Après le dernier Sarkozy,

la mort légale pour Narcisse !

par Etienne Maillet.
Mis à jour le jeudi 22 mars 2018

Certaines royautés africaines faisaient accompagner leurs monarques de hallebardiers chargés de les décapiter au premier ordre d’un conseil des Anciens. L’institution contrebalançait l’énorme pouvoir remis par la coutume et la population entre les mains du chef. Elle le décourageait d’en abuser.

Nous devrions nous inspirer de cette saine institution. Louis XVI dut sa décollation à sa fuite arrêtée à Varennes : il montrait en s’exilant qu’il préférait sa personne au Peuple français. Il signait sa trahison. L’écho fut immense en France et son retour à Paris se fit sous les huées d’immenses foules tout au long du parcours, au point que passées les portes de Paris, par crainte de troubles, on dût afficher partout sur les murs :
« Qui applaudira le Roi sera battu, qui l’injuriera sera pendu » !

Doivent rester passibles de la peine de mort les principaux responsables politiques, car la peine sans haine est commensurée au pouvoir remis entre leurs mains, pouvoirs dont la magnitude confère à leur crime des conséquences affectant l’avenir, la destinée de tous les humains !

Détourner à son profit des fonds public, ourdir dans le secret des complots financiers multinationaux, user de fonds secrets aux fins de propagande électorale sont des crimes aux conséquences collectives désastreuses.
Ces crimes vicient la démocratie touchent tous les citoyens et étalent leurs répercussions sur plusieurs générations. Ils détournent l’histoire du cours qu’autrement elle aurait pris au profit d’un seul contre tous.

Que plane constamment sur la tête des puissants – et eux seulement précisément définis - l’ombre de la guillotine, inscrite dans la constitution !
Un jury populaire tiré au sort en déciderait.
Voilà une précaution dont ne peuvent se dispenser les démocraties.

C’est avec ce moyen et beaucoup d’autres - une bonne dose de tirage au sort dans le législatif et les organes de contrôle, - qu’on purgera les institutions, nationales ou supra-nationales, des mafias et des vices qui les pervertissent, et nous pervertissent avec le leurre de la facilité, de la consommation comme destin collectif, ce confort nihiliste, vide de rêve, qu’il faut acquérir par le travail. La plupart accepte sans prendre conscience qu’il cède là la part la plus belle de son énergie vitale, de sa vie, de la contribution unique et originale .

Que ceux qui utilisent les suffrages de Peuples à des fins égoïstes périssent car leur crime mutile tous les humains : il fléchit l’avenir des images - pollue la liberté, la joie, la démocratie, d’immondes escroqueries - compromet à travers elles les enfants à venir !


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft