Communiqué d’une action : du sang et du pétrole pour Nestlé

L’entrée du siège international de Nestlé à Vevey en Suisse a repris ses couleurs véritables...

par Auteurs divers.
Mis à jour le mardi 25 décembre 2018

- Voici un communiqué publié sur renverse.co

La nuit de 21 décembre, plus longue de l’année, solstice d’hiver, l’entrée du siège international de Nestlé à Vevey en Suisse a repris ses couleurs véritables : celles du sang et du pétrole dont iels s’abreuvent.
Nous ne pouvions plus tolérer que ce bâtiment nous nargue impunément. Outre les nombreux scandales qui caractérisent son histoire, la plus grande entreprise agro-alimentaire du monde est un symbole de la mondialisation dérégulée, du tout pouvoir des multinationales, de la destruction de l’environnement et de l’accaparement des ressources.
Voilà les couleurs que devraient porter les murs à l’allure innocente du siège mondial de Nestlé. Voilà la souffrance sur laquelle est bâtie son opulence. Ceci pour nous rappeler de ne pas faire le jeu des exploiteur·euse·s. Boycottons Nestlé et toustes ses complices.

Omniprésente sur le marché de l’agro-alimentaire, Nestlé est responsable d’une industrie destructrice et meurtrière. Elle marchandise un droit fondamental qu’est l’accès à une alimentation saine, censée être protégée par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (HUMAIN). Rappelons que plus de 9 millions de personnes meurent chaque année de faim, quand plus de 815 millions souffrent de malnutrition. Nestlé en est coupable et complice. Elle est aussi responsable d’un modèle culturel destructeur par sa dépendance aux énergies fossiles, ses produits phytosanitaires écocides, et un travail du sol qui nous condamne à des sols infertiles d’ici peu.

Nestlé soigne son image de mécène de la culture et bienfaiteur de la région. Qu’on ne s’y méprenne pas : ce n’est qu’une façade répondant à une logique économique inique et dissimulant les crimes commis ailleurs. Les salaires et les impôts qui sont versés à notre région ont le goût amer de l’oppression et du pillage.

Face à une telle multinationale, inutile de compter sur la législation des Etats. La politique suisse et internationale ne défend que les intérêts d’un système basé sur la recherche de profits et de marchandisation de l’environnement. Le système néolibéral dicte ses règles. Ce sont celles des riches.

Jour après jour, ce système économique renforce des inégalités déjà sanglantes. Il détruit les écosystèmes et exploite les populations. Sa seule issue est le désastre climatique. Quoi qu’en dise le PDG de Nestlé, l’eau n’est pas « un bien commercial comme un autre ». C’est une nécessité politique que de lutter contre l’emprise de ces affameur·euse·s qui prétendent nourrir le monde. Pas de répit pour les tueur·euse·s, pas de paix sans justice.

Chaos amoureux et solidarité libertaire,

SOLSTICE, Soviets Organisé·e·s pour des Luttes Subversives Totales et Incessantes Créatrices d’Emancipation


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft