Gilets jaunes - Revue de presse du 8 janvier

Cagnotte pour le boxeur Dettinger censurée par l’Etat et fermée par Leetchi, Un journaliste détaille les violences policières, prud’hommes, guerre sociale, Brésil d’extrême droite...

par Auteurs divers.
Mis à jour le mercredi 9 janvier 2019

Sélection d’articles et infos en lien avec le soulèvement en gilets jaunes, qui sera actualisée au cours de journée du mardi 8 janvier :

Le journaliste indépendant David Dufresne recense les violences policières depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Invité d’Aude Lancelin dans l’Entretien Libre, il revient sur l’intensité inédite de la répression policière subie par les gilets jaunes, "un nombre de blessée.e.s et mutilé.e.s jamais vu", "le maintien de l’ordre français n’a pas évolué" :

https://youtu.be/lp1LoauFhds

- Voir aussi : Violences policières contre les Gilets jaunes : « Cette répression laissera des traces » - Parcourir « Allô Place Beauvau », le fil Twitter que le journaliste David Dufresne a lancé le 4 décembre dernier pour recenser les violences policières, procure vite une sensation d’écœurement. D’autant que la liste ne cesse de s’allonger : 207 signalements – souvent assortis de vidéos – à l’heure où ces lignes sont écrites...

  • En direct sur TF1 - Acculé, Edouard Philippe ressort les vieilles recettes répressives contre les Gilets Jaunes - Désarçonné par l’ampleur de l’acte VIII, le gouvernement avait choisi ce 7 janvier, 20h, pour apporter une première réponse sur les antennes de TF1. Clairement à la défensive, Edouard Philippe a donc joué l’attendue carte des « casseurs ennemis de la République », et ressorti les vieilles recettes répressives. - Rien de nouveau sous le soleil donc, et un Edouard Philippe qui semble plus que jamais en panne sèche pour sortir de la crise. Jouant son rôle de fusible, le premier ministre a surtout cherché à prendre sur lui la responsabilité des violences policières déjà commises et à venir lors des prochains actes. Une façon de « défendre les institutions » en quelques sortes. Quoiqu’il en soit, pour les Gilets Jaunes, la question de l’amplification de la mobilisation, vers un mouvement de grève générale, se pose plus que jamais. Le gouvernement est au bord du précipice, il s’agit maintenant d’envoyer l’uppercut !
  • Bolsonaro s’attaque aux fonctionnaires de gauche et aux populations indigènes - Le 1er janvier, le nouveau président du Brésil Jair Bolsonaro a officiellement été investi lors d’une cérémonie au Planalto, le palais présidentiel, à Brasilia. Tout juste en poste, il a immédiatement décrété des mesures qui s’attaquent directement aux populations indigènes et aux droits des travailleurs. Le président d’extrême droite a ainsi décidé de transférer la compétence de la démarcation des terres indigènes au ministère de l’Agriculture. Cette démarcation était auparavant du ressort d’un organisme gouvernemental, la fondation nationale des indiens (Funai). Cette institution était chargée de cartographier et de protéger les terres traditionnellement habitées et utilisées par les communautés indigènes, qui comptent 900 000 personnes, selon l’ONG Survival International.
  • Le silence gênant de la France face aux crimes de guerre et tortures perpétrés par les Emirats arabes unis - Tabassés, électrocutés, pendus par les pieds, violés : ils sont des centaines à avoir disparu dans des centres de détention du sud-Yémen. Ces « prisons secrètes », dénoncées depuis 2016 par des ONG, sont contrôlées par les Émirats arabes unis (EAU), un allié militaire de la France. Le 21 novembre dernier, le président Macron recevait le Prince héritier d’Abu Dhabi à Paris pour témoigner de « la force du partenariat et de liens historiques unissant la France et les EAU ». Un partenariat basé sur des liens commerciaux, des ventes d’armes et une coopération militaire avec une armée qui se rend vraisemblablement coupable de crimes de guerre.
  • Le ministre sénégalais de l’énergie explique comment le gouvernement français corrompt son pays - Le témoignage est clair, limpide. L’ex-ministre sénégalais de l’énergie Thierno Alassane Sall, démissionnaire, explique aux médias comment le groupe français Total a gagné le marché local d’extraction de gaz et de pétrole alors qu’il était en très mauvaise position, classé avant dernier de la liste (5e sur 6). Ce passage en force se fera au détriment du peuple sénégalais puisque Total va payer sa matière première moins cher que les premières propositions. Le choix du président Macky Sall s’est fait sur des critères crapuleux qui rappellent la puissance aujourd’hui encore de la mafia de la Françafrique.
  • Le chef d’Etat bolivien : « Pour sauver le climat, c’est le capitalisme qu’il faut éradiquer »

1 Message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft