Festival Curieuses Démocraties les 15-16-17 septembre 2017 à Saillans

Dans la perspective des élections municipales 2020, pour les curieux et curieuses de démocratie réelle et locale

par Auteurs divers.
Mis à jour le samedi 5 août 2017

Dans la perspective des élections municipales 2020, Curieuses Démocraties et la Belle Démocratie organisent une rencontre entre les listes participatives qui se mettent où sont déjà en route, et les curieuses et curieux de ce que pourrait être une vraie Démocratie.

Festival Curieuses Démocraties les 15-16-17 septembre 2017 à Saillans

Cette rencontre aura lieu du vendredi 15 au dimanche 17 septembre 2017 à Saillans, là où, trois ans et demi plus tôt, les habitants on constitué et élu une liste participative municipale. Tout n’est pas rose, bien sûr, dans ce genre d’aventure, et le temps nous semble venu de partager un retour objectif avec d’autres groupes qui, comme nous, tentent d’ouvrir la voie vers des formes de démocraties plus directes que celles qui nous sont aujourd’hui proposées.

Téléchargez l’affiche du festival, et imprimez-là pour affichage


- Vous pouvez dès maintenant acheter vos places sur la billeterie

- Vous trouverez très vite un programme plus précis sur notre site

Vendredi 17h00 - 22h30

Nous commencerons, le premier soir, par faire le bilan de la séquence électorale 2017, avec les initiatives qui ont essayé de faire bouger les lignes au niveau national. Des invités viendront alimenter nos réflexions, comme par exemple Charlotte Marchandise ou Loïc Blondiaux.

Samedi 09h00 - 22h00

Puis le samedi, la place sera ouverte aux groupes venus de France et d’ailleurs (Belgique, Espagne), pour qu’ils partagent leur expérience et envisagent le chemin qui pourra faire gagner les élections de 2020 à leurs listes participatives, et à beaucoup d’autres.
Il sera question d’outil et de méthode, bien sûr, mais aussi de sens :

  • à quels enjeux nos initiatives tentent-elles de répondre ?
  • comment s’accorder sur les objectifs, travailler en amont avec les habitants, se rassembler pour inventer les transformations nécessaires ?

Dimanche 09h30 - 17h00

Enfin, après avoir travaillé en ateliers animés, nous nous quitterons le dimanche soir avec la question de la construction d’une plateforme nationale qui fera du lien entre les acteurs de cette transition démocratique locale et nationale.

Venez nombreuses et nombreux pour contribuer à l’avancée de la démocratie là où est vraiment sa place : le local.

- NB : la Démocratie a un coût, cet événement aussi :
Une billeterie est mise mise en place sur internet :
tarif : 5€ pour le vendredi soir/ samedi, 5€ pour le dimanche,10€ pour le week end .
Bien sûr, si vous souhaitez contribuer à l’effort commun, une participation ’consciente" pourra être reçue sur place.

- Prestation bar et repas sur place : naturel, bio, local ! plat chaud +dessert.

Il n’y a pas d’hébergement prévu. Chacun devra donc y pourvoir à sa façon, sachant que pour trouver camping et chambres d’hôtes disponibles, le plus simple est de s’adresser à l’office du tourisme

- Pour ceux qui désirent agir en temps que bénévoles, voir le rétroplanning

A bientôt !
Le collectif « ¿ Curieuses Démocraties ? »

Festival Curieuses Démocraties les 15-16-17 septembre 2017 à Saillans

3 Messages

  • Festival Curieuses Démocraties les 15-16-17 septembre 2017 à Saillans Le 5 août 2017 à 23:51, par Etienne Maillet

    Curieuses démocraties…
    Curieux en effet.

    Curieux qu’il faille des experts et gourous es démocratie (Charlotte Marchandise, Loïc Blondiaux…) pour apprendre à penser à la populace qui, seule, n’a pas, c’est bien connu, les moyens de penser.

    Curieux que, tapi derrière les jolis mots et les belles intentions, se cache le concept douteux de démocratie participative.
    Démocratie participative qui fait furieusement penser à la dévolution (le don) par Charles X d’une constitution au peuple français. L’essentiel étant pour le monarque de souligner qu’il détenait in fine le pouvoir d’accorder ou de refuser au peuple une charte constitutionnelle. Qu’il était la seule source légitime du pouvoir.

    Cette prétendue « démocratie participative » (une contradiction dans les termes) ne serait-elle qu’une ruse de plus des oligarchies pour conserver leur pouvoir en faisant mine d’en céder une parcelle ? En effet, admet Loïc Blondiaux, « l’une des raisons pour lesquelles la démocratie participative s’est développée depuis une quinzaine d’années, est bien la nécessité pour les autorités de canaliser les conflits autour de projets au niveau local en particulier. Et on peut en effet analyser la démocratie participative comme une tentative de réponse de la part des autorités publiques à la montée de ces conflits et à la contestation de plus en plus fréquente et de plus en plus forte du bien-fondé et de la légitimité des décisions publiques »

    Curieux qu’il faille payer pour parler démocratie, sachant que, toujours et sans manquer, les plus aisés paieront proportionnellement le moins, cupidité et ladrerie étant consubstantielles de l’argent.

    Curieux qu’une Charlotte Marchandise, sortie du néant à la suite d’une élection plus douteuse encore que les autres, pour n’avoir concerné qu’un nombre très limité d’électeurs et avoir emprunté comme véhicule internet, soit investie d’une quelconque légitimité démocratique. Marchandise venant éclairer les consciences sur les périls de la marchandisation intégrale du monde (désolé, j’ai pas pu m’empêcher) !

    Pas plus que le nucléaire ne peut se dissocier d’une surveillance sécuritaire, internet implique la surveillance généralisée des populations et ne saurait être un moyen démocratique. Internet et les Goofa (Google, Amazon, Facebook) sont parties du problème, pas de la solution.

    Curieux qu’on s’en tienne à des objectifs aussi limités que les élections de 2020. Alors même que le citoyen délaisse les élections pour avoir compris qu’elles sont le problème, pas la solution. Car, oui, les élections sont le moyen qu’ont trouvé les oligarchies pour arbitrer leur lutte et s’assurer qu’à coup sûr et alternativement l’une ou l’autre l’emportât.

    Curieux que, plutôt que de réfléchir à la manière de construire la démocratie – dont l’élection est la confiscation – on s’en tienne à vouloir gagner les élections de 2020. En 2025, on réfléchira à la manière de garder le pouvoir. En 2030, on s’étripera pour les investitures. Sauf que nous serons tous morts d’ici là, faute de démocratie, car l’horizon politique restera celui d’un mandat, quand les temporalités des catastrophes à nos portes dépassent de loin la vie humaine.
    Bref, ces « belles » et « curieuses » démocraties ne seraient-elles tout simplement qu’un enfumage par de néo-oligarchies en cours de constitution pour accéder au pouvoir ?

    Etienne Maillet

    Répondre à ce message

  • Festival Curieuses Démocraties les 15-16-17 septembre 2017 à Saillans Le 7 août 2017 à 12:43, par David Myriam

    J’ai un peu participé au collectif Curieuses Démocraties, voici quelques compléments à ce post de Mailtsao que je trouve un peu trop sévère (sans doute que tu n’as pas suivi d’assez près les choses), même si des points devraient sans doute être améliorés et qu’il faut être très vigilant.

    Je pense aussi que les « experts et gourous », aussi pertinents soient-ils, sont un peu superflus, et doivent être réduits au minimum. Peut-être que c’est ici un moyen pour davantage médiatiser les choses.
    Faut savoir qu’il y en a moins que lors de l’édition de 2015, pour des raisons de coûts, mais aussi pour que ce soit justement davantage les participants eux-mêmes qui conduisent la réflexion, débattent, fassent le choix des thèmes etc. (voir programme)

    C’est sûr que l’expression « démocratie participative » est ambiguë, car il peut laisser croire à l’objectif d’une démocratie « au rabais », où les habitants se contenteraient de participer à la vie politique de plus ou moins loin, et surtout il est largement utilisé par les tenants de la non-démocratie pour enfumer les gens.
    Dans ce cadre « participatif » utilisé par des Mariton ou autre personnage du même acabit, le peuple a juste le droit de participer à l’information des chefs politiques, qui ensuite décident seuls ; donc les peuples ne participent pas, ni de près ni de loin, aux prises de décisions, ils ne font, au mieux, que les éclairer de « l’extérieur ».

    Perso, je préférerais un autre terme. Essayer d’employer « démocratie » tout court (en expliquant bien de quoi on parle et en disant que le système politique en place n’en est pas une), ou « démocratie réelle », « vraie démocratie », « démocratie directe » pour justement se démarquer du modèle en place qui se prétend constamment « démocratique » à tord.

    Mais sinon, je pense que la très grande majorité des acteurs de Curieuses Démocratie et de la Belle Démocratie veulent vraiment construire une démocratie réelle (avec leurs limites et contradictions, comme on en a tous), et qu’ils n’ont pas pour objectif d’enfumer les peuples comme le font la très grande majorité des médias et politiciens.

    D’accord aussi sur le problème du paiement pour accéder aux événements, j’aurais préféré un prix libre plus favorable aux plus pauvres, en incitant les plus riches à contribuer davantage pour que l’événement ne soit pas déficitaire.

    Sur 2020 : en fait Curieuses Démocraties & La Belle Démocraties incitent aussi à créer dès maintenant des assemblées locales autonomes, qui n’ont pas forcément comme objectif des élections.
    Pour l’événement, il a été choisi de mettre 2020 en avant car c’est proche et que ça semblait un moyen important de commencer à reprendre le pouvoir politique pour les peuples.
    Et puis pour les élections municipales, l’idée est de se servir des institutions en place pour asseoir petit à petit un fonctionnement démocratique, il ne s’agit pas de remplacer une oligarchie par une autre, mais c’est sûr que c’est difficile et délicat.

    A toi, à nous tous, de participer de l’intérieur à ces divers processus démocratiques pour maintenir une « vigilance » et éviter qu’ils dérivent vers de nouvelles oligarchies ou autres enfumages pour que rien ne change.
    Si, dans ces mouvement, se trouvent suffisamment de « vrais démocrates » actifs, alors les éventuels carriéristes ou agents (volontaires ou pas, masqués ou pas) du maintien en place des structures non démocratiques (et de ses petites mutations inoffensives) seront mis en échec, marginalisés et évincés.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft