Le tout petit mot du maire - avril 2018 - Crest

La bonne version de l’éditorial

par Camille Z.
Mis à jour le mardi 24 avril 2018

ERRATUM - Suite à une tragique erreur de l’imprimeur, le texte de l’éditorial du « mot du maire » N°138 d’avril 2018 distribué dans les boites aux lettres n’est pas le bon.
Nous demandons aux crestois de bien vouloir nous excuser pour cette méprise enquiquineuse et malencontreuse.
Pour éviter des coûts de réimpression qui pourraient grever l’argent du contribuable, nous publions ici la bonne version, merci pour votre compréhension.
Bonne lecture et partagez avec vos voisins et voisines.

Nous avons vécu, autour de l’occupation d’une maison inoccupée rue des Frères Gamon un épisode passionnant, où un groupe admirable d’habitant.e.s de Crest et de la région a eu le courage de remettre en cause la trop grande sacralité de la propriété privée.
La loi se révèle beaucoup trop souvent insuffisante pour loger dignement tout le monde et pour éviter l’abandon dommageable, souvent très longtemps, de nombreux bâtiments vides à Crest. La mairie regrette d’ailleurs de ne pas avoir exercé suffisamment de pressions et de n’avoir pas fait des réquisitions (ça va changer, rassurez-vous) pour fournir des logements à bas prix pour les plus pauvres et des lieux d’activités et de réunions qui font cruellement défaut aux jeunes et aux moins jeunes dans chaque quartier.

Cette affaire s’est malheureusement réglée trop vite, sous la pression d’une manifestation menaçante de personnes qui n’ont pas bien compris cette affaire et qui ont eu un réflexe trop « archaïque ».
Alors que la propriétaire avait plusieurs biens et que cette maison était inoccupée depuis 2011, rien ne pressait, d’autres solutions auraient du être trouvées.
Cette pression n’est pas glorieuse pour la démocratie et la patrie des Droits de l’Homme, et je vais faire une analyse juridique serrée de cette situation, interpeller le gouvernement et le législateur pour qu’un meilleur cadre juridique prévale, un cadre qui protège mieux l’occupation de bâtiments vides et qui fasse chuter la propriété privée de son piédestal rigide qui fait du tort à tout le monde, propriétaires y compris. D’autres formes sont possibles : droit d’usage, commodats, baux d’occupations précaires, baux emphytéotiques, réquisitions, taxations, limitations des droits d’héritages, coopératives d’habitant.e.s... Les options sont multiples pour faire cesser la spéculation et permettre à tout le monde de vivre et d’habiter dignement sans se ruiner, avec des locaux qui puissent être utilisés par les habitant.e.s au lieu de rester vides et se dégrader.

En même temps, des amis de nos manifestants contre l’occupation de la maison rue des Frères Gamons lançaient des insultes et des menaces (parfois même des menaces de mort !) privées ou publiques dans les rues ou sur internet, sur la page Facebook du Dauphiné notamment, pour « mettre l’ambiance » ? Il y a même eu des coups de feu menaçants devant la maison occupée ! Ce avant et pendant cet épisode, en appelant ça de la libre expression !
Cela a un coût humain lourd, et méprise la dignité et le respect du à chacun.e.
De plus, les forces de l’ordre déployées n’ont même pas empêché que certains manifestants anti-occupation pénètrent illégalement dans la maison occupée, et évacuent illégalement le mobilier des occupant.e.s, commettant un grave délit de violation de domicile, de vol et de destruction d’objets privés.
A quoi sert le budget de l’Etat si les gendarmes ne protègent pas de manière égale tout le monde ?!

Il suffit d’observer les réseaux sociaux pour voir les liens entre certains élus (que je ne manquerai pas de rappeler à la retenue), certaines personnes d’extrême droite de Aouste et d’ailleurs, quelques réactionnaires notoires, certains journaux tels que le Dauphiné de Julien Combelles qui mettent de l’huile sur le feu en orientant les faits et en occultant une grande part des événements...
Ce n’est pas la meilleure image de la ville. Je m’emploie à une réalité plus ouverte, plus respectueuse de toutes et tous, y compris des contestataires et militants qui sont heureusement là pour ouvrir des brèches, nous sortir de nos routines mortifères et excluantes, et nous préparer un meilleur avenir.

Les crestois sont libres, même si parfois certain.e.s ont un comportement hélas un peu trop moutonnier, passif et résigné, les crestois veulent remettre en cause la rigidité néfaste de la propriété privée et inventer d’autres modèles, les crestois veulent imaginer une ville du futur harmonieuse où les classes sociales et la pauvreté auraient disparu, où les élus organiseraient la démocratie directe, où les habitant.e.s prendraient eux-mêmes les décisions qui les concernent, où tous ensemble on construirait une société soutenable au lieu de s’enfermer dans les erreurs du passé (Croissance, tout sur le tourisme, gros projets d’aménagements tels que l’actuel projet centre aquatique, clientélisme, autoritarisme et centralisation des pouvoirs, fonctionnement clanique et opaque...)

Et merci aux habitant.e.s qui participent de plus en plus nombreux.ses aux actions de contestation de l’ordre en place (notamment contre les graves dérives ultra-libérales destructrices du gouvernement Macron), aux alternatives radicales au chacun pour soi, qui s’auto-organisent librement pour en finir avec les tyrannies politiciennes et économiques.

De la liberté, de la convivialité, de la beauté, du concret dans la ville !

HM, 24 avril 2018


2 Messages

  • Le tout petit mot du maire - avril 2018 - Crest Le 25 avril à 19:53, par mister renard

    désabusé je le suis, par ce qui s’est passé, par le mot du maire, par le votre. On est foutus quoi qu’on en dise. Et si les crestois décidaient eux mêmes ? on aurait a peu prés le même groupe fascisant qui repartirait de la gare, qui deciderait aussi par reflexe archaïque mais décomplexé cette fois et sûrs de leurs droits. , Et je suis malheureusement sûr qu’ils pourraient être encore plus nombreux. Alors ......

    Répondre à ce message

  • Le tout petit mot du maire - avril 2018 - Crest Le 26 avril à 09:14, par auteur2

    Bonjour mister Renard

    Quand je lis votre commentaire je me demande si vous n’êtes pas en pleine crise de dépression sans vous en rendre compte. Si je ne faisais rien, je pourrais être accusé de non assistance à personne en danger de boire des coups, pour oublier le monde complètement pourri qui nous entoure.
    En conséquence je vous propose le protocole suivant : vous achetez une boite de « Biomag » vous lisez la notice et vous prenez le traitement d’attaque. C’est de l’homéopathie. Si ça marche je serai responsable de la faillite de votre bistrot habituel.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft