Saillans : énorme et chaleureuse solidarité au festival de soutien les 11-12-13 janvier !

Les 4 gilets jaunes condamnés à Valence le 26 décembre soutenus par une foule immense et généreuse de 2000 personnes

par Camille Pierrette.
Mis à jour le mercredi 16 janvier 2019

Ce week-end dernier, les 11-12-13 janvier, le festival de soutien aux 4 gilets jaunes condamnés à Valence le 26 décembre (et aux autres inculpés de la manifestation du 8 décembre) a été un succès phénoménal !

En à peine deux semaines, une enthousiaste équipe de saillansons, d’habitant.e.s de la Vallée de la Drôme et environs a monté un festival pertinent, intéressant, chaleureux et riche en couleurs, surtout le Jaune !

Voici un petit résumé rapide, n’hésitez pas à compléter.

Banderole à Saillans sur la nationale, festival de soutien

Vendredi 11 janvier

Au moins 500 personnes, avec une table de presse bien fournie (la Tâche d’Encre, Ricochets, CQFD, et divers libres et brochures bien utiles en ces temps de soulèvement) dans la salle St Géraud, un infokiosque/librairie avec des livres et textes de choix en bas dans la salle des fêtes.

La cantine populaire de Crest a assuré les repas à prix libre ce soir là avec brio, et tout le temps en fait, un exploit possible grâce aux nombreuses petites mains qui ont découpé les légumes et aux bénévoles généreux.ses et toujours souriant.e.s.
La salle s’est vite remplie le soir pour les concerts !
Le vin chaud bien venu était épuisé avant la fin de la soirée.

Partout, les conversations allaient bon train, entre joie de se retrouver et gravité concernant les événements en cours, la féroce répression policière ordonnée par le gouvernement et ses relais, la répression conduisant parfois aux décès aux frontières dans les proches Hautes-Alpes exercée par des bandes armées policières aux ordre du gouvernement et des membres de En Marche qui maltraitent, mettent en danger et dépouillent les exilé.e.s en plein montage dans la neige et le froid.

Après une pièce de théâtre locale, les concerts se sont enchaînés.

Vendredi 11 janvier - Saillans, festival de soutien aux 4 condamnés de Valence

Voici un mot sur le site du festival :

Merci à tous les bénévoles, toutes les personnes qui se sont engagées dans ce festival monté en 2 semaines ! A toutes les personnes qui se sont déplacées, aux artistes, intervenants… Merci à la mairie de Saillans pour avoir permis à cette initiative de voir le jour et la nuit !

Le combat continue avec un maximum de relais d’informations, d’articles de presse pour faire éclater la vérité, et aussi améliorer le référencement sur internet.
Le rôle et le contenu du site est en cours de définition, faites-nous part de vos idées ou remarques !

- Retrouvez infos et articles sur le site du festival, notamment ce déroulé des événements, ce site sera mis à jour progressivement.

Samedi 12 janvier

Le matin, la table ronde et le théâtre forum a permis de préciser "Que faire face à la police et à la justice (les droits à connaître et les réflexes à avoir)".

Des médias locaux ont discuté l’après midi de leur rôle et projets salle St Géraud : La Tâche d’Encre, Ricochets, RDWA et RSF, avec aussi une journaliste de Mediacoop, Eloise Lebour (qui est aussi une responsable à la Coordination Permanente des Médias Libres (CPML) ). (La Coordination Permanente des Médias Libres (CPML) est née de la volonté de plusieurs médias qui ne se reconnaissent ni dans l’audiovisuel public ni dans des médias privés à vocation commerciale. De ce constat apparait l’envie de se retrouver, pour partager expériences, productions et action commune pour permettre à un tiers secteur médiatique d’exister. Cette initiative est indépendante de toute organisation politique ou religieuse, mais dépend de l’implication de chacun pour sa réussite.)
L’envie de se revoir entre médias locaux libres a été forte, et aussi de faire davantage de choses ensemble, à suivre.

- Voir liste des Médias libres, pour se ressourcer en dehors de BFM, Daubé ou France 2.

Saillans, festival de soutien les 11-12-13 janvier, stand presse Ricochets

Ensuite, nous avons discuté de nos interventions durant le festival : mur d’expression, journal improvisé par la Tâche d’Encre, émission de radio en direct du dimanche, interview dans les rues, sonomaton...
Les participant.e.s au festival étaient invités à s’exprimer dans les deux salles.

Tout le monde a bien souligné l’importance cruciale de médias libres comme contre pouvoirs "émancipateurs"

A 16h, ce fut une passionnante discussion sur le traitement par les médias, la police, la justice des mouvements et luttes sociales et environnementales.
Des brochures et livres sur nos droits et la connaissances des méthodes policières sont très importantes, et il faudrait en imprimer et en diffuser partout où se trouvent des gilets jaunes.
Tout le monde a bien souligné l’importance cruciale de médias libres comme contre pouvoirs "émancipateurs", surtout en période de soulèvement, de la nécessité de les soutenir, d’y participer, de les faire grandir.
Ricochets a souligné le très bon accueil des gilets jaunes aux médias libres qui sont gilets jaunes, et/ou qui s’efforcent d’être sur le terrain et "objectifs". Ca donne la pêche pour aller plus loin et couvrir davantage de points dans la Drôme.

Salle St-Géraud, ce fut ensuite « Sur la route d’Exarcheia », l’excellent documentaire d’Eloise Lebour, où l’émotion palpable de la solidarité, la simplicité et l’amour partagé poussait à sa petite larme. Un docu bien réconfortant totalement en écho au festival.

Samedi soir, ce fut à nouveau une salle débordante de monde, des concerts stimulants. Par moment, il a fallu ralentir le flux d’entrée pour ne pas engorger la salle !

Impossible d’être partout et de tout voir, ça foisonnait.

Avec au moins dans les 900 personnes sur la journée !

Il est criant que les discours violents et à charge du procureur de Valence concernant les 4 condamnés répercutés complaisamment par les merdias ne rencontrent pas beaucoup d’écho par ici.

On a appris que deux autres personnes liés à cette altercation du 8 décembre au plateau des Couleures avaient été arrêtées récemment. Le Collectif de soutien suivra aussi ces dossiers de près.

Vue du mur d’expression libre salle des fêtes, festival de soutien de Saillans de janvier

Dimanche 13 janvier

Ce fut à nouveau des spectacles, des concerts, pour petits et grands de tout âge.

Il y avait bien sûr de la colère, des interrogations, de la rage encore plus forte, des envies d’insurrection et de révolution

Salle St Géraud, les salles étaient pleines elles aussi, l’après midi, après une riche discussion sur la pensée libertaire, ce fut une grosse émission en direct sur RSF (qui sera aussi sur RDWA), avec des participants très divers.
Des gilets jaunes de la première heure ou plus tardif, de Crest, de Die, de Romans, de Lyon et d’ailleurs, des personnes prêtes à endosser pour la première fois le gilet.
Il y a eu de l’émotion, comment rester insensible aux peines de prison, aux mutilations volontaires effectuées régulièrement par des policiers aux ordres du gouvernement, de témoignages sur les actions locales...

Il y avait bien sûr de la colère, des interrogations, de la rage encore plus forte, des envies d’insurrection et de révolution, mais aussi le fort désir de rencontres, de dialogues, de solidarité et de partages, de débats entre personnes de milieux et d’idées politiques diverses.

considérer la globalité des destructions sociales, ainsi que les destructions climatiques et écologiques générées par le système en place

Le soulèvement en gilets jaunes attire tout le monde et la solidarité, même si on sent que les classes moyennes plus ou moins "supérieures" ont plus de mal à se sentir concernées, du fait de leur situation sociale qu’elles pensent (ou croient) plus protégée.
Elles sont éventuellement prêtes à manifester et à être solidaires, mais pas forcément toujours à participer à des actions plus engageantes.
D’autres personnes invitaient à considérer la globalité des destructions sociales, qui vont encore s’aggraver si on laisse faire le régime, ainsi que les destructions climatiques et écologiques générées par le système en place qui elles concernent et vont, de plus en plus, concerner tout le monde, riches compris.

Pour limiter les dégâts dans ce domaine et se préparer un autre futur que la désolation pour toustes et des régimes autoritaires toujours capitalistes, il est urgent et primordial de tous se soulever tout de suite, en même temps, même celleux qui se croient pour l’instant à l’abri et ont peur de perdre quelque chose.

Que chacun.e viennent avec ses revendications, objectifs et savoir faire propres, on a besoin de diversité et d’être ingouvernables, irrécupérables par quiconque.

Des intervenant.es ont souligné l’importance de respecter les diverses formes d’actions de chacun.e, de chaque groupe, depuis les massives manifestations déclarées et "familiales" aux actions directes clandestines menées par de petits groupes.
Tout et utile, et la diversité permet à chacun.e de trouver une place, d’évoluer de concert avec les autres, les débats, les réactions des Pouvoirs, etc.

On a vécu une parole forte sur le colonialisme français en Afrique, qui continue à présent sous d’autres formes plus masquées mais toujours aussi destructrices. Voir Arrêtons de tuer l’Afrique en faisant croire qu’on l’aide !

Impossible de traduire la richesse de ces échanges qui se sont poursuivis en assemblée jusque 18h !
Organisation, médias, diversité des actions, RIC, démocratie, extrême droite, répression, histoire, les thèmes tous passionnants/poignants se sont enchaînés.

- Retrouvez l’émission en intégralité (sans la suite après 17h ?) sur le site RDWA : Gilets jaunes, plateau radio, et sans doute bientôt aussi sur RSF

Les discussions se poursuivaient encore après, les journaux, livres et brochures ont été littéralement dévalisés. De nombreux livres étaient en rupture de stock.
La soif de savoir et de se rencontrer était palpable.

Reste à voir si cette soif réjouissante exprimée lors de ce fantastique festival va se traduire au quotidien sur le terrain, partout, par une résistance collective accrue, durable, débordante et acharnée ?

Réponse dans les semaines et les mois qui viennent ?

- Voir aussi l’article de Mediacoop : Festival ” A part ça, tout va bien”, débat sur les mouvements sociaux, leurs répressions policières et le traitement médiatique - Ce week-end, en soutien aux inculpé-e-s de Valence, le festival “A part ça, tout va bien ” se tenait à Saillans dans la Drôme. L’occasion pour nous de vous raconter comment la lutte, là-bas, se joue dans les sourires et la solidarité !


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft