Glyphosate... suite

Le droit de savoir

par Roger Poulet.
Mis à jour le mardi 16 octobre 2018

Glyphosate… suite !

Le droit de savoir

En Ariège, 60 faucheurs volontaires ont fait analyser la teneur en glyphosate qu’ils avaient dans le corps. Le résultat est sans appel : en moyenne 14 fois la dose admise dans l’eau potable, (de 3 à 33 fois). Aucun des participants n’est indemne.

Comment une firme peut se permettre d’empoisonner les habitants de pays entiers ?
Sinon grâce à la lâcheté de politiques corrompus. Le dernier vote contre l’interdiction, auquel a participé la « députée » locale, en est l’exemple parfait.
Le plan « Eco phyto » de 2009 est un échec retentissant : 22 % d’augmentation de la consommation de pesticides au lieu d’aller vers les 50 % de réduction promis.Les objectifs étaient : diviser par deux « si possible » (sic), l’usage de pesticides avant 2018.

La formulation était on ne peut plus vague. Elle ne précisait pas s’il s’agissait de tonnage, de matière active, des produits les plus utilisés, des plus toxiques… etc …
Aujourd’hui, on nous annonce « Ecophyto 2 » qui doit arriver à échéance en 2025.
On s’en réjouit d’avance !

Maintenant il faut arrêter l’enfumage !
Il faut maintenant en finir avec cette comédie sinistre de décisions que l’on peut qualifier de criminelles. Il faut demander l’interdiction immédiate qui est la seule option acceptable.

Je propose que l’on suive l’exemple des Ariégeois. Les analyses sont assez onéreuses : 85€, plus l’intervention d’un huissier.
Aussi, il faut demander un financement des pouvoirs publics, responsables de la situation, et en premier lieu à la députée qui a voté si finement, afin que les gens qui ont des situations modestes puissent connaître leur situation.

Rendez vous jeudi 18 octobre à 18h30 salle des Acacias à Crest.

De plus, les Ariégeois ont déposé des plaintes contre les fabricants et les décideurs qui autorisent ces produits, y compris la commission européenne.
Les motifs sont : mise en danger de la vie d’autrui et atteinte à l’environnement.
La procureure de Foix s’est dessaisie du dossier au profit du pole Santé publique du tribunal de grande instance de Paris, en charge des investigations.
Parallèlement, le président du tribunal correctionnel de Foix a accepté de saisir la cour européenne à Luxembourg afin qu’elle dise si le règlement européen qui autorise le glyphosate et d’autres pesticides est « conforme au principe de précaution ».

C’est une grande première en Europe !
« les méthodes d’évaluation ne prennent aucun compte des effets cumulatifs, ce qu’on appelle« l’effet cocktail ».

Devant la démission, voire la complicité, de la plupart des politiques, seul un mouvement citoyen puissant permettra d’en finir avec ces dérives criminelles. Va-t-on attendre un scandale comme celui du chlordécone aux Antilles pour réagir ?

Alors, il faut se trouver nombreux pour manifester ce jeudi et pour envisager la suite du combat.

Soixante nouvelles plaintes bientôt déposées contre l’utilisation du glyphosate

Glyphosate : un juge du tribunal de Foix saisit l’Europe sur la dangerosité des pesticides

Carhaix. Bricomarché incite ses clients à faire des stocks de Roundup, puis s’excuse


1 Message

  • Glyphosate... suite Le 18 octobre à 18:57, par Eliane CM

    INFORMATION :
    - CAMPAGNE NATIONALE GLYPHOSATE -
    (Pour une agriculture sans pesticide)

    UNION PUBLIQUE D’INFORMATION ET D’INSCRIPTION POUR ANALYSE DU TAUX DE GLYPHOSATE DANS NOTRE CORPS

    A SAINT VALLIER LE 30 NOVEMBRE 2018
    à partiir de 20h15

    - Présentation de la campagne
    - Inscription aux prélèvements
    - projection de films de sensibilisation
    - Questions / Réponses

    Avec l’aimable participation de :

    - Maitre Guillaume Tumerelle,
    Avocat représentant des plaignants de la campagne glyphosate.
    - Dominique Masset
    Membre historique du collectif des faucheurs volontaires d’OGM et initiateur de la campagne glyphosate
    AVEZ VOUS DU GLYPHOSATE DANS VOTRE CORPS ?

    C’est à cette question de santé publique que la campagne nationale d’analyses d’urines tente de répondre.

    Cette initiative citoyenne vise à dénoncer, à sensibiliser et à mettre en lumière le non-respect des normes de santé publique de présence des pesticides dans l’environnement.

    La mobilisation citoyenne initiée en juin dernier en Ariège a d’ors et déjà prouvée qu’un taux du pesticide le plus utilisé sur le territoire français,le glyphosate, est relevé dans le corps des participants et ce jusqu’à plus de trente fois la norme autorisé.

    contact
    demain.verte gmail.com

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft