Edgar Morin et les Gilets jaunes

par Etienne Maillet.
Mis à jour le dimanche 9 décembre 2018

Edgar Morin, dans un moment philosophique, paru dans les colonnes du Monde et relayé par Médias citoyens du Diois, prétend plusieurs choses.
Les Gilets jaunes ratent leur destin, la possibilité de mettre l’écologie au centre qui les libérera, espère-t-il, du capitalisme.
Les Gilets jaunes manquent de pensée directrice.

L’écologie nous libérera-t-elle du capitalisme ? Contrairement à ce que croit Edgar Morin, il est parfaitement possible que s’instaure sur cette planète une société profondément inégalitaire et en même temps écologique.

C’est d’ailleurs la voie de salut que les élites se dessinent pour elles-mêmes : l’écologie ET la préservation du modèle capitaliste. La fiscalité prétendument écologique, la bagnole électrique, sont les symboles et moyens éclatants de ce piège.

Ce n’est pas à force d’écologie qu’on se débarrassera du capitalisme, mais en se débarrassant du capitalisme qu’on construira un avenir soutenable, durable, agréable, écologique.

Le mouvement des Gilets jaunes n’a pas de pensée directrice

Le mouvement des Gilets jaunes n’a pas de pensée directrice, écrit encore Edgar Morin.
Il n’est pas certain que cela soit vrai. Au moins négativement. Ainsi n’entend-on personne réclamer plus de taxes. Personne ne demande non plus le maintien d’E. Macron. L’essentiel au demeurant n’est pas là. Il est, dans la construction collective d’une base politique commune, d’un désir transversal aux Gilets-jaunes. De ce point de vue, même si tout s’arrêtait demain, ce temps-parenthèse aura été pleinement constructif. Le moteur, lent, complexe, du processus de maturation et d’invention qu’initient les Gilets jaunes, sera l’intelligence collective.

Aussi perspicace que se croit un grand esprit, il l’est toujours moins que l’oeuvre collective. Surprenant qu’après avoir consacré une partie de son œuvre à défendre le point de vue de la complexité, Edgard Morin ne la reconnaisse pas et n’identifie pas son foisonnement quand elle s’éploie dans la sphère morale et politique.

Experts ? Mais comment ?

Dernière remarque. Dans les temps extraordinaires, quantité de privilégiés se mettent soudain à parler au nom de tous. Bie que leurs voix soient minoritaires, on n’entend qu’eux. Sur les ondes, c’est un défilé incessant d’experts, d’universitaires, de journalistes, d’élus, de savants, glosant sur les Gilets jaunes.

Pour la plupart, ils sont loin de leur objet : deux ou trois petits tours sur un rond-point, quelques paroles avec des Gilets jaunes en chair et en os, beaucoup de préjugés, et voici nos experts prêts à palabrer et théoriser dans les médias. Ils « comprennent », les Gilets jaunes. Mais pas pauvres comme la plupart des Gilets jaunes. De leur objet, ils n’ont, en fait, aucune expérience. En vrai, ce sont des experts ignares. Mais on n’entend qu’eux.
Ils s’illusionnent sur leur propre expertise, que les médias relaient, reflètent, amplifient, tandis que la galerie séduite s’ébahit devant le talent, le savoir, la compétence, par un réflexe un peu mimétique comparable, à l’envers, à celui de l’anémone qu’une nageoire frôle.
Se croyant experts et monopolisant la parole dans les médias de leur famille, ils finissent par succomber à l’erreur fréquente de confondre l’universel et le nombril.

Experts ?
Mais comment ?

Leur point de vue est minoritaire. Ce n’est qu’au travers de la loupe des moyens industriels de la communication de masse qu’il apparait central et consensuel.
Ils n’ont pas l’expérience de leur objet. En quoi leur bilan pourrait-il parler conduire à écouter leurs avis, à leur faire une place, quand c’est justement par défiance envers le bilan, économique, fiscal,, social, environnemental d’une kyrielle d’oligarchies plus ou moins emboîtées, qui n’ont pas réussi, que les Gilets jaunes se sont assemblés.


3 Messages

  • Edgar Morin et les Gilets jaunes Le 10 décembre 2018 à 13:49, par Olivier Lafay

    Bonjour,
    Vous n’êtes pas familiers de la pensée d’Edgar Morin, et donc de la seconde cybernétique, inaugurée par Bateson, Von foerster.
    L’écologie est un mouvement complexe, qui ne peut exclure l’individu de la pensée et de l’action.
    Qu’est-ce à dire ?
    Cela signifie que l’on doit être soi-même écologique : dans son rapport à soi, aux autres au monde. Ne mettre l’accent que sur le monde est une erreur que vous faites par ignorance de sa pensée.
    Si l’on ne conçoit pas l’écologie comme un « produit », une marchandise, mais un triple mouvement (soi, les autres, le monde), alors, oui, le capitalisme ne peut que formidablement régresser.
    En ce sens, Edgar Morin n’est pas votre ennemis, bien au contraire. Il invite à creuser plus avant, à mettre l’humain, ce qui le compose, le contraint, le construit et l’empêche d’être, au coeur de la réflexion.
    C’est l’humain qu’il faut changer, améliorer, et le système se modifiera par suite.
    Voilà, j’ai résumé au mieux une vie entière consacrée à des réflexion d’une immense profondeur, et nourrie de multiples références scientifiques.

    A bientôt,

    Olivier Lafay

    Répondre à ce message

  • Edgar Morin et les Gilets jaunes Le 10 décembre 2018 à 14:09, par Etienne Maillet

    Mon article ne portait nullement sur l’œuvre d’Edgar Morin. Simplement sur ce phénomène si fréquent, si profondément anthropologique, qui autorise les individus alpha à parler au nom des autres, à croire émettre des jugements généraux valides, quand ils ne sont que subjectifs et partiels, et ces autres à se ranger derrière l’individu alpha par un mouvement non moins anthropologique.

    Répondre à ce message

  • Edgar Morin et les Gilets jaunes Le 10 mars à 11:25, par iséorcé

    Tout à fait d’accord avec vous. Edgar Morin a posé les bases d’une « Voie pour le monde » mais ne sent pas l’intelligence du temps présent. L’âge peut-être.
    Ce n’est pas grave. Le mouvement GJ se structure et structure sa pensée et sa stratégie. Petit à petit les esprits vont entrer dans la Conscience. Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue a dit Hugo. L’heure est venue, affirmons le avec joie. A coté de la tristesse, nourrissons nous tous les jours de la joie et de l’avenir car c’est ici que le moteur est puissant.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft