Le mensonge du progrès

Qui en fait promeut une civilisation industrielle qui détruit le vivant et aliène les humains

par Camille Z.
Mis à jour le lundi 29 octobre 2018

Mais le fait est que les choses ne vont pas de mieux en mieux, que la civilisation industrielle ne rend pas l’humain plus libre, ni plus heureux. Sauf à recourir à une définition absurde de la liberté et à confondre le bonheur avec cet indicateur de l’aliénation et de l’industrialisation de la vie qu’est l’IDH. Le fait est qu’il a existé des sociétés humaines heureuses et véritablement soutenables, et qu’il n’en reste presque plus. Le fait est que la dépression, et l’éventail toujours plus vaste de troubles psychologiques dont elle fait partie, et toutes les maladies dites « de civilisation », désormais épidémiques, et toutes sortes de violences et d’injustices à l’égard des femmes, des non-Blancs, de nombreuses minorités, et des humains et des non-humains en général, et l’aliénation qui découle d’une absence de démocratie, d’une organisation sociale autoritaire, sont autant de caractéristiques de la civilisation industrielle.

Le progrès est un mensonge qui devient plus grotesque et plus abject chaque seconde, à mesure que les problèmes sociaux et écologiques empirent et que cette monoculture, qui n’a jamais eu d’avenir, s’en rapproche inexorablement.

« Mais dans les forêts du centre de l’Inde et dans de nombreux endroits ruraux, une immense bataille prend place. Des millions de personnes sont expulsées de leurs terres par des entreprises minières, par des barrages, par des compagnies de construction d’infrastructures. Il s’agit d’êtres humains qui n’ont pas été cooptés par la culture de la consommation, par les notions occidentales de civilisation et de progrès. Et qui se battent pour leurs terres et leurs existences, qui refusent d’être spoliés pour que quelqu’un, quelque part, loin, puisse “progresser” à leurs dépens. […] Leur lutte est une lutte pour l’imagination, pour la redéfinition du sens de la civilisation, du bonheur, de l’épanouissement. […] Voilà pourquoi nous devons nous intéresser de près à ceux dont l’imaginaire est différent, à ceux dont l’imaginaire se situe en dehors du capitalisme, et même du communisme. Très bientôt, nous devrons admettre que ceux-là […], qui connaissent encore les secrets d’une existence soutenable, ne sont pas des reliques de notre passé, mais les guides vers notre futur. »

— Arundhati Roy

Pour voir l’article en entier, les références et compléments :
- Le mensonge du progrès (par Nicolas Casaux)

Voici les vidéos de l’article

- Vidéo La religion du progrès (ils sont cinglés) - petit pot pourri du délire partagé par les partis de droite et de gauche

« Sans cesse le progrès, roue au double engrenage, fait marcher quelque chose en écrasant quelqu’un »
(V. Hugo)

« L’on parle de progrès technique, il s agit d’ethnocide.
[...] C’est le progrès, qui n’est jusqu’ici que décomposition : chaos de pavillons, d’immeubles, de ferrailles et de détritus. Et à travers l’informe et l’innommable, la banlieue parfois la Zone, s’écoule la diarrhée d’asphalte que répand la bagnole avant d’aller crever contre un poteau ou dans un pré. Les fermes abandonnées s’écaillent ou s’écroulent, quand elles ne se fardent pas pour plaire à un bourgeois. La lèpre ronge touyas et forêts. Peines et maladies reculent, la production augmente, et le bonheur aussi, paraît-il. Mais à perte de vue, il ne voit que des ruines ou des ébauches, c’est-à-dire des chantiers. Ce qui importe n’est pas ce que l’on vit, mais ce que l’on fabrique, et c’est toujours la même chose. À quoi bon regarder ? Bientôt ce ne sera pas plus la peine que dans les tunnels du métro. Ici comme n’importe où, ce monde perpétuellement à venir ne parle plus aux sens, et donc n’a pas de sens. Les fruits de cette mue sont purement sociaux, ni l’ouïe, ni la vue ne les enregistrent, mais la statistique. Où sommes-nous ? Quelque part entre deux murs, du côté de Bochum ou de Brisbane. Il n’y a plus de pays, de paysans, mais seulement le folklore : la petite momie attifée en Ossaloise qu’on fait danser au pied des HLM. »
(B. Charbonneau)

https://youtu.be/D8YCBs8HbR8
https://youtu.be/KVW5ogGDlts

Les mantras du "progrès" (LREM parle de "progressisme"), du "changement", des "réformes", de l’"innovation", de la "modernisation" masquent en fait l’idéologie de la destruction, de l’asservissement et du pillage organisé, du conservatisme moral et politique, de toujours plus d’ultra-libéralisme mondialisé, de la répétition des recettes mortifères au profit des riches et des puissants, et au détriment des humains et des autres animaux.

https://www.youtube.com/watch?v=-5BhDKmiWvc

2 Messages

  • Le mensonge du progrès Le 31 octobre à 11:18, par Camille Z

    Pour achever le tableau du désastre produit par cette civilisation et son capitalisme : Depuis 1970, les populations de vertébrés ont chuté de 60 %, alerte le WWF
    « Entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés - poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles - ont chuté de 60% au niveau mondial et de 89% dans les tropiques, l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale », écrit l’ONG. Elle pointe notamment les cas de l’éléphant d’Afrique, de l’orang-outang de Sumatra et Bornéo et des manchots d’Antarctique.

    En cause, la perte et dégradation de leurs habitats et la surexploitation liées aux activités humaines : agriculture intensive, dégradation des sols, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique.

    « L’impact de l’Homme est aujourd’hui si fort et généralisé qu’il engendre une disparition de la vie sauvage sur Terre, décrit le rapport. A ce jour, seulement un quart des terres ont échappé aux activités humaines. Un chiffre qui devrait chuter à seulement 10% en 2050 si l’on ne change rien. »

    Répondre à ce message

  • Le mensonge du progrès Le 6 novembre à 11:11, par Camille Z

    Pour compléter : Civilisation — une définition. (Derrick Jensen)
    Traduction. Chapitre “Civilisation”, de Endgame, Vol. 1 — “The Problem with Civilization”)

    Le Président du Reich allemand Paul von Hindenburg décrit cet enchaînement à la perfection : -« Sans les colonies, aucune garanties quant à l’acquisition de matières premières. Sans les matières premières, pas d’industries. Sans industries, ni train de vie acceptable, ni richesse. Voilà pourquoi, chers compatriotes, il nous faut ces colonies. »

    le philosophe Georges Fitzhugh déclara que « l’esclavage éduque, corrige, et moralise les masses en les faisant perpétuellement interagir avec des maîtres à l’esprit, à l’éducation, et à la vertu supérieurs. »27 Et la même chose est tout aussi communément défendu par ceux qui viennent chanter les vertus du blue jean, des Big Macs™, du Coca Cola™, du Capitalisme™, et de Jésus Christ™ aux pauvres du monde entier, en échange de la spoliation de leurs terres et de leur asservissement dans des ateliers géants

    en fait, la civilisation n’est pas civilisée ;-)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft