Gilets jaunes - Revue de presse du 30 décembre

Fortes manifestations, violences policières toujours féroces, traitement médiatique pro-régime...

par Auteurs divers.
Mis à jour le lundi 31 décembre 2018

Voici une sélection d’articles sur les manifestations du 29 décembre, et autres infos liées :

Acte VII à Caen le 29 décembre
Jonne année, Jonne santé

Quelques posts et témoignages sur FB, concernant le 29 décembre :

ACTE VII - UN SAMEDI SOUS LES COUPS
Nantes, France - 29 décembre 2018

Le rassemblement était aujourd’hui prévu à 13h à la croisée des trams à Commerce.

J’arrive sur place vers 13h10 et prends ma première photo à 13h13. On y voit deux membres de la BAC maîtriser des hommes au sol. A l’arrière plan, un autre policier donne des coups de pieds au visage à un troisième, également au sol, tenu par ses collègues.
Le ton de la journée est donné.
Un peu plus tard, près de la préfecture, alors que je photographie une arrestation violente (la personne interpellée a le crâne en sang) un policier cagoulé et armé d’une matraque télescopique me crie "Le prochain c’est toi, je vais démolir ta gueule et ton appareil". Un CRS s’interpose entre nous et permet que la menace ne soit pas mise à exécution aussi tôt.
Tout au long de l’après-midi, je suis témoin de violences policières totalement disproportionnées aux regard du comportement des manifestant.e.s. Les coups pleuvent, indifférenciés.

Reportage complet à venir sur Hans Lucas

et voici un commentaire sur ce post :
des vicieux les keufs c’est tout. depuis longtemps je le sais mais là, je le dis, je l’écris : des VICIEUX pervers sadiques. je pèse mes mots gentiment. ce sont de gros malades au service d’un système lui-même pourri et gangrené par un monstre-assassin dévoreur de l’humanité et de la terre entière : le capitalisme.

Nantes, violences policières le 29 décembre

Bordeaux 29 décembre, objectif d'un journaliste touché par un tir de LDB {JPEG}

Lionel Charrier - Bordeaux, 29 décembre

« j’ai commencé à avoir vraiment peur(...) C’est la première fois à Bordeaux que j’ai senti que mon métier devenait dangereux pour moi et plus globalement pour les journalistes »
Thibaud Moritz couvrait ce samedi ce 7e Acte quand il a été visé sans peu de doute sciemment par un tir de LBD tendu.
Un 70-700 2.8 de chez Canon est extrême robuste. Au vu de l’impact nous n’osons pas imaginer ce que cela aurait été si le ce tir avait plutôt atteint le visage que l’objectif. Le photographe Nicolas Descottes n’a pas eu cette chance le 8 décembre dernier.

Là, le tir était très proche Et aurait pu avoir pour Thibaud des conséquences beaucoup plus graves.

Entre la peur de se faire lyncher par certains gilets jaunes et les forces de l’ordre qui manquent cruellement de discernement les photographes sont vraiment des cibles.

Cela ne peut plus durer, il faut une réaction à cette escalade de la violence. Et que cela viennent des forces du maintien de l’ordre est encore plus révoltant.

Depuis plusieurs semaines, des dizaines de personnes ont été gravement blessées au visage par des tirs policiers, et au moins 11 d’entre elles ont été éborgnées. Une femme de 80 ans est morte après un tir de grenade à Marseille (pas un mot de Macron le 10 décembre).
On le constate tous les jours... La police tire pour faire mal, elle tire pour faire peur.

Quelques témoignages de Nantes (après Rouen) à propos du jeune manifestant gravement blessé :

« Il est tombé à 5 mètre de moi par un tir de Flash- Ball. Deux de mes amis sont allés l’aider et les flics les ont matraqué. »

- Un témoin : « Aucun massage cardiaque n’a été prodigué par les forces de l’ordre. Les pompiers ont effacé les traces de sang. Un autre personne a été évacuée (conscient) par tir de LBD derrière la tête. Plusieurs autres blessés. »

- Des photographes : « Il a perdu beaucoup de sang et une intervention tardive des pompiers pour l’évacuer... La BAC tentait de repousser les photographes afin que pas trop de photos ne soient diffusées sur la toile. »

« Une large plaie ouverte du côté de la tempe. C’était lors d’une charge de CRS et de la BAC qui se sont acharnés sur la personne au sol, lui fouillant son sac alors qu’elle gisait inconsciente. »

Nantes 29 décembre, la police blesse gravement un manifestant

NANTES, 29 DÉCEMBRE : "TRÊVE DES CONFISEURS" ETPRESSION SAUVAGE (un post de Nantes Révoltée)

Les journalistes aiment appeler la période située entre Noël et le Réveillon : « la trêve des confiseurs ». Durant ces quelques jours, traditionnellement, il ne se passe rien. Le mouvement des Gilets Jaunes a encore fait mentir les certitudes. Des milliers de personnes ont encore pris les rues dans tout le pays contre le régime en place, et multiplié les actions.

Malgré la période. Malgré la répression. Malgré les mensonges des médias qui, depuis 7 semaines, à chaque échéance, répètent que le mouvement est fini. Malgré le gouvernement, enferré dans un cycle de mensonges éhontés, qui annonce 12 000 manifestants en France, alors qu’il suffit d’additionner les estimations de 4 grandes villes de l’ouest pour en compter d’avantage.

Plus les représentants du pouvoir disent que le mouvement s’essouffle, plus il s’acharne à continuer.

A Nantes, il y avait 2000 personnes dans les rues, au plus fort de la journée. Beaucoup de monde pour un interlude, deux jours avant 2019. La semaine passée, la préfecture avait été assiégée avec des échelles. Pour se venger de l’affront, l’État avait aligné beaucoup plus de forces de l’ordre, et même un hélicoptère. Avec la consigne de frapper fort. C’est donc un cortège désordonné, confus, qui a d’abord défilé le matin dans la ville puis erré toute l’après-midi dans ce qui constitue une grande nasse le long du Cours des 50 Otages. Sous un déluge de grenades.

Par moment, des petits groupes ont déjoué le piège. Un cortège a réussi à s’échapper, pour manifester au pas de course dans les quartiers protégés. Des gilets jaunes téméraires ont tenté de « briser le cordon » qui encadrait la manifestation. Coups de matraques contre coups de poings dans les visières, suivi d’une charge très violente et d’arrestations.

Dans l’ensemble, ce défilé était très calme, et même passif, alors que la sauvagerie répressive atteignait des sommets. La disproportion entre cette foule dispersée le long du Cours et la violence déployée contre elle était criante. Charges de la BAC, interpellations d’une grande violence sur des groupes statiques qui discutent, rafales de munitions en tout genre. Une véritable partie de chasse contre des proies sans défense.
Nantes 29 décembre, la police blesse gravement un manifestant {JPEG}
Cette violence systématique a fait monter la tension au fil des heures. Jusqu’au drame. Après 17H, lors d’une énième charge, un jeune homme s’effondre, foudroyé par un tir de balle en caoutchouc en plein visage. Gisant dans une marre de sang. La police chargeait à nouveau pour éloigner les témoins gênants. Un peu plus tôt, un autre homme avait été évacué après avoir été blessé à la tête. Immédiatement après l’évacuation du blessé, un pompier sortait sa lance à eau, pour faire disparaître les traces. Restait une flaque de sang dilué dans l’eau, dans le caniveau. D’un même geste, le pompier ira éteindre une poubelle en flamme à côté. Faire disparaître le sang, éteindre le feu.
Nantes 29 décembre, tag {JPEG}
La grande violence de cette scène et les rumeurs les plus alarmantes donneront la rage aux derniers manifestants, qui partiront en défilé sauvage et incontrôlable, beaucoup plus énergique, avec une grande barricade en feu rue Paul Bellamy. De nombreuses grenades explosives, très dangereuses, seront alors envoyées.

Au même moment, quelques manifestants partis vers le CHU en solidarité reçoivent des grenades lacrymogènes. Tout le monde est dispersé aux alentours de 18H. Les blessés sont innombrables. Au moins 14 personnes ont été arrêtées.

La manifestation aura duré plus de 7 heures.

Nantes 29 décembre, tag

- Un commentaire sur une page FB :
Des gens sont morts ou en prison et ça ne dérange personne ???? Mais merde vous êtes bien beaux derrière vos claviers mais ce sont des hommes et des femmes comme vous qui meurent aux yeux de toute la France, et qu est ce que vous faites ? Vous allez tranquillement faire vos courses le Dimanche pour préparer le Nouvel An. Vous me faites vomir....


1 Message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft