Avec AMAZON, le monde est un enfer


Mis à jour le mardi 26 novembre 2019

L’appel pour transformer le Black Friday 2019 en un « Vendredi Noir pour Amazon » a déjà été signé par plus de 15 000 personnes et des actions se préparent partout en France en vue du 29 novembre prochain.

Ce dimanche, Attac, les Amis de la Terre et l’Union syndicale Solidaires ont publié un long rapport qui décortique le monde selon Amazon et met en lumière les dérives fiscales, sociales et environnementales du géant de la surconsommation.

Évasion fiscale massive, développement d’entrepôts entièrement robotisés, livraisons par drones, repas fournis en moins de 30 minutes, salarié·e·s sous surveillance, reconnaissance faciale, destruction d’invendus... Le monde selon Amazon, première capitalisation boursière mondiale, semble s’inspirer d’une science-fiction. C’est pourtant une réalité chaque jour plus concrète.

Cette nouvelle étude montre comment Amazon a pu acquérir sa position invasive et omnipotente, en s’affranchissant d’une série de règles et de lois. Jeff Bezos, multimilliardaire à la tête de la firme, a construit sa suprématie au détriment du respect des normes les plus élémentaires.

Dans ce rapport, largement repris dans les médias dimanche 24 et lundi 25 novembre, il est notamment démontré que :

> Amazon dissimule 57% de son chiffre d’affaires réalisé en France, selon nos estimations, ce qui lui permet de pratiquer une évasion fiscale massive en déplaçant une grande partie de ses bénéfices vers l’étranger. Cela a bien sûr des impacts négatifs sur les recettes fiscales des États où est présent Amazon, mais ce recours massif aux paradis fiscaux renforce également la position prédominante d’Amazon vis-à-vis de ses concurrents, plus petits, qui paient en proportion de leur activité davantage d’impôts.

> Le monde selon Amazon n’est pas viable : d’après nos calculs, Amazon Web Services a émis 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2018, soit l’équivalent des émissions du Portugal ; les pratiques de la firme occasionnent un gaspillage considérable : 3 millions de produits neufs ont été détruits par Amazon en France en 2018.

> Amazon développe sa présence en France en faisant travailler majoritairement des personnes ayant des contrats précaires, notamment en intérim, qui s’épuisent dans des entrepôts gigantesques. En mesurant l’impact net d’Amazon sur l’emploi aux États-Unis où la multinationale est implantée depuis plus longtemps, on constate que pour 1 emploi créé par Amazon, 2 emplois sont détruits.

Mais parce que la marche d’Amazon n’est pas inéluctable, ce rapport s’attache aussi à présenter plusieurs luttes inspirantes, qui, partout autour du globe, s’opposent aux méfaits de la multinationale, avec à la clef, quelques victoires.


4 Messages

  • Avec AMAZON, le monde est un enfer Le 26 novembre à 14:56, par Gertrude

    Non, juste éviter d’oublier que c’est le système capitaliste qui est à l’origine de tout cela ; indépendamment des ’têtes de gondole’, c’est le consumérisme débridé qu’il convient d’étouffer. Ne plus se limiter à dénoncer, mais agir. Pensez-y lors de votre prochaine visite au supermarché...

    Répondre à ce message

  • Avec AMAZON, le monde est un enfer Le 26 novembre à 14:17, par rr tttt

    « Cela permet d’oublier les vilains Auchan » et autres. Bien au contraire, cela les mets en lumière. Peut-être pour dénoncer faudrait-il se taire, afin de ne pas faire de jaloux parmi les malfaisants !

    Répondre à ce message

  • Avec AMAZON, le monde est un enfer Le 26 novembre à 13:10, par Gertrude

    Hou le vilain Amazon ! Cela permet d’oublier les vilains Auchan (Décathlon-Leroy-Merlin), Casino, Leclerc et autres géants de la grande distribution (fortunes bien françaises) qui échappent de la même façon à l’impôt tout en engrangeant les subventions publiques directes (CICE) ou indirectes (aménagements routiers et autres), qui rappelons-le vident les centres villes de leurs commerces pour les attirer dans les zones commerciales de la périphérie (mouvement qui s’est amplifié ces trente dernières années) ou le géant Coca-cola qui a bénéficié de telles largesses publiques que même le Canard Enchaîné s’en était ému à l’époque (l’usine de Signes -13- qui a depuis migré vers d’autres cieux paradisiaques).

    Répondre à ce message

  • Avec AMAZON, le monde est un enfer Le 26 novembre à 12:00, par Indiens du Futur

    voir aussi : Amazon : champion de l’emploi précaire, expert en évasion fiscale et gros pollueur, selon un rapport
    + l’enquête de Reporterre, en 3 volets : Le plan secret d’Amazon en France

    et rappelons l’existence d’un entrepot Amazon à Montélimar en Drôme, qui est bien entendu encensé et soutenu par l’actuel maire de Montélimar Franck Reynier...
    - Vendredi 29 novembre, black friday à Amazon.
    appel national au blocage des entrepots d’Amazon. Action sur l’entrepôt de Montélimar

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft