Soljenitsyne, Staline, Khrouchtchev, Poutine, Mariton

par Etienne Maillet.
Mis à jour le mardi 16 octobre 2018

Le 25 février 1956, Nikita Khrouchtchev dénonçait devant le XXe congrès du Parti communiste d’URSS les crimes de Staline.
Une voix dans l’assemblée s’éleva : « Mais comment cela a-t-il été possible ? ».

Khroutchev s’arrêta net, et d’un ton menaçant lança :
« Qui a dit ça ? ».
Dans l’assemblée, un lourd silence s’établit.
Alors, après une pause Khrouchtchev reprit :
« Maintenant vous savez comment cela a été possible ».

L’ex-député Hervé Mariton gratifiera prochainement le peuple de Crest d’une conférence théâtrale sur Alexandre Soljenitsyne.

Soljenitsyne est l’auteur de « l’Archipel du goulag », ouvrage massif au centre de son œuvre, où il dénonce les camp d’internements à visée politique. Publié en 1974 à Paris, le livre fit connaître à l’Occident les réalités du système concentrationnaire soviétique et contribua à dessiller les yeux de nombre d’intellectuels pro-soviétiques.

Mais en toute chose, il y a d’un côté les paroles, de l’autre les actes.
D’un côté le vernis, de l’autre la substance.
D’un côté la réalité, de l’autre le spectacle.

Personne n’aura jamais prétendu que la dictature soit d’une nature unique, ou que le communisme en ait le monopole. Or si chacun tremblait devant Kroutchev quand il posait d’une voix terrible sa question menaçante, il est des conseils municipaux où l’on voit des conseillers, pourtant élus, pourtant citoyens, lever la main tout ensemble d’un seul mouvement pour approuver la décision mise au vote.
Et tout ensemble, en levant la main, ils baissent la tête, comme honteux de quelque servilité.
A moins que cela soit par peur.

Peur de quoi ? De qui ?

Dans la chartreuse de Parme, Stendhal, peint les petits despotes qui terrorisaient et mettaient en coupe réglées des principautés italiennes avant l’unification de la péninsule.
De ces roitelets ou barons autocrates, l’histoire regorge.
Alors vinrent Cavour et Garibaldi.
Ils balayèrent les roitelets, ouvrant ainsi la voie vers l’unité et la démocratie.

Vladimir Poutine rend hommage à Soljenitsyne- Le Figaro

P.-S.

La psychiatrie fut massivement utilisée dans l’ex-URSS comme moyen de rétorsion contre toute dissidence. Loin de tout esprit partisan, mais en pleine conscience de la fragilité des droits humains, comme de la démocratie, il faut noter que Marine le Pen fut récemment mise en demeure de subir un examen psychiatrique. On ne peut que soutenir sa décision de ne pas se conformer à cette injonction liberticide.


3 Messages

  • Soljenitsyne, Staline, Khrouchtchev, Poutine, Mariton Le 16 octobre à 22:35, par Roger Poulet

    Citation extraite du discourt d’Harvard (1978)

    « Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres ils ne seront pas égaux, et s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres. »

    Sans commentaire.

    Répondre à ce message

  • Soljenitsyne, Staline, Khrouchtchev, Poutine, Mariton Le 17 octobre à 10:39, par Virago

    Bonjour

    J’ai trouvé le discours (complet ?) à cette adresse http://plunkett.hautetfort.com/arch...

    et je n’ai pas trouvé la citation faite par Roger Poulet.
    Si vous la trouvez, s’il vous plait, dites moi dans quel paragraphe et à quelle ligne.

    Répondre à ce message

    • Soljenitsyne, Staline, Khrouchtchev, Poutine, Mariton Le 17 octobre à 12:47, par Roger Poulet

      Effectivement le discours n’est pas tout à fait complet. Il y a plusieurs signes : (...)
      La citation que j’ai postée fait partie d’une dizaine de citations sélectionnées par Ouest France et elle est bien extraite du discours d’Harvard de 1978.
      Il y a bien sûr des chose intéressantes dans ce discours.
      J’ai lu plusieurs ouvrages de Soljénitsine. Sa dénonciation du goulag a été extrêmement importante. Mais ensuite il a eu des prises de positions très réactionnaires disant du bien de régimes très discutables.
      Ses adulateurs utilisent systématiquement le mot prophète pour le désigner, ce qui est tout à fait exagéré.
      Je ne sais pas quel est l’aspect qui intéresse le plus monsieur Mariton ?
      On a déjà eu affaire à ce genre d’ambiguité à l’inauguration de la rue Hélie de Saint Marc, présenté comme résistant, ce qu’il a été brièvement, et on se retrouve avec une salle bourrée d’anciens d’Algérie. On a l’impression que c’est la position de Saint Marc en faveur de la torture en Algérie qui a motivé cette inauguration ?

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft