où est la vraie violence ?

par philippeG.
Mis à jour le jeudi 27 décembre 2018

Où est la vraie violence ?

« La vraie violence, c’est 9 millions de pauvres, 200 000 SDF, c’est 80 milliards d’évasion fiscale, c’est Amazon, Starbucks, Google qui ne paient pas d’impôts, c’est les patrons du CAC 40 qui gagnent 5 millions par an en augmentation de 14 % quand le gouvernement ne donne pas de coup de pouce au SMIC ... C’est ça la violence, pas quelques bagnoles qui crament dans des quartiers »
J’ajouterais aussi : la violence c’est la destruction systématique et accélérée du climat et du monde vivant, des terres, des rivières, des forêts, des sols, des animaux, par des systèmes industriels avides de profits, de Croissance, de dividendes, de luxe, de croisières, de voitures de luxe, d’avions, d’aéroports, d’autoroutes, de surconsommation généralisée de tout.

Ces violences là et celles envers les pauvres et les travailleurs-euses sont structurelles et organisées par les Etats, les lobbies, les gros patrons et les multinationales. Elles sont dues au système économique capitaliste et aux politiciens qui en sont quasiment tous complices actifs.

Toutes ces violences sont intolérables, et on devrait être tous et toutes dans la rue pour y mettre fin une bonne fois pour toute pour nous , nos enfants et nos petits enfants.

Il y a trois sortes de violences :
• La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.
• La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.
• La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.
Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que
la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue


2 Messages

  • où est la vraie violence ? Le 28 décembre 2018 à 19:13, par GONTIER Philippe

    Bonsoir,

    Je suis tout à fait d’accord de participer à l’écriture de la lettre .
    Il faudrait que quelqu’un écrive un premier jet, je ne connais pas trop l’histoire de vie de Stéphane . Je pense qu’il faut se référer à son histoire pour expliquer la violence de la société à son égard .
    Voici mon email : philippe.marie.gontier wanadoo.fr

    Répondre à ce message

  • où est la vraie violence ? Le 27 décembre 2018 à 13:16, par Dathai Connaughton

    100% d’accord. D’ailleurs, c’était dans ce sens que j’avais interprété le discours de Stéphane au TGI, hier, devant le juge. Il parlait de « protéger », protéger ceux et celles agressé-es, peut importe la situation de l’agression ou le nom ou statut social l’agresseur.

    Ca te dirait que l’on écrive à plusieurs une lettre ouverte dans ce sens au Procureur qui a condamné les 4 de Valence ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft