Les gilets jaunes à Crest ce 17 novembre

par Etienne Maillet.
Mis à jour le lundi 26 novembre 2018

Sous la pluie, dans le froid, ce 17 novembre, le jaune donnait un air pimpant aux ronds-points de Crest. Filtrant les véhicules, on y rencontrait des éleveurs, agriculteurs, petits salariés, retraités, artisans taxi. Leurs motivations sont singulièrement concordantes : une ponction fiscale devenue intolérable dont la transition énergétique n’est que le prétexte. Pire : une tromperie. « Mon mari et moi, nous avons deux smic et deux enfants. Nous ne nous en sortons plus. Il ne reste rien à la fin du mois. On travaille, on travaille, mais impossible de mettre le moindre argent de côté », explique une dame de Chabrillan. Ou encore ce cadre commercial, toujours sur la route, qui avoue un salaire de 2500 Euros, laminé par l’augmentation de ses charges. On vit aussi un bus vide, dont le chauffeur, vêtu de jaune, fit plusieurs tours d’honneur en klaxonnant sous les hourras.

On comptait, quelque 180 manifestants au rond-point de Casino et 70 à celui d’Intermarché. Un Intermarché [1] solidaire, qui affichait une banderole : "Tous unis contre la vie chère » Voilà, pour le coup, du populisme 100 % pur jus : prétendre défendre l’intérêt des gens quand la réalité est tout à l’opposé. La vie est chère, parce qu’avant tout les revenus ne sont pas suffisants, rendus exsangues par la rapacité "d’élites" ayant perdu toute référence morale. Bref : l’exact opposé de ce que demandent les gilets jaunes.


A quel bord politique les gilets jaunes se raccrochent-ils ? La plupart réfute quelque proximité que ce soit avec un quelconque parti politique. « La politique ? Personne n’y croit plus » : telle est la réponse générale. « J’étais socialiste. Enfin quand le socialisme signifiait encore quelque chose » explique l’un. L’extrême-droite ? « Les gens votent à l’extrême droite parce qu’ils n’ont pas d’autres recours, aucun parti pour porter leur voix. Ils se trompent : mais il faut les comprendre », explique un gilet jaune.

L’extrême droite est-elle derrière ce mouvement, comme le prétendent les conservateurs de tout poil ? Avec un peu d’effort, on en dégotte une poignée : « Je suis pour la liberté. On ne peut plus rien faire dans ce pays. Dès qu’on fait quoi que ce soit, c’est une avalanche de règles, de taxes. Marre ! », dit l’un qui arbore treillis de chasse et boucle d’oreille. Un autre renchérit : «  J’ai une moto 1000 cm3. Avec la limitation à 80, on ne dépasse pas la cinquième et on consomme plus qu’en sixième  ». Mais l’un dans l’autre, l’extrême droite apparaît fort rare dans les rassemblements crestois.

La gendarmerie ne portait pas de gilets jaunes : elle en aurait reçu l’interdiction. Ce qui n’interdisait pas aux bleus se mêler aux groupes de manifestants pour échanger de plain-pied de citoyen à citoyen. « Vous savez, confie l’un, la gendarmerie est à l’image de la société ». Rudoyés par leur administration, voyant eux-aussi leurs conditions de vie se dégrader, comment le gendarme lambda ne partagerait-il pas les préoccupations gilets jaunes ?
Difficile dès lors de faire appliquer la semonce d’Edouard Philippe de réprimer tout blocage de la circulation. Rodomontade officielle d’un côté, mais dans l’ombre, probablement la consigne officieuse de faire profil bas. Les forces de l’ordre sont-elles d’ailleurs fiables ? Chacun sentait bien, côté jaune comme bleu, qu’une simple étincelle pourrait enflammer en bloc la prairie.

Pas d’incident grave à l’heure où j’écris, sinon quelques automobilistes énervés. Mais la plupart du temps, un sourire, quelques mots échangés, assuraient un passage sans anicroche et dans la bonne humeur.
Il y eu toutefois une tentative de forçage par un gros SUV 4X4, du genre qu’aime Anne Hidalgo, Eric Piolle (maire de Grenoble), François De Rugy (ersatz de minisrte de l’environnement), auxquelles ils confèrent sans barguigner, le macaron vert. Trois manifestants se retrouvèrent sur le capot du monstre, entrainés sur plusieurs mètres. Il aura fallu l’intervention musclée de la gendarmerie pour arrêter l’assassin potentiel et son char d’assaut vert.

Son conducteur n’est pas inconnu des lecteurs de Ricochets. Nous l’avions croisé dans un article intitulé « Macadam agonie ». A deux pas des lieux où il s’apprêtait à commettre ses homicides, l’énergumène y flanquait un grand coup, de pied à une biche agonisante étendue sur la chaussée, « pour vérifier si elle est toujours vivante. Je sais ce que je fais, ajoutait l’excité. Je suis de la fédération de chasse ». Torturer un animal à l’agonie ou tuer un manifestant ? Quelle différence au fond. Pourquoi jurerais-t-on que le chauffard-chasseur nourrit des idées d’extrême-droite ?

C’est bien là le paradoxe profond de ce mouvement protéiforme : il clive au-delà de cadres politiques désormais obsolètes. Telle est bien la nature d’une crise : le passé s’écroule, tandis qu’aucun futur clair ne se dessine encore.


ci-dessus : arrestation du chauffard







Paroles de gilets jaunes





P.-S.

PS : les gilets jaunes devraient se retrouver dimanche 18 aux rond-points de Carrefour et d’Intermarché

A lire également, sur le même sujet, un article sur Media citoyen du Diois

Notes

[1En 2007, Intermarché regroupe 1 474 magasins dans toute la France. La surface totale de vente de l’ensemble des magasins est de plus de 2 660 000 m2. En 2013, Intermarché compte 1803 points de ventes en France et plus de 2300 en Europe. En 2016, Intermarché compte 1835 magasins en France, 78 en Belgique, 232 en Pologne et 243 au Portugal....Le 8 octobre 2014, Intermarché et le groupe Casino annoncent un regroupement dans leurs achats sur les produits de grandes marques vendus en France. Cet accord met les deux groupes en tête des acheteurs en France avec une part de marché de 25.8 % (Source : Wikipedia). Avec Intermarché, on est bien au coeur du système de prédation, dont quelques rares profitent, la majorité souffre.


2 Messages

  • Les gilets jaunes à Crest ce 17 novembre Le 23 novembre à 13:55, par Breynat Paul

    Et vive Poujade
    Encore un effort et on installe un régime autoritaire
    Comme au Brésil, au USA, en Turquie, en Pologne, en Hongrie, en Thaïlande, aux Philippine, etc...
    Continuez de soutenir les tendances d’ Extrême Droite et autres cyniques, aigris.
    Les passions tristes vous aveuglent
    Paul Beynat
    chateaurave gmail.com

    Répondre à ce message

  • Les gilets jaunes à Crest ce 17 novembre Le 26 novembre à 16:30, par Albouy florence

    Je soutiens le mouvement de parole et d’affirmation des gilets jaunes dans la de non considération des humains de manière juste et équitable de manière générale.

    Je suis en profession libérale, auto-entrepreneur, Thérapeute donc aidante des autres depuis plus de 20 ans.
    Je viens d’être malade pendant 2 mois sans pouvoir travailler et donc 0 € de revenu.
    Je vis seule donc aucun revenu complémentaire pour m’aider à vivre. Aucune réponse sociale au moment du besoin. Je fais comment pour payer toutes mes charges et manger au quotidien ? Qui s’en préoccupe ?

    Combien dans ce cas de professions libérales, autoentrepreneurs qui n’ont ou n’auront aucun droits sociaux possibles ( chômage ou indemnité journalières ) car ne pouvant même pas prétendre à cotiser pour ces prestations.
    La précarité est immédiate !
    Ceci est bien sûr intolérable !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft