Catastrophe écologique et donc sociale à Valence : le groupe Alizon veut créer une plateforme logistique de 25 000 m² !

Artificialisation des sols, émissions de CO2, toujours plus de Croissance et de développement économique : le désastre partout s’aggrave !

par Les Indiens du Futur.
Mis à jour le lundi 26 août 2019

Les médias de masse, le Daubé, les médias des industriels, les élus au pouvoir à Valence, l’agglo et le maire Daragon en tête, tous se félicitent et se congratulent du projet d’entrepôt logistique du Groupe Alizon, 25.000 m2 à Valence Sud.
Les autorités locales et leurs alliés médiatiques se réjouissent tous de la Croissance d’une grosse entreprise, de la construction d’un énorme hangar et de la création envisagée d’une centaine d’emploi.
Pourtant, ce projet, comme beaucoup d’autres, est une pierre de plus dans le désastre écologique et climatique, un désastre qui est (et sera) aussi social.

Voici quelques unes de ces annonces :

- Valence : une centaine d’emplois attendus zone d’activités de la Motte

- Le groupe Alizon Participations investit dans sa logistique (...) 22 millions d’euros concerne l’acquisition d’un terrain de 56 600 m² et la réalisation de quatre cellules d’entreposage de 6 000 m² chacune ainsi que 1 000 m² de bureaux. Les travaux devraient démarrer lors du premier semestre 2020 et s’étaler sur une douzaine de mois, le site étant censé être livré lors du premier trimestre 2021.

- Valence - Le groupe Alizon se développe :
« Notre projet a mis du temps à voir le jour, car il a fallu trouver le moyen de préserver la zone humide présente sur la zone. La construction de notre plateforme logistique débutera début 2020 pour une livraison prévue début 2021 » a indiqué Yves Cohard, le directeur général du groupe, « On disposera d’une plateforme logistique de 25 000 m2 occupée pour moitié par notre entreprise avec la création de 50 emplois, tandis que l’autre moitié sera louée à d’autres sociétés. On va utiliser le fleuve pour acheminer nos marchandises ». Le groupe Alizon réalise une centaine de millions de chiffre d’affaires dont 85 % en France et 5 % en Europe, au travers de 4 filiales (Benelux, Allemagne et Espagne). Le groupe est aussi présent en Chine avec une société de sourcing basée à Hong Kong.
« Avec cette implantation, la zone de la Motte sera quasiment entièrement commercialisée. Il ne nous restera plus que 6 000 m2 en fond de zone » a indiqué Jacques Bonnemayre, le vice-président de Valence Romans Agglo en charge du développement économique, « L’agglo dispose encore de réserves foncières dans la zone des Caires à Étoile, où vient de s’installer Skipper. Et la semaine prochaine, nous signons pour céder un terrain aux transports Martin qui vont construire 7 000 m2 de bâtiments logistiques à Portes ». « Il va maintenant falloir réfléchir à de nouvelles zones à aménager » a estimé le président de l’agglo, Nicolas Daragon, « On a actuellement plus de demandes pour s’implanter sur nos zones que d’offres, mais on sélectionne les entreprises qui sont créatrices d’emploi et dont l’activité est cohérente avec la zone ». Depuis 2014, 65 hectares de foncier économiques ont été vendus sur l’agglo de Valence Romans.

Valence Sud, des terres inexorablement détruites par l’industrie et le commerce

Les terres autour de Valence ont déjà bien été ravagées, mais la folie du développement économique, du Pouvoir et de ses larbins empressés exigent toujours plus, cette dinguerie de la Croissance dans un monde fini veut grignoter toujours plus d’espaces, de terres agricoles et émettre davantage de gaz à effet de serre.
Si on n’arrête pas le développement économique, il détruira à peu près tout le vivant, nous y compris, jusqu’à son effondrement final.

Artificialisation des sols en France

Ce projet local atterrant de plateforme logistique est l’occasion de mesurer concrètement à quel point les idées dominantes et les activités existantes sont très loin (à l’opposé en réalité) de ce qu’il faudrait faire si on voudrait vraiment tenter de limiter la casse.

Quelques informations sur Alizon

Yves Cohard, le directeur général du groupe Alizon Participations {JPEG}
Distributeur de produits d’emballages : films étirables, cartons et adhésifs. Ayant son siège social à Ramatuelle (Var), l’entreprise dispose de filiales au Bénélux, en Allemagne et en Espagne.
Commerce de gros, négoce en consommables industriels : vente de produits pour l’industrie et l’emballage, distribution et maintenance du matériel industriel, transformation des matières, activité de négoce de gros produits chimiques…

Les activités du groupe Alizon sont néfastes écologiquement

- Les activités du groupe Alizon sont néfastes écologiquement (et donc socialement au final) à plusieurs niveaux :

  • Il fournit des grosses industries polluantes et productivistes
  • Ses entrepôts logistiques bétonnent et détruisent des terres, émettant du CO2 pour leur construction et leur fonctionnement, et favorisant les infrastructures routières, les transports par camions sur de longues distance, toutes choses qui émettent du CO2 et polluent l’atmosphère
  • Nombre de ses produits sont en plastique, provenant de l’industrie pétrochimique émettrice de CO2

Les plateformes logistiques, fléaux et piliers du capitalisme

Même une plateforme logistique soit-disant « verte » citée en modèle sera toujours dédiée à la Croissance, au stockage de produits consommant eux-mêmes de l’énergie et des matières premières.
C’est le modèle économique, le système industriel, le développement qui sont en soit des problèmes. Végétaliser des entrepôts, les chauffer au renouvelable et récupérer l’eau des toitures ne fait que légitimer et poursuivre, voire accentuer, un modèle destructeur et suicidaire.
Optimiser la logistique ou rouler à l’électrique ne changera pas la nature de l’industrie et le fait qu’il s’agit de vendre et échanger toujours plus de marchandises.
« Verdir » ces industries permet des économies, plus de profits, de rendre plus acceptables les bétonnages, mais ça n’arrête en rien la destruction du vivant.

Au final les ravages augmentent

Réduire une partie des émissions, économiser un peu de matières premières dans un type d’économie qui veut et qui doit toujours croître en consommant toute l’énergie et les matières premières disponibles entraîne fatalement au final un accroissement des émissions et des destructions écologiques.
Ce qui est économisé par un hangar logistique « vert » sera utilisé par les hangars et camions non « verts ». Au final les ravages augmentent.

C’est comme si on faisait rouler un bulldozer à l’énergie solaire, si la mission du bulldozer est de raser des forêts et de faire toujours plus de nouvelles routes, le résultat final est : plus de désastres écologiques et sociaux.

Etats et entreprises, consciemment ou par auto-aveuglement, avec cynisme ou naïveté, se fourrent le doigt dans l’œil, nous enfument et aggravent le désastre global en faisant croire que leur système capitaliste et industriel est compatible avec une planète habitable et vivante.

De plus, ces efforts, cette communication et tout cet argent mis dans de simples adaptations d’un système destructeur pour qu’il puisse continuer ne sont pas déployés ailleurs, et sont autant de temps et d’énergies perdus pour des transformations radicales et réellement bénéfiques pour les humains et les autres vivants.

Le mythe de la croissance verte

Un projet nuisible de plus

Ce projet de 25000 m2 de hangar logistique est une saloperie de plus, qu’on se doit d’empêcher, il n’y a pas que les Center Parcs, aéroports, Europa City...
Seulement, les militants ne pourront être partout, donc on observera sans doute des groupes pratiquer le sabotage des infrastructures à la source, et/ou on verra naître enfin des grèves et des blocages massifs ?

ils mettent en avant la sacro-sainte création d’emplois pour tout justifier et faire taire toute critique de leurs projets écocidaires

Partout, comme le triste Daragon maire de Valence, capitalistes et élus mettent en avant la sacro-sainte question de la création d’emplois pour tout justifier et faire taire toute critique de leurs projets écocidaires. Cet alibi bien commode pour flatter les chômeurs et les patrons permet de tout faire passer : armement, bétonnage, pollutions, usines chimiques dangereuses, croissance, centres commerciaux...
Seulement, la compétition capitaliste crée aussi la dérégulation, les emplois détachés, la délocalisation, la course aux profits maximum, et donc la destruction des dits emplois...
Les emplois les plus intéressants se font rares, les ouvriers ne maîtrisent plus rien, et les emplois asservissants, aliénants, vides, sans aucune sens, sont de plus en plus nombreux. Des travailleurs se suicident, font des burn out, sont pressurés, n’osent plus défendre leurs droits. Les gilets jaunes ont en partie parlé de ces problèmes et se sont révoltés face notamment à l’extrême difficulté de vivre dignement dans le cadre du système existant. Et il faudrait qu’on dise amen à un système aussi destructeur ??!

Surtout, il est grand temps d’en finir avec cette logique perverse. Au lieu de s’enfoncer dans le développement, le capitalisme et ses emplois utiles à la plus value qui enrichie actionnaires et patrons, la concurrence qui tire tout vers le bas et appelle à toujours plus de croissance, satisfaisons nos besoins réels autrement.
Partageons le travail et les ressources, sortons du capitalisme, multiplions les coopératives autogérées à but non lucratif, développons les low-techs, produisons moins et vivons plus, prenons la main sur la production et la distribution de manière démocratique et locale, développons la convivialité et la solidarité, etc.
Les travailleurs, les territoires, les animaux, les plantes, les écosystèmes... s’en porteront bien mieux et on limitera l’ampleur du désastre écologique climatique et social. Nous reviendrons sans doute sur cette question importante de l’emploi et du travail dans un article dédié, afin de mieux démonter les suicidaires mythologies capitalistes et montrer qu’on pourrait vivre bien mieux dans d’autres types de sociétés. Ca déplaira seulement au bloc bourgeois (macronisme et lobbies industriels) et à ses alliés.

Nicolas Daragon maire de Valence (connu pour son mépris des familles à la rue), comme tous les sociopathes, veut continuer le bétonnage, pardon, « réfléchir à de nouvelles zones à aménager ». Après 65 ha artificialisés en 5 ans, il en faudrait encore et encore.

Il faudra les virer, les destituer, instaurer un rapport de force

Les fous dangereux qui veulent à tout prix croire encore qu’une croissance infinie est possible dans un monde fini, qui veulent croire qu’on peut détruire le vivant sans vergogne et que d’éventuelles technologies futures nous sauveront ne partiront et ne s’arrêteront pas tous seuls.
Il faudra les virer, les destituer, instaurer un rapport de force via une culture de résistance offensive et efficace, se traduisant par diverses actions, une diversité de tactiques au sein d’une coalition de groupes solidaires (voir liens plus bas en Post Scriptum).
Il faudra affirmer nos intérêts réels collectifs plutôt que s’enfermer dans nos petits intérêts individuels à court-terme afin d’arrêter de soutenir nos ennemis et leurs délires meurtriers, et plutôt rejoindre les résistances au développement économique, à cette croissance extrémiste et suicidaire.

Contre tout nouveau centre logistique industriel, tout nouvel hangar commercial, qu’il soit vert, bleu ou gris !
Et la plupart des centres logistiques industriels et hangars commerciaux existants, il faudra les démanteler.

ANNEXE, la propagande du capitalisme vert sponsorisée par l’Etat

- Pour se familiariser avec les folies du capitalisme vert et les discours mensongers propagés par les organismes d’Etat, quelques liens concernant l’optimisation de la logistique :

  • https://www.ecologique-solidaire.go... : des chiffres et des projets, pour bien connaître l’ennemi
  • https://www.economie.gouv.fr/france... : "faire de la France un pays leader dans le domaine de la logistique, facteur déterminant de compétitivité et de la transition énergétique pour la croissance verte et le climat" Génial, du numérique et de l’impossible transition énergétique, pour aller toujours plus vite et permettre plus de business, donc plus de destructions. L’art du double langage, pour continuer le capitalisme destructeur le plus longtemps possible sous couvert de "verdissement" impossible...
  • https://www.economie.gouv.fr/files/...PDF/DPFranceLogistique2025_240316.pdf : l’Etat, grâce à l’argent de nos impôts, soutient à fond la poursuite du carnage en faisant des jolies phrases : "objectiver les impacts environnementaux des véhicules routiers en fonction des déplacements"
  • https://www.eve-transport-logistiqu... (financé par Total Marketing France !, dans le cadre du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie) - réduire un peu les émissions CO2 dans une économie vouée à la croissance !! Absurdité totale, mais ça fait des jolies plaquettes, des jobs et du pognon pour les personnes et organismes qui se prêtent à ce jeu pervers

- Pour la contre-propagande et se désintoxiquer pour de bon des mythes de la croissance verte, on conseille ces articles :

P.-S.

- Présentation des « Indiens du futur » (vallée de la Drôme), contactez-nous pour ensemble créer/amplifier une culture de résistance dans la région.

- Pour se défriser les neurones et agir dans des directions adaptées, voir notamment :


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft