une « culture de résistance » pour notre territoire, mercredi 13 novembre 2019

Un écosystème concret et local de groupes et personnes diverses pour construire une société soutenable et s’attaquer aux causes des désastres écologiques, sociaux et climatiques

par Les Indiens du Futur.
Mis à jour le mercredi 6 novembre 2019

Soirée discussion sur les divers groupes et divers modes d’actions utiles à la résistance au capitalisme, au système industriel écocidaire et aux régimes autoritaires, et la nécessité de les mettre en liens.
Pour préserver le vivant et le climat afin de garder la planète habitable, nous devons nous attaquer aux causes des problèmes et construire des sociétés soutenables.

Les meilleurs actes individuels et les meilleurs groupes agissant isolément ne suffiront pas si on veut arrêter vraiment la destruction du vivant et des humains, si on veut se libérer et construire l’autonomie sur une planète vivable, nous avons besoin de créer des écosystèmes de résistance où, consciemment et de manière plus ou moins organisée, toutes sortes de personnes, de groupes, de militants et d’activistes, d’associations, d’actions, de lieux, d’outils, se mettent en relation, coopèrent, s’informent, mutualisent, se complètent, dans la solidarité, la complicité et l’entraide.

- RDV mercredi 13 novembre 2019 - Café l’HYDRE, 1 rue de la République, 26400 CREST
- Accueil à 19h30, début de la discussion 19h45

Discussion : une « culture de résistance » pour notre territoire, mercredi 13 novembre 2019 à l’HYDRE
affiche
Tract : une « culture de résistance » pour notre territoire, mercredi 13 novembre 2019 à l’HYDRE

- Extrait de notre brochure qui traite de ce sujet :
Notre problème est que la culture dominante est en train de tuer la vie sur la planète. La civilisation industrielle détruit, exploite, aliène et transforme le monde vivant en zones mortes, marchandises, en déchet. Nous devons radicalement y mettre un terme. Voilà pourquoi notre objectif est de démanteler la civilisation industrielle, sa structure, ses hiérarchies, son idéologie et ses valeurs, pièce par pièce. Pour cela nous avons besoin de stratégies complémentaires, de tactiques diversifiées et d’actions efficaces. Mais nous avons aussi besoin d’analyses structurelles, de courage, de défiance, d’imagination et de rage. Bref, nous avons besoin d’une culture de résistance écologiste, libertaire, féministe, et populaire.

- Consultez-là en guise d’introduction au sujet

Nous parlerons de ce sujet de manière théorique, et surtout pratique, afin d’inciter tous les groupes et personnes motivés à se rencontrer pour faire grandir progressivement cette culture de résistance dans la région.

- Voici ce qu’on entend par résistance et ses diverses formes :
D’abord, qu’est-ce que résister ? Ce n’est pas simplement dénoncer le réchauffement climatique, ou la mauvaise volonté des dirigeants. Résister, c’est s’opposer directement aux systèmes d’oppressions, à la civilisation industrielle. C’est comprendre que ces systèmes ont un début historique et une fin. Résister c’est vouloir démanteler ces systèmes, accélérer leur fin. Comment donc résister ? Grâce à des actions organisées qui se passent en dehors des institutions existantes du pouvoir, qui visent à les renverser en en construisant d’autres dans un même mouvement. C’est possible grâce à cinq stratégies complémentaires :

Stratégie 1 - LUTTER :
Apporter son soutien aux luttes pour la justice sociale et écologique en cours et s’y investir. Promouvoir l’équité et entraver l’exploitation exercée par les puissants.

Stratégie 2 - DEFENDRE :
Défendre les territoires et empêcher l’expansion de la déforestation, des extractions minières, des chantiers de construction et ainsi de suite, afin que plus de terres et d’espèces soient préservées au moment où la civilisation s’effondrera.

Stratégie 3 - ORGANISER :
Construire et mobiliser des organisations de résistance décentralisées en mesure de soutenir les activités mentionnées.

Stratégie 4 - CREER :
Rétablir des pratiques de subsistance soutenable (dont la polyculture de plantes pérennes et vivaces pour l’alimentation) et des pratiques d’organisation démocratiques afin de recréer des cultures humaines soutenables, résilientes et démocratiques.

Stratégie 5 - ATTAQUER :
Recourir aux actions directes contre les infrastructures industrielles destructrices, en particulier celles du secteur énergétique. Bloquer, perturber, saboter toute initiative polluante ou autrement nuisible.

Soirée organisée par Les Indiens du futur

Discussion : une « culture de résistance » pour notre territoire, mercredi 13 novembre 2019 à l’HYDRE
Affiche

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft